Suffocation – Souls to Deny

1 Commentaire      1 131
Style: brutal deathAnnee de sortie: 2004Label: Relapse

Soyons clair tout de suite: j’ai découvert les joies du brutal death et de Suffocation sur le tard… D’autant plus qu’un album culte tel que Effigy of the Forgotten me laissait plutôt de marbre…

J’avais vraiment l’impression d’avoir affaire à une masse tellement compacte de riffs en tous genres et de blasts tous plus énervés les uns que les autres, que ceci ne soulevait guère chez moi de réel engouement. Pour moi, ce style musical et la musique de Suffocation correspondaient à l’adage « trop de brutalité, tue la brutalité ».

Néanmoins, j’ai toujours été plus ou moins attiré par ce style (allez savoir pourquoi…) et après de nombreuses écoutes, les portes de la sainte Trinité ont finit par s’ouvrir et notamment avec ce dernier Suffocation en date.

Cet album voit donc le retour en force d’un groupe mythique, qui après quelques années de « stand by », se reforme en 2002 pour venir réaffirmer qui sont les maîtres du brutal death. Sur ce champ, le problème est que d’autres noms tels que Nile ou Immolation sont venus tirer la couverture à eux et s’attirer les faveurs d’un public en transe.

Partant, et sans faire ombrage à la qualité de ce Souls to Deny, il faut bien avouer que Suffocation revient un peu en dilettante. On ne peut s’empêcher de se dire que même des p’tits nouveaux font des démonstrations de force parfois plus spectaculaires.
Néanmoins le brutal death proposé ici par SUFFOCATION sait asseoir sa puissance en prenant l’option du mid-tempo sur bon nombre de morceaux, ce qui bien évidemment permet une mise en relief des accélérations et des montées d’adrénaline vertigineuses.

Si on se penche sur la carrière stricto sensu de Suffocation, cet album est loin de faire tâche dans le décor. Il faudra toujours accorder de nombreuses écoutes à cet album (tout comme à ces prédécesseurs) mais il semble tout de même plus accessible. On retrouvera dès « Deceit » premier morceau au riff et au roulement de tambour servant d’intro et d’outro à l’album, toute la force de Suffocation : des riffs lourds, techniques, précis et hallucinés, une batterie en surchauffe pratiquant blasts beats, breaks, accélérations vertigineuses, la voix si caverneuse agrémentée des growls de Frank Mullen, le tout orchestrée par une production claire.

Bien que cette chronique puisse paraître en demie teinte, il est clair que ceux qui tenteront l’aventure découvriront un groupe mythique sachant développer de longs morceaux et donc une ambiance emprunte d’un mélange de nihilisme et de désespoir si froid qui anime la puissance de ce groupe.

  1. deceit
  2. to weep one more
  3. souls to deny
  4. surgery of impalement
  5. demise of the clone
  6. subconsciously enslaved
  7. immortally condemned
  8. tomes of acrimony
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. Keyser Söse says:

    Album excellent comme tout ce que fais Suffocation. Des changements de rythme de folies, des riffs uniques, une voix étouffée et froide et des blasts de folie, bref une technicité et une maîtrise hors-normes. Suffo c’est LE groupe de brutal-death technique! Ecouter le chef-d’oeuvre qu’est Pierced From Within vous ne vous en remettrez pas! (pour ceux qui aiment le style bien sûr)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *