Prodigy – Always Outnumbered

2 Commentaires      951
Style: techno-électro/punkAnnee de sortie: 2004Label: XL Recordings

Enfin ! 7 longues années après le fantastique « The Fat of The Land », les prodiges anglais de la techno/punk sont de retour. On avait bien eu droit à un (décevant car trop) classique « Baby’s Got A Temper » il y a 2 ans, qu’on croyait annonciateur d’un album dans la continuité directe de son prédécesseur. Mais ce titre marquera davantage les esprits pour son clip, véritable film promotionnel des produits laitiers (dans lequel on pouvait admirer de superbes créatures aux mensurations avantageuses s’asperger de lait d’une façon très suggestive), que pour sa musique qui laissait craindre une panne d’inspiration du malin cerveau du groupe Liam Howlett.
Quelques années plus tard, après avoir pris le temps de peaufiner sa musique, le bougre s’apprête à nous livrer ce « Always Outnumbered, Never Outgunned ».

Bon on passera sur la pochette, qui rejoint celle du dernier Dillinger Escape Plan, parmi les plus laides de l’année, ou les plus « conceptuelles » en tout cas, pour être politiquement correct.
Premier constat en dehors de cet aspect visuel, le disque ne contient plus qu’un seul et unique titre (« Wake Up Call ») interprété par l’emblématique Keith Flint (qui ne se rappelle pas des bombes « Firestarter » ou « Breathe » qui le mettaient particulièrement en avant ?) et tout simplement aucun interprété par Maxim.

Pourtant qu’on ne s’y trompe pas cet « AONO » reste une fois de plus un disque qui fait la part belle aux collaborations, que ce soit avec la rockeuse actrice Juliette Lewis (« Tueurs Nés » vous vous rappelez ?) sur l’excellent « Hotride », avec le rapper Twista sur « Get Up Get Off » au flow particulièrement addictif, ou encore avec les frères Gallagher sur « Shoot Down » titre crado-punk, comme n’en interpréteront sans doute jamais avec leur groupe, les faux rebelles de Oasis.

Parfois annoncé comme un retour à la techno brute, limite trance du cultissime « Music For The Jilted Generation », « AONO » s’inscrit pourtant bien davantage dans la continuité du travail de Liam Howlett.
Il est vrai que le premier single « Girls », morceau électro empruntant autant aux Beastie Boys qu’aux Bomfunk MCs, pouvait initialement dérouter. Mais définitivement cet album est plus que jamais celui de la variété absolue pour Prodigy qui semble emprunter tous les chemins possibles, avec une réussite quasi constante.

A noter que Liam, sans doute soucieux de ne pas recommencer le cirque « Smack My Bitch Up » (on lui avait en effet demandé de justifier des paroles jugées sexistes et agressives), a d’ores et déjà annoncé que les titres de cet album étaient du pur Prodigy et qu’il ne fallait pas chercher à interpréter les paroles tout à fait légères et innocentes.

Si « AONO » s’inscrit on l’a dit dans la continuité de son prédécesseur sur certains titres, il se dégage quand même un esprit encore plus punk qu’auparavant sur des titres comme « Hotride », le sublime « Action Radar » (aux sonorités parfois Mansoniennes) ou le final « Shoot Down », dans cette énergie folle et incontrôlée que dévoile le groupe.

Liam démontre s’il en était besoin qu’il est également toujours capable d’incendier les dancefloors avec le sympathique « You Will Be Under My Wheels », mais il n’oublie pas de laisser place à quelques expérimentations bienvenues comme sur « Medusa’s Path » ou « Phoenix », avec des sonorités orientales pour le premier et un sample de guitare groovy pour le second.
Plus intéressante et inattendue encore, l’utilisation d’un sample de « Thriller » du « King of Pop » pour un morceau balancé et diablement entraînant (« The Way it is »).

Au final chacun trouvera son compte dans cet album extrêmement varié, qui offrira à l’auditeur la chance de ne pas voir la lassitude s’installer trop rapidement.

Même si cet album reste selon moi, moins référentiel, car moins novateur que « The Fat Of The Land », il n’en reste pas moins une bonne grosse tuerie superbement efficace et indispensable aux amateurs des délires punko-technoïdes de Howlett.
Espérons seulement que le bougre aura le bon goût de ne pas nous faire attendre encore 7 ans pour nous livrer la suite…

  1. spitfire
  2. girls
  3. memphis bells
  4. get up get off
  5. hotride
  6. wake up call
  7. action radar
  8. medusa’s path
  9. phoenix
  10. you’ll be under my wheels
  11. the way it
  12. shoot down
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 889 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. Shadow says:

    Pour ceux que ca interesse : http://www.prodigyremixed.com/
    Le même album, remixé par d’autres artistes. Disponible gratuitement avec artwork (pas terrible au passage)

  2. LPA says:

    Cet album sent fort la musique de club, celle que l’on fabrique pour chauffer les dance-floor des boites et rentrer des thunes et personnellement je trouve qu’il tranche nettement par rapport à son précédent The Fat of the Land. L’aspect underground qui était tant appréciable a disparu, ses deux « mascottes » (Keith et Maxime) aussi, bref, Marcel dirait « c’était mieux avant » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *