Sikth – The Trees Are Dead and Dried Out

3 Commentaires      1 761
Style: chaotic prog metalcore schizophreneAnnee de sortie: 2003

The trees are dead and dried out, wait for something wild, tel est le nom du tant attendu premier LP de Sikth, groupe anglais qui m’avait déjà bien impressionné avec 2 ses EPs, et ce qu’on peut dire c’est qu’il n’y a pas mensonge sur la marchandise. Sikth distille une musique sauvage, schizophrène, dépassant dans tous les sens toutes les frontières du métal, avec une complexité technique éblouissante permanente.
La plupart des 6 chansons des 2 EPs ont été réenregistrées, remaniées, réinterprétées même, et ce n’est pas plus mal, car le son de ces EP (quasiment des démos) était quelque peu brouillon. Enfin on a ici à faire à une prod bien léchée, la voix comme les guitares étant beaucoup plus nettes, toutes les subtilités de leur musique audibles. Certains regretteront sûrement par contre l’aspect brut et rentre-dedans des EPs, un peu atténué au profit de la clarté.

Car de la clarté il en faut avec un groupe comme Sikth qui nous noie sous des riffs déblatérant des dizaines de notes à la seconde en taping, des rythmiques extrêmement touffues, des basses slapées sans retenue et 2 voix sous forme de dialogue incessant. Entre metal prog et hardcore chaotique, la musique du groupe est speed, très rythmée et possède une vraie personnalité.

Les voix sont partagées entre Mikee et Justin, le premier, véritable schizophrène, est capable d’engendrer toutes sortes de voix dérangées. « When Will the Forest Speak » en est la démonstration, spoken word final sur lequel il se lache bien. « How May I Help You? » également le voit se mettre dans la peau des personnages d’un texte faisant la trame des paroles du morceau.
Justin, arrivé plus tard dans le groupe, participe beaucoup plus sur les nouveaux morceaux, que ça soit en cris hardcore dialogant avec les cris psychopathes de Mikee ou en chants clairs. Il y a même un morceau entièrement chanté par Justin, « Peep Show », où sa voix varie de la plus grande douceur à un chant bien déchiré, un titre étonnant mais très réussi, sorte de néo passé dans une moulinette de technicité.

Mais le groupe ne se contente pas de passages démonstratifs agressifs, les morceaux varient d’une extrême à l’autre, débordant vers des passages ambiants, certaines plages sont également complètement uniques comme les 2 « emerson », intermèdes au piano, « Can’t We All Dream, sorte de trip-hop sur fond de nappes et de délires vocaux de Mikee ou une reprise de Nick Cave, « Tupelo », forcément différente.

En bref, on a affaire à une musique atypique, à part dans la scène métal actuelle, éminemment moderne et évolué, cet album est un must pour tout fan de musique dérangée. Quel que soit le style du morceau, il y a toujours cette qualité de composition, ces rythmes psychotiques, qui rend chacun de leurs morceaux intéressants.
J’attend la suite avec impatience.

  1. scent of the obscene
  2. pussyfoot
  3. hold my finger
  4. skies of the millenium night
  5. emerson (pt. 1)
  6. peep show
  7. wait for something wild
  8. tupelo
  9. can’t we all dream
  10. emerson (pt. 2)
  11. how may i help you
  12. (if you weren’t so) perfect
  13. such the fool
  14. when will the forest speak
jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 497 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. wakos says:

    Je ne connaissais pas du tout ce groupe … Quelle erreur !!! cet album est vraiment excellent et surprend par sa diversité et par la maitrise dont font preuve les zicos !!! A découvrir absolument…

  2. Earthy51 says:

    Même si Death Of A Dead Day, malgré son inclinaison nettement plus ‘démonstrative’ s’inscrit dans la continuité, cet album est et restera une référence dans le genre (pour peu qu’il existe une classification réellement objective pour ce genre de musique)

  3. Ayesta! says:

    C’est fou = dès le 3ème morceau, on a déja le sourire aux lèvres … et on en redemande!
    Des voix de psychos à la BlackBomb A, de la basse qui tabasse, de la double qui pédalise, des riffs saccadés, des diverses ambiances complètement folles … ce groupe est une auberge espagnole à lui tout seul! Avec ce skeud, le mathcore gagne ses lettres de noblesse, punto final!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *