Dry Kill Logic – The Dead and Dreaming

1 Commentaire      895
Style: Brutal NeoAnnee de sortie: 2004Label: SPV

Trois ans après leur dernier album sorti sur Roadrunner, les Dry Kill Logic nous reviennent équipés d’un Butal Neo toujours efficace et qui j’espère viendra se défendre dans les salles françaises. Car c’est certains c’est le genre de groupe à vous faire suer en live et à vous faire passer un très bon moment. Que dire d’entrée de jeu sur ce nouvel album? Un plus dans la musique du groupe, un plus dans toutes les directions.

La première salve de l’album, « Lost », annonce la couleur. Gros son, martèlement de futs. Du neo 100% Bourru, loin d’un neo mollasson. C’est violent, c’est lourd, on apprécie. On regrettera (ou on appréciera) le petit passage qui viendra parasiter (ou aérer) ce premier nouveau jet. Ca enchaine sans répit, on est pris dans une spirale où la guitare part en avant mais ou la basse et la batterie la rattrapent dans une mise en place parfaite. Je ne sais pas pour les autres, mais moi je ne peux m’empecher de gesticuler là-dessus même à moitié endormi dans le métro. Le chanteur a toujours son timbre de voix très hardcore, mais nous surprend dans le refrain avec une voix claire limpide, maitrisée en tout point et rappelant les passages mélodiques de la scene metalcore, mais avec une ligne mélodique que je supporte beaucoup plus. On surenchère dans l’efficacité, le trosième titre mettra surement tout le monde d’accord. Un bon gros neo bien brutal des maisons, puis Double pédalage puis mosh part métal irrésistible, etc. C’est la voix du chanteur du chanteur qui surprend un peu sur ce titre. Moins hardcore et un peu plus dans les graves. Autre surprise, l’incursion rapide d’un solo de guitare chose à laquelle le groupe ne nous avait pas habitué, et chose qu’on ne trouve pas dans le neo. On salue. Piste assomante. La quatrième piste est n’est pas spécialement marquante elle. 3 minutes 50 qui ne retiennent pas l’attention. Un refrain mélodique qui ne fait pas effet.
On zappe.

Le cinquième titre calme le jeu. Chanson mid tempo, tour à tour mélodique,vraiment lourde et assez violente par moments: le genre de chanson que le groupe manie avec talent et qui sont bien représentées sur leur précédent album. Un chant mélodique superbe (impressionnant pour un gars avec une telle dégaine, genre look metalleux fashion sur les bords mais énervé), un léger flanger sur la guitare, une rythmique béton. Le genre de chanson qui fait vendre des millions aux infâmes linkin park mais que ces derniers font en moins bien. La chanson fait respirer l’album et heureusement car la suite ne fait pas dans la dentelle. La sixième chanson est puissante mais se revèle assez fade, malgré un petit break « planant ».
« Living Witness », qui suit, fait impression dès les premières secondes avec une session rythmique implacable. Malheureusement je suis calmé dans mon élan par un gimmick mélodique, que tout le monde, à part moi, appréciera je pense. Ce sont sinon 2 minutes et demi qui ne laissent pas le temps de respirer. Cool! « One Hand Knife Party » est amusante avec son intro aidée d’aigus dissonnants faisant vaguement allusion à la nouvelle vague de la scène hardcore. La suite est très métal, sans surprise, comme le titre qui poursuit.
On en est déjà à la dixième piste, et ouf, il retient notre attention. Le riff de gratte est bougrement bon, la chanson suit son cours et nous emporte avec elle, son outro sur un solo assez fun est judicieux. On headbangue à s’en faire dévisser la tête.L’album se clot avec une chanson vraiment pas terrible, qui fait penser à du Staind! Avis aux amateurs donc.

Pour résumer, on a à faire là avec un bon album de métal, mais qui n’a rien de révolutionnaire ou de novateur. Une impression de déjà vu plane indéniablement. L’album est inégal, un début de disque bien sympathique, mais qui s’essoufle assez vite. Ce qui peut défendre ce disque c’est la puissance qui s’en dégage, certains titres très très plaisant, et le fait que si les gars de Dry Kill Logic ne font pas une musique hors des sentiers battus, ils la font bien. En plus ils ont su enrichir leur musique par rapport à leur précédent album: ils laissent leur brutal neo s’imprégner d’influences metalcore, de très très légers accents newschool hardcore, ont su y mêlé des éléments « d’ambiances » et sont pourtant encore plus métal qu’avant! C’est déjà pas mal, nan? Féru de « true neo » ou de metal plus velu, jetez une oreille sur cet album. Un groupe à découvrir plutôt en salle que sur disque, puisque c’est là qu’ils font leur petit effet je pense. En tout cas s’ils passent eux, il est sur que je me déplacerai! Et avec le sourire.

  1. lost
  2. paper tiger
  3. buckles
  4. push/pull
  5. then you lie
  6. perfect enemy
  7. living witness
  8. one hand knife party
  9. as thick as thieves
  10. 200 years
  11. hindsight
Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. krakoukass Krakoukass says:

    J’ai pas encore écouté tout l’album, mais j’aime bien le titre « Paper Tiger »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *