Daughters – Canada Songs

Pas de commentaires      803
Style: hardcore chaotiqueAnnee de sortie: 2003Label: Robotic Empire

As The Sun Sets ayant splitté et nous laissant sur notre faim, trois des anciens membres ont décidé de se lancer dans une nouvelle aventure sonique. Sauf que changer de groupe ne rime pas forcement avec changement de style musical. Daughters est le petit frère en quelque sorte… Mais le petit frère est complètement barré, schizo et gavé de prods pas très légaux.

Sorti en 2003 en Amérique du Nord, en version rééditée de 14 titres (l’album + les 3 titres de leur première démo) en 2004 en Europe chez Reflections Records, ce disque est l’une des plus grosses claques de l’année. Ce groupe mélange les influences assez bien digérées de groupes barrés tels que Converge ou Dillinger Escape Plan, comme à peu près tout les groupes dit « de tarés ».

Daughters aurait tout simplement pu s’appeler TAF (Tout A Fond), comme le désormais célèbre morceau de Gronibard. Oui, 14 morceaux, 14 minutes, c’est plutôt rapide…
On ne pouvait s’attendre a une musique calme, douce, mélodique. Daughters, c’est totalement l’inverse.
Chaotique, ultra brutal, limite grind sans en être réellement, Daughters fait penser à The Locust tout en préservant sa personnalité.
Les riffs sont a la fois extrêmement rapide (comme tout dans ce groupe finalement) et technique, le tout conférant à ce groupe canadien une atmosphère pesante, où la brutalité se marie avec l’humour.
Guitares suraiguës, riffs dissonants, son ni lourd ni creux, descentes de manches, double pédale digne de l’équivalent humain de la boite à rythme de Agoraphobic Nosebleed, breaks énormes, ce groupe sait tout faire, même des passages psychés-tordus présents entre autres sur les morceaux « The Ghost With The Most » ou le délirant « I Slept With The Daughters And All I Got Was This Lousy Song Written About Me ».
Aucune mélodie donc, et de toute façon ça sert a rien. Bourriner et ruiner les cages à miel, c’est ce qu’ont voulu faire les cinq fêlés… et c’est totalement réussi !

Le chant est lui aussi extrême, même s’il paraît plus ou moins linéaire par rapport aux structures des morceaux qui sont franchement imprévisibles. Mais linéaire dans le sens où aucuns growls ou passages « death » ne sont présents sur ces 14 minutes de l’album, seulement du cri aigu. Mais là, comme les mélodies, ce n’est pas indispensable.

Et comme vous pouvez vous en douter, ce groupe est déconseillé aux non-initiés de ce genre de musique car très difficile d’accès. C’est tout simplement l’un des albums les plus furieux du genre. Recommandé pour les fans de Converge, Discordance Axis et les groupes psycho-chaotico-technico-barges.

A noter, leur site web et ses conseils de drague hilarants.

  1. fur beach
  2. jones from indiana
  3. I slept with Daughters and all i got was this loosy song
  4. and the chuds
  5. mike morowitz the fantasy fuck
  6. nurse would you please prepare the patient for sexual doctor
  7. i don’t give a fuck about wood, i’m not a chemist
  8. pants meet shit
  9. damn those blood suckers and their good qualities
  10. the ghost with the most

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *