Daughters + Comity + Fate + Inmate – 17 septembre 2004 – Locomotive – Paris

Pas de commentaires      550

Arrivé un peu tard (eh oui il y en a qui bossent!), je n’ai vu que la fin de Fate, j’ai donc complètement loupé le 1er groupe, Inmate, dont on m’a dit par ailleurs du bien, à vérifier une prochaine fois.
Quant à Fate, j’ai trouvé ça plutôt correct même si je ne suis pas trop fan de leur son. J’ai préféré ce que j’ai vu de leur concert de ce soir à celui que j’avais vu en 1ère partie de Mastodon dans les mêmes conditions. Par contre il me semble qu’ils étaient 4(?), avec un guitariste supplémentaire à ce concert, enfin là à 3 avec le bassiste assurant les cris gutturaux, ça donnait assez bien dans le style, toujours très brut, avec un son bien gras et sourd, guitare et basse se mélangeant instinctivement, assez brutal la plupart du temps, plus atmosphérique à la Cult Of Luna à d’autres.

Le groupe suivant à jouer fut Comity, groupe parisien qui commence à avoir une certaine renommée dans la scène hardcore française car ayant eu l’occasion de jouer avec pas mal de groupes phares. Tout d’abord question jeu de scène, Comity sont assez spéciaux, ils aiment bien jouer de dos, ce qui est assez irritant par moments, surtout le bassiste, qui est resté toujours de dos, collé à quelques centimètres de son ampli.

La musique de Comity est comme une musique de film, où plutôt la bande son d’une pièce de théâtre tragique, avec des scènes d’actions et des scènes de calme comme un peu de répit grappillé avant la tempête. Ils alternent les ambiances, du hardcore chaotique le plus enragé, où tous les instruments s’associent en une déflagration de sons, à des passages noisy/atmosphériques ou chacun distille quelques notes éparses, entre les 2, de temps en temps, les gratteux se prennent à partir sur des arpèges mélodiques pouvant rappeler les derniers Isis. Ils font d’ailleurs ça parfois avec maladresse tant les différentes parties semblent concaténées plutôt que liées entre elles, passant d’un extrême à l’autre sans aucune transition.
Tous les morceaux sont en général longs, souvent dépassant les 10 minutes, ce qui fait que certains semblent être la réunion de 3 ou 4 mis bout à bout.

J’avais déjà vu le groupe en concert, mais c’est la première fois que j’ai vraiment apprécié, les musiciens sont vraiment talentueux et ils arrivent à mettre en place des morceaux vraiment complexes. Ils ont annoncé la sortie d’un EP mi-octobre sur lequel j’essayerai de jeter une oreille.

Le temps de régler le son, les canadiens de Daughters arrivent sur scène. L’écoute de leur unique album, « Canada Songs » m’avait laissé assez perplexe je dois dire, leur grind/screamo, s’étalant sur 10 morceaux pour un peu plus de 11 minutes de brutalité psychopathe. Il fallait le faire! Enfin il ne risque pas de saouler sur la longueur et c’est là tout son intérêt, c’est 11 bonnes minutes d’excitation.

Donc en live, Daughters, c’est comme sur album, très speed, ça part dans tous les sens, mélange frénétique de sons agressifs. Le batteur est vraiment le plus carré, d’une précision métronomique, en particulier dans les blasts, c’est lui qui pose un début de cohérence dans la musique de Daughters. Les autres musiciens branlent leur manche de guitares et basse pour former des riffs faits de sons dissonants généralement assez aigus, noyés dans la disto. Mais leur son n’est pas non plus une bouillie informe, même si les riffs sont assez spéciaux, j’en ai même reconnu par rapport au cd. ;)
Le chanteur, qui avait l’air assez blindé -il tenait à peine droit par moments- s’époumone façon screamo assez aigu, il s’est déplacé constamment de tous les côtés de la scène allant jusqu’à faire des danses obscènes derrière la batterie ou s’allonger sur les retours tout en criant comme un écorché vif dans le micro.

Sinon combien de temps ça a duré? 25 minutes pour une grosse dizaine de morceaux, ce qui comparé à la durée cumulée de leurs compos est quand même exceptionnel. Enfin petite claque tout de même, ils ont quand même bien assuré, au vu du nombre limité de compos à leur actif, ils ont réussi à nous faire un show prenant et bien puissant.

Bref encore un bon concert, des groupes différents et une tête d’affiche des plus spéciales qui a quand même attiré de quoi quasiment remplir la fosse de la petite Loco.

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *