Otep – House of Secrets

4 Commentaires      1 256
Style: néo death metalAnnee de sortie: 2004Label: Capitol Records

Toujours construit sur des ambiances bien malsaines, ce nouvel OTEP débute par… des cris. Oui c’est original.
Il se poursuit par un « Warhead » furieux et très réussi. Difficile de rattacher le groupe au néo, car la musique est encore plus violente que sur « Sevas Tra » premier album du groupe.
On a donc affaire à du death metal, croisé à un power à la Machine Head, teinté de plages de geignements comme savait en faire Jonathan Davis sur les 1ers albums du KoRn. « I hate my life » hurle la miss Otep sur « Buried Alive » et on veut bien la croire, mais tout ceci sonne un peu déjà entendu.

Impressionnante, la chanteuse l’est toujours autant : elle n’a décidément plus grand-chose d’humain vu les gargarismes que son charmant corps lui permet de sortir. Elle pourra très facilement rivaliser avec Angela Gossow (Arch Enemy) pour prétendre au titre de la voix la plus féminine de l’année.

Sa santé mentale semble également de plus en plus menacée comme en atteste « House of Secrets » qui commence par des bruits de maltraitance bien malsains une fois de plus, avant que la miss, qui semble avoir une sacrée revanche à prendre sur son enfance, commence à chanter une gentille chansonnette pour subitement exploser et se mettre à cracher sa haine.

Que retenir de ce brouhaha ? Et bien pas grand-chose, je le crains. Le premier album d’Otep, pas transcendant, contenait quand même quelques bons titres comme « T.R.I.C. » ou « Blood Pigs », mais là ce qui manque vraiment ce sont justement de véritables chansons qui permettraient de servir de liant à cette parfaite bande-son de « Massacre à la Tronçonneuse ». En dehors d’un « Warhead » excellent (et étonnamment single !!), il n’y a pas grand-chose qui tienne la route.

« House of Secrets » est fatigant et pénible à écouter car se succèdent (de façon totalement prévisible qui plus est) des passages d’ambiance glauque inintéressants (« Suicide Trees », « Shattered Pieces »), des accès de furie, des geignements (vraiment très pénibles rapidement), et des fausses ballades dont on sait qu’elles ne tarderont pas à se transformer en purin sous l’effet de l’organe de la belle (« Autopsy Song », « Nein »).

Sous couvert d’une pseudo démarche artistique, le groupe délivre tout simplement là un album inintéressant, qu’il conviendra d’éviter à moins de chercher à tester les limites de son équilibre mental.

  1. requiem
  2. warhead
  3. buried alive
  4. sepsis
  5. house of secrets
  6. hooks and splinters
  7. gutter
  8. autopsy song
  9. suicide trees
  10. nein
  11. self-made
  12. shattered pieces
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 890 articles sur Eklektik.

Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

4 Commentaires

  1. Seb says:

    Death uniquement pour les cris gutturaux féminins…trafiqués!Et la ca change déjà pas mal de choses:les paroles dans le plus pur esprit néo rebelle, les rythmique aussi,le look etetc… dès lors, parler de death,je ne crois absolument pas…Pour le disque, la voix gutturale ultra trafiqué est absolument ridicule et plombe une musique relativement commune, avec influs Slipknot,Mushroomhead ou Mudvayne.5/20

  2. krakoukass Krakoukass says:

    Bah je ne suis pas d’accord…Trafiqués ou pas, les vocaux sont très bien… C’est bien la seule chose bien (avec la prod de Terry Date mais ça c’est normal) sur le disque alors si tu leur elève même ça… ;)

  3. shooter says:

    moi j’aime bien otep……..

  4. Thybault says:

    ffiou, dur cette chronique. j’ai acheté l’album il y a quelques temps et j’avoue avoir beaucoup aimé (par contre, j’ai préféré sevas tra). c’est vrai que l’on rentre dans un monde de déséquilibre mental total et j’aime ça…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *