Dark Age – Insurrection

Pas de commentaires      753
Style: thrash/death mélodiqueAnnee de sortie: 2000Label: Remedy

« Insurrection », 2ème album de Dark Age est sorti en 2000 dans l’indifférence quasi totale. Pourtant avec le recul et après avoir largement assimilé « The Silent Republic » et « Dark Age », 3ème et 4ème opus du groupe, il est assez évident lorsqu’on écoute ce 2ème album, qu’un sacré potentiel se cache derrière.
Si la pochette fait penser à celle d’un groupe de black metal avec croix inversées et logo illisible caractéristiques, la musique n’a cependant rien à voir avec le beuh-meuh.

Sur une base un peu thrash, façon Metallica au temps de « Kill’Em All », Dark Age emprunte aussi à Paradise Lost (période « Icon » voire avant) pour façonner des morceaux agressifs, épiques (souvent au-delà des 5 minutes), et gothiques, déjà à grand renfort de nappes de synthés.

Moins directs que les compositions d’aujourd’hui, les morceaux sont plus complexes avec breaks, changements de rythme et autre solos de guitare.

La voix de Eike Freese, agressive, a la même tonalité que celle qu’on peut entendre sur les albums suivants.
Pourtant, alors que « The Silent Republic » ne contient quasiment pas l’ombre d’une voix claire, « Insurrection » voyait le groupe tenter l’exercice périlleux d’éclaircir les compos à l’aide de voix théoriquement cristallines, tantôt seules, tantôt doublées par la voix agressive de Eike. Ces voix « claires » (créditées à un certain « Manu ») ne sont pas présentes sur tous les morceaux, et heureusement car ces espèces de gémissements (difficile de les qualifier autrement) sont parfois pénibles et souvent ratés (comme sur « Terror to The Masses » qui reste malgré cela un bon morceau, ou sur le moyen « Chaos of the Gods »). On ne peut que saluer la décision de Eike Freese de se charger par la suite des voix claires tant elles sont beaucoup plus réussies sur le dernier album.

Ce petit point négatif écarté, il y a sur ce disque de véritables brûlots comme ce trio qui débute le disque « Trial by Fire », « Killing Crisis » et « Fearing Tomorrow ». De véritables bombes aussi réussies que les meilleures compos les plus récentes du groupe.
Déjà la patte Dark Age est reconnaissable et si vous avez aimer le dernier album du groupe mais surtout le 3ème, « The Silent Republic » vous ne serez pas dépaysés.
Les mélodies de guitare sont toujours aussi travaillées, et vraiment magnifiques, tandis que les solos ne laissent déjà aucun doute quant au talent de Jörn Schubert.

La production, correcte, ne permet cependant pas au groupe d’avoir la puissance qu’il mérite.

Un très bon disque donc, qui annonçait déjà un sublime 3ème album avec « The Silent Republic ».
A noter que le groupe commençait sur ce disque ce qui allait devenir un gimmick, à savoir conclure ses albums sur une reprise (on aura « Hell’s Bells » de Ac/Dc sur « The Silent Republic » et « Suicide Solution » sur « Dark Age »). La version digipack de « Insurrection », contient en effet une reprise fort réussie de « For Whom The Bell Tolls » de Metallica.

  1. trial by fire
  2. killing crisis
  3. fearing tomorrow
  4. terror to the masses
  5. heartfall
  6. chaos of the gods
  7. break of the elements
  8. eden calling
  9. for whom the bell tolls (bonus track)
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 878 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *