Disarmonia Mundi – Nebularium

2 Commentaires      1 002
Style: thrash death mélodiqueAnnee de sortie: 2002Label: Autoproduction

Petit flashback sur un album qui me tient particulièrement à cœur. A l’heure où Disarmonia Mundi se trouve plutôt sur le devant de la scène avec Fragments of D. Generation sorti en milieu d’année, je nourris un petit sentiment de satisfaction de les avoir découvert au moment de la sortie de leur 1er album autoproduit Nebularium. Pour une fois que je suis en avance sur tout le monde dans la découverte d’un groupe…

Sorti en 2002 donc, Nebularium révélait un jeune groupe italien au talent fort prometteur. Autant dire que ces derniers on été bien inspirés de sortir cet album par leurs propres moyens plutôt que d’attendre qu’un label daigne les signer (On sait que depuis, justice a été rendue puisque le groupe est aujourd’hui signé sur le label italien Scarlet Records) car il semble à l’heure actuelle assez difficile pour les groupes, même très talentueux (Symbyosis, Klone pour ne citer qu’eux), de gagner la confiance d’une maison de disque.

Officiant dans un thrash/death mélodique, le groupe repose en grande partie sur les épaules de Etorre Riggotti, homme orchestre du groupe qui assure une des deux guitares, la batterie, quelques parties de clavier, les chœurs, la production ainsi qu’une partie de la composition qu’il partage avec Simone Palermitti, le second guitariste.

Si au premier abord, on peut constater des influences Opeth ou Soilwork par-ci par-là, force est d’admettre que la musique des italiens est bien plus variée que les groupes précités et que ces derniers n’ont de leçon à recevoir de personne en matière de composition ou d’interprétation. La grande force des italiens est de proposer des morceaux très variés, que ce soit dans la structure ou encore dans les vocaux. Il faut dire que la présence de deux chanteurs y est pour beaucoup. (A noter que le chanteur principal a été remplacé par qui-vous-savez par la suite, ce que je regrette un peu, au passage). Ainsi on passe des voix death de « Blue Lake » à une voix thrash sur « Mechanichell » ou encore un black/death ravageur sur le puissant « Burning Cell ». Au milieu de tout ça la belle voix claire de Ettore vient faire des apparitions toujours justes et jamais pompeuses notamment dans « Guilty Claims » ou « Demiurgo ». Impossible de s’ennuyer avec un tel disque si bien que malgré sa durée pourtant plus que correcte (45 min) on se surprend à le trouver trop court. Il faut dire qu’avec sa grande diversité de tempos, ses superbes breaks et ses soli inspirés, Nebularium ne laisse jamais l’attention de l’auditeur retomber.

Pourtant Nebularium ne serait qu’un bon album (ce qui est déjà pas mal en soit) s’il ne comportait SA pièce maîtresse, son apothéose, enfin bref LE morceau qui justifierait à lui seul l’achat de l’album, j’ai nommé : « Burning Cell » ; Une rythmique de folie à s’en faire pêter les cervicales, une voix black/death (limite hardcore même) rageuse à souhait, quelques voix claires au milieu, des ralentissements de tempo pour mieux repartir, enfin bref, une tuerie quoi ! C’est d’ailleurs le titre que le groupe mettait en téléchargement sur leur premier site, comme quoi les gaillards devaient être bien conscients que c’est avec ce brûlot qu’ils allaient pouvoir attirer l’attention sur eux. Je vous invite donc moi aussi, à aller prendre votre baffe grâce au lien ci-dessous…on en recausera ensuite.

Par ici pour le MP3 de Burning Cell.

  1. into dm
  2. blue lake
  3. mechanichell
  4. guilty claims
  5. burning cell
  6. demiurgo
  7. nebularium
  8. awakening
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. cava76 says:

    Il faut reconnaitre tout de même que le reste de l’album n’a pas le niveau de l’excellent titre « burning cell »

  2. Joss says:

    ouais, c’est plus calme mais c’est vraiment bon quand même…réécoute le un peu quand même Cava ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *