1349 – Beyond the Apocalypse

1 Commentaire      1 260
Style: true black metalAnnee de sortie: 2004Label: Candlelight

Amis de la douceur, de la nature, du gazouillis des petits oiseaux, du chant de la rivière et des ambiances saines bonjour. Je n’aurais qu’une chose à vous dire, n’écoutez pas cet album ! Fuyez pendant qu’il en est encore temps, revoilà la tempête 1349.
Dans leur précédente offrande « Liberation », le groupe nous infligeait un black ultra-rapide dopé à l’EPO et incisif possédant une batterie hallucinante. Ce cd m’avait d’ailleurs énormément marqué lors de sa sortie, il représentait pour moi l’apogée de la brutalité et du malsain dans le black (vu que je ne n’y connais rien en grind). C’est donc avec un gros point d’interrogation au dessus de la tête que j’attendais ce nouvel album : « comment garder le même style sans pour autant se répéter » ? Et le bougre n’a pas mis longtemps à arriver, quelques mois seulement après la fin du « liberation tour » où ces espèces de sauvages étaient venus nous exploser les oreilles le temps d’une soirée à la loco de Paris. Pour les non initiés, sachez d’abord que le massacreur de fûts dans ce groupe n’est autre que Frost, batteur de Satyricon a plein temps, et que ce cher monsieur s’en donne a cœur joie dans cette formation, défiant toutes les lois de la brutalité.

Qu’en est-il donc de « Beyond The Apocalypse » ? Dès les premières secondes, c’est reparti comme à la bonne époque, une partie de batterie qu’un poulpe ne parviendrait pas à reproduire, les guitares toujours accordés dans le sur-aigu pour donner ce côté tranchant à la musique et la voix toujours aussi haineuse, pas de doute, 1349 remet le service pour une deuxième tournée qui s’annonce aussi brûlante que la première. Du côté de la production un petit constat quand même c’est un peu moins crade que sur « Liberation », ça grésille moins dans tous les sens dans les moments les plus durs.

On avait pu reprocher par le passé à 1349 d’être un groupe quelconque qui ne devait son « succès » qu’à la présence de Frost dans ses rangs. Il semblerait qu’ils aient décidé de renverser la tendance en faisant moins de cet album une démonstration de la puissance de Frost et plus une démo de la capacité de chacun des musiciens à faire leur boulot correctement. Effectivement, le titre « Beyond the Apocalypse », bien que se basant toujours sur une rythmique rapide de Frost montre aussi la capacité de Tjalve et Archaon (les deux guitaristes) avec des passages où ils torturent joyeusement leurs guitares qui doivent ne s’en être toujours pas remises. La basse bien qu’ayant un volume relativement élevé, est noyée sous le flux des autres instruments, bref elle sert de support aux guitares sans pour autant apporter quelque chose de spécial au son. Ceci ne change d’ailleurs pas beaucoup par rapport à « Liberation » où la basse était complètement en arrière à tel point qu’on pouvait se demander s’il y avait un bassiste.
Ainsi, bien que la recette soit toujours la même, un black agressif, incisif et sans concession, la sauce prend toujours aussi bien que sur « Liberation ». Pourtant, chose assez peu commune pour ce genre de musique, je trouve l’album un tantinet trop long si bien qu’on a du mal a arriver au bout tellement l’expérience est intense. Cela étant on ne va pas reprocher à un groupe de nous offrir trop, alors qu’a côté on reproche a d’autres de ne pas nous offrir assez (qui a dit Finntroll ?).
Bref si vous cherchez un album de black plein de claviers, passez votre chemin, de même si vous cherchez un disque pour vous reposer. Ici c’est du furieux mais c’est tellement bien exécuté une fois de plus qu’on ne peut pas dire grand mal de ce groupe. Attention toutefois à ne pas tomber dans la répétition pour les prochains albums. Pour l’instant, on se réjouit, on en prend plein la tête et le pire c’est qu’on en redemande.

  1. chasing dragons
  2. beyond the apocalypse
  3. aiwass aeon
  4. necronatalenheten
  5. perished in pain
  6. singer of strange songs
  7. blood is the mortar
  8. internal winter
  9. the blade
Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. guim says:

    Un album très thrashy qui pue le souffre,vraiment haineux et au passage je le trouve meilleur que Liberation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *