Byzantine – The Fundamental Component

1 Commentaire      1 035
Style: thrash/metalcoreAnnee de sortie: 2004Label: Posthetic Records

Le premier album de Byzantine tourne sur ma platine depuis un petit bout de temps et je ne m’en lasse pas. Ce groupe américain se place naturellement dans la New Wave of American Heavy Metal mais leur musique est plus suprenante que la majorité des groupes de ce mouvement. L’originalité et l’agencements des riffs, la structure des morceaux, la diversité des styles évoqués et la technicité des musiciens, en font un groupe à part, qui s’éloigne donc des clichés habituels.

Repérés par un des membres de Lamb of God, ils joueront avec eux plusieurs shows ce qui leur vaudra d’être repéré par le label californien Prosthetic Records, chez qui ces derniers sont signés. Prosthetic Records nous avait plutôt habitué ces temps-ci à du metalcore sans surprise avec All That remains ou Himsa, mais ils ont signé là un groupe vraiment intéressant.

Byzantine combine une attitude Thrash « old school » comme pouvait en faire Testament ou Pantera avec des riffs résolument modernes (parfois à la Strapping Young Lad) et recherchés et une athmosphère hautement technique pouvant rappeler par moment Meshuggah ou même Mastodon, pour l’esprit du sud-est des Etats-Unis.

Mais The Fundamental Component n’est pas qu’un brûlot métal aggressif, les morceaux sont très variés et se décomposent en ambiances qui savent alterner entre la puissance du métal, ses riffs saccadés et ses solos heavy (bien réussis d’ailleurs, un des éléments le splus marquants de l’album) avec des passages plus mélodiques, presque progressifs, pour former un tout vraiment unique. L’athmosphère est majoritairement tendue mais elle se relache fréquemment pour laisser respirer des arpèges ou des notes éparses. De plus, le chanteur et guitariste, Chris Ojeda, a une voix très polyvalente, qui passe d’un chant arraché à la Slayer mais assez particulier à un chant clair rocailleux mais agréable, sûrement est-ce dû à leur origine sudiste.

Quand on sait que les paroles bien écrites traitent de sujets aussi divers que l’empire romain ou les sciences, on se rend compte que ce groupe cherche clairement à proposer quelque chose d’intelligent. La musique de Byzantine se pose à part dans la scène actuelle, pas vraiment metalcore car beaucoup plus variée, très technique par moments – certains riffs complexes sont véritablement bluffants – mais à d’autres plus simple et directe. Pour un premier album, la barre est donc déjà très haute. Si vous aimez le thrash aventureux proposé par des groupes ayant un style personnel, Byzantine a de grandes chances de vous plaire, même si leur style déjà bien balisé les empêchera sûrement de percer vraiment.

  1. hatfield
  2. stick figure
  3. stoning judas
  4. my new casket
  5. sin remover
  6. slipping on noise
  7. kill chain
  8. the devil’s arithmetic
  9. brundlefly
  10. the filth of our underlings
jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 497 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. kollapse says:

    très bon album de ce nouveau venu ds la scène thrash/metalcore , Byzantine a réussi un bien joli coup avec ce « fundamental component » ou il arrive en un tour de main à trouver sa propre identité , ce qui est s le genre à souligner je trouve…Meme si on sent que Byzantine a du bouffer du Meshuggah(influ principale) , Lamb Of God , Nevermore , Pantera ou Metallica , jamais on a l’impression d’un vulgaire copier coller.JE conseille très vivement cet album aux amateurs des groupes cités + haut , vous ne serez (normalement) pas déçus…vivement le prochain!!(‘sont en studio)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *