Bloodbath – Nightmares Made Flesh

bloodbath Nightmares Made Flesh

Revoici venir la dream team du death metal magistralement incarnée par Bloodbath, avec toutefois quelques changements de line-up. Exit Akerfeldt, qui se consacre uniquement à Opeth, et passage de Dan Swanö (Edge of Sanity notamment) de la batterie à la guitare. Pour le reste on retrouve toujours Anders « Blakkheim » Nyström à la guitare (2ème donc) et Jonas Renkse à la basse, tous 2 en activité chez Katatonia. Outre l’arrivée à la batterie d’un cinquième membre de Bloodbath (qui étaient encore 4 sur « Resurrection Through Carnage »), en la personne de Martin “Axe” Axenrot (Witchery, Satanic Slaughter), le grand changement est bien entendu l’arrivée au micro de Monsieur Peter Tägtgren (Hypocrisy, Pain et j’en passe).

Grand fan de Opeth et de la voix de Mikael Akerfeldt d’une façon générale, je dois néanmoins reconnaître que si « Resurrection Through Carnage » était un album sympathique dans le style, ce « Nightmares Made Flesh » est très largement meilleur. Autant dire que le boulot de Tägtgren est impeccable et qu’il nous sert ici sa voix la plus sauvage, bien plus que celle qu’il utilise sur les derniers albums de Hypocrisy. Impressionnant de rage et de furie, il enterre littéralement la performance de Akerfeldt sur le précédent opus du groupe.

En dehors du vocaliste, on notera quelques évolutions entre les 2 albums. D’abord, un son moins gras sur ce 2ème album, et des compositions qui gagnent immédiatement en clarté. De pair avec cette clarté, on remarquera aussi que les morceaux qui composent ce « Nightmares Made Flesh » sont incroyablement catchy et directs, bien davantage que ne pouvaient l’être les morceaux du grand frère.
Pas de doute on a là affaire à du bon gros death « in your face », et les amateurs devraient réellement se régaler.

Les bombes se suivent et ne se ressemblent pas forcément sur cet album, puisque si nos 5 amis sont capables d’officier dans le furieux de chez furieux (les exemples ne manquent pas mais écoutez donc ce « Brave New Hell » imparable, ou bien le furieux « Bastard Son Of God »), ils sont aussi capables de ralentir le tempo et de briller tout en lourdeur comme sur « Eaten », morceau phénoménal, où Tägtgren, utilisant sa voix la plus outre-tombesque à ce jour nous raconte qu’il ferait n’importe quoi pour être…mangé. Et oui, on a tous nos mauvais jours…

Une constante quelque soit le tempo, ce sens de la… mélodie en quelque sorte, en tout cas ce sens de l’accroche, avec des refrains que l’on peut presque « chanter » (ou plutôt « growler »), ce qui tient notamment au fait que la voix de Peter, aussi agressive soit elle, laisse toujours intelligiblement comprendre les paroles et ce quasiment en toutes circonstances.

A la guitare, Dan Swäno (à moins que ce ne soit Blakkheim) nous gratifie même de quelques solos du meilleur effet, comme celui tout en lenteur et en beauté de « Draped In Disease » qui me rappelle dans le style et le son, ceux de Greg Mackintosh de Paradise Lost sur le mythique « Draconian Times ». Inutile de dire que la comparaison avec Paradise Lost s’effacera aussi vite qu’elle est arrivée, le registre étant ici, « légèrement » plus brutal…

Alors oui on pourra peut-être chipoter et déplorer une petite baisse de régime sur les derniers titres, mais il faut être franc : vu la qualité des brûlots sur la première moitié du disque (et surtout ce « Outnumbering The Day » absolument génial, meilleur titre de l’album) le niveau du disque était placé à des hauteurs tellement stratosphériques qu’il était assez difficile de le maintenir.

Mais ne boudons pas notre plaisir ce « Nightmares Made Flesh », brutal, furieux, ET mélodique (si si !) est tout bonnement un disque orgasmique pour tout amateur de death qui se respecte.

  1. cancer of the soul
  2. brave new hell
  3. soul evisceration
  4. outnumbering the day
  5. feeding the undead
  6. eaten
  7. bastard son of god
  8. year of the cadaver race
  9. the ascension
  10. draped in disease
  11. stillborn saviour
  12. black vortex
TAGS : , ,
GROUPES:
STYLE: ,

A PROPOS DE krakoukass

krakoukass Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben. Adresse de contact : krakoukass@eklektik-rock.com

krakoukass a écrit 679 articles sur Eklektik.

Pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article !

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • marmozets-theweirdandwonderfulkrakoukass | 20 décembre 2014
    Marmozets – The Weird And Wonderful Marmozets
    Vraiment bon cet album, avec des moments bien rageurs et d'autres plus "pop". Avec leur moyenne d'âge de 18-19 ans, ils ont de l'avenir.
  • LP_cover.inddshaq | 18 décembre 2014
    Vanhelgd – Relics of Sulphur Salvation
    Bien d'accord avec le début de cette chro, 2014 a été une bonne année pour le Death-Metal (même si je ne reste pas convaincu par la prestation de Mr Holmes), et voilà une offrande qui va clore mon Necronomicon 2014 avec majesté. Moins la claque que pour Horrendous ou Morbus Chron, mais je ne doute pas qu'avec le temps il ...
  • Guilty-Pleasures_Photo-credit-Hannah-Woodcockjoss | 04 décembre 2014
    Guilty Pleasures 2014
    Quoi ? rien sur Metronomy et The Do ???!!!
  • bbng-iiibeunz | 01 décembre 2014
    BADBADNOTGOOD – III
    excellent ! merci pour le partage ! :)
  • bbng-iiiAER | 30 novembre 2014
    BADBADNOTGOOD – III
    Pour les amateurs, une "cover" magistrale de BBNG de Future Islands "Waiting on you" https://www.youtube.com/watch?v=FWyJEhMHFdM#t=79
  • ben-howard - i forget where we werejoss | 25 novembre 2014
    Ben Howard – I Forget Where We Were
    En parfait accord avec la chronique. On sent dès la première écoute qu'il se passe quelque chose de spécial, même si il en faudra plusieurs pour bien s'imprégner de l'album. Pour moi le sommet du disque se situe avec l'enchainement "End of the affair" et le superbe "conrad" qui montre qu'on peut encore, en 2014, faire d'ex...
  • bbKane | 24 novembre 2014
    Bloodbath – Grand Morbid Funeral
    Entièrement d'accord avec la chronique. Une bombasse d'album pour un groupe que je n'attendais pas à ce niveau. L'apport de Nick Holmes est indéniable dans la réussite de ce disque.
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 21 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    ah oui quand même !!!