The Music – Welcome to the North

3 Commentaires      957
Style: rockAnnee de sortie: 2004Label: Capitol Records

Il y a deux ans, The Music faisaient irruption dans le monde très vaste du rock/indé avec un premier album éponyme percutant. Fier d’un single (« The People ») qui tournait alors en boucle sur certaines radios rock, le premier effort de ces jeunes anglais m’avait largement emballé à l’époque et squatté l’autoradio pendant de longues semaines.

S’inspirant des grands anciens du hard-rock en y injectant une bonne dose de groove, The Music révélait des musiciens accomplis mais aussi un chanteur d’exception qui, malgré son jeune age, faisait preuve d’une étonnante maturité et possédait un charme unique (Tout en précisant que cette voix se révélait insupportable pour certaines personnes).

Nous voici donc à l’heure de la sortie de leur deuxième album, « Welcome to the north » titre faisant certainement référence à la situation géographique de Leeds, ville résidentielle du groupe. Pour la production de ce deuxième opus, les Anglais s’offrent les services du fameux Brendan O’Brien (qui a produit entre autres, Pearl Jam, Soundgarden, Korn, Stone Temple Pilots, the Black Crowes ou encore Rage Against the Machine).

Musicalement pas de gros dépaysement à l’horizon, le quatuor poursuivant naturellement la voie qu’il avait amorcée sur le premier album. Une fois de plus le groupe montre l’étendue de ses talents dans l’art de créer des compos solides, tour à tour belles ou entraînantes.
L’album s’ouvre sur le titre éponyme « Welcome to the north » (Quoi de plus normal pour accueillir l’auditeur dans l’univers du groupe), et annonce d’emblée la couleur ; une voix aérienne sur une section rythmique bien en place et groovy à souhait. Impossible de rester de marbre sur un titre tel que celui-ci. Il en sera de même sur le psychédélique « Cessation » , « I need love » et son refrain aussi simple qu’efficace, ou encore « Freedom fighter » où la très belle voix de Robert Harvey, très haut perchée, évoque immanquablement un autre Robert célèbre et rappelle justement les grandes heures du Zeppelin. Cette influence qu’il est difficile d’ignorer (d’autant plus qu’elle est quasi-universelle dans le monde du rock) se retrouvera à divers moments de l’album notamment sur les intros de « No way in, no way out » ou « Guide » mais ne fait pas de The music un clone de Led’Zep, loin de là.

Comme sur leur premier album, The Music placent un instrumental en bonus track (Celui-ci est d’ailleurs moins bien caché que sur l’opus précédent ou il fallait faire revenir le premier morceau en arrière pour le découvrir). Et comme sur le premier album, celui-ci s’avère passionnant avec une fabuleuse montée se terminant en furie électrique. Ce titre sans nom s’avère donc aussi digne d’intérêt que le reste de l’album (Je dis ça car les groupes ont ces temps-ci un peu trop tendance à placer en “bonus track” des morceaux largement dispensables).

Forcément, au milieu de tout ça, subsistent quelques titres un peu en dessous du lot, comme ce « Breakin » et son refrain un brin entêtant, ou encore quelques balades qui, bien que pas désagréables, n’égalent pas celles du premier album malgré la voix toujours aussi touchante de Robert Harvey. Bon il ne faut pas oublier que la moyenne d’age des Anglais n’est pas très élevée et qu’il leur reste de ce fait une bonne marge de manœuvre. À n’en pas douter The Music sortira lui aussi son « In rock » ou son « IV » ce n’est qu’une question de temps.

Au final, pas de grosses expérimentations, rien qui ne révolutionnera le monde de la musique mais une furieuse envie de prendre et donner du plaisir sans se prendre la tête. A conseiller à tous ceux qui ont envie de revenir à des choses essentielles et souhaitent, le temps d’un album laisser de côté le headbanging pour s’abandonner sur une piste de danse. L’un n’empêchant pas l’autre de toute façon…

  1. welcome to the north
  2. freedom fighters
  3. bleed from within
  4. breakin’
  5. cessation
  6. fight the feeling
  7. guide
  8. into the night
  9. i need love
  10. one way in, no way out
  11. open your mind
Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. manu says:

    ouai bah je pense à peu près l’opposé de toi je trouve ça vraiment naze leur truc, déjà le premier était pas fameux à mon sens alors là, ils ne relèvent pas le niveau. le single freedom fighters, horrible, (commme le clip au passage), la voix du chanteur n’est pas insupportable mais donald qui chante bof. Et le comparer avec Robert Plant, OH MY GOD !!!!!!!! tu t’es pas un peu emballé? lol

  2. Hoover77 says:

    Je sais pas encore pour le reste de l’album (pas assez d’écoutes pour juger vraiment), mais « Welcome to the north » est un des meilleurs singles que j’aie entendu depuis un bail.

  3. Joss says:

    Ouais je saisje m’emballe pour pas grand chose ;-) celà dit je me doutait bien que j’allais rencontrer des avis contraires…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *