Evergrey – The Inner Circle

Pas de commentaires      781
Style: heavy dark progressifAnnee de sortie: 2004Label: InsideOut Music

Après avoir adoré, « Solitude… » et avoir découvert avec surprise « In search of Truth », je suis resté dans l’attente de la progression d’Evergrey pour me délecter de nouvelles surprises de ce groupe.
Mais force est de constater que depuis « In search of truth », Evergrey a trouvé son style et n’en démord pas.
L’effet de surprise passé, Récréation Day, qui est un bon album, avait été vite oublié. Aujourd’hui en écoutant « inner circle », j’ai encore cette impression de déjà entendu. Les fans d’Evergrey seront donc comblés avec cet album, de même que ceux qui découvrent le groupe.

Celui est définitivement passé maître dans le changement d’ambiance et varie toujours aussi bien ses morceaux. La formule riffs thrash-claviers prog-riffs acoustiques est bien rodée. La voix d’Englund est toujours aussi belle et pure mais elle sait aussi se faire plus agressive.
Les guitares sont toujours aussi solides en rythmique et les soli sont interprétés avec brio.
Les claviers ne sont pas en reste, et l’équilibre avec les guitares a été savamment dosé. La encore, la recette est parfaite car les claviers et les guitares savent alterner les passages ou les uns et les autres dominent. Point d’informe bouillie musicale ou chacun voudrait tirer son épingle du jeu. C’est un véritable travail de composition qui a été fourni ici.
La production est, bien entendu, infaillible et on se prend les morceaux en pleine face avec un punch étonnant.
Même si Evergrey s’est en grande partie séparé des influences musicales dark de « Solitude Dominance, Tragedy », on ressent encore dans les intonations de Englund et dans les mélodies une réminiscence de cet état.

Les titres sont assez variés sur l’album. On attaque avec un premier morceau plutôt mid-tempo qui résume bien Evergrey, avec un clavier et des guitares présentes ainsi qu’un refrain hyper accrocheur et chorussé puissamment. « Waking up blind » est une des 2 ballades de l’album. Pas marrant de ce réveiller aveugle !!!
Vient alors un « more than ever » très orientalisant, avec ses bridges claviers-guitares et son solo. Et on finit en beauté sur « When the walls go down » en ambiant (enfin presque ! Impossible de ne pas s’énerver avant la fin du morceau), parlé avec des claviers inquiétants.

Vous l’avez compris, j’ai apprécié cet album. Mais je déplore le manque d’innovation d’Evergrey dans sa musique. En tous cas, si l’on voulait du Evergrey, on n’est pas déçu car c’est exactement ce que l’on a. C’est déjà bien !

  1. a touch of blessing
  2. ambassador
  3. in the wake of the weary
  4. harmless wishes
  5. waking up blind
  6. more than ever
  7. the essence of conviction
  8. where all good sleep
  9. when the walls go down
Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *