3 Inches Of Blood – Advance and Vanquish

Pas de commentaires      1 226
Style: heavy/speed metalAnnee de sortie: 2004Label: Roadrunner Records

Etonnant de voir que la dernière signature de Roadrunner est un groupe canadien de heavy metal traditionnel. Ça faisait depuis longtemps qu’on n’avait pas vu ce type de groupe chez la célèbre maison de disque américaine. Faut-il y voir ces derniers temps un retour du metal traditionnel ? J’ai plutôt l’impression que le revival true metal est déjà passé depuis un certain temps. On a pourtant put remarquer, il y a peu, que le hard rock désuet de The Darkness avait le vent en poupe alors pourquoi un revival heavy metal 80’s prochainement après tout ?

Justement ce n’est pas un hasard si je parle de The Darkness, tout simplement parce que 3IOB a fait la première partie de la tournée anglaise du célèbre groupe de rock. Le chanteur Justin Hawkins est d’ailleurs devenu fan du groupe canadien.

A l’écoute de ce Advance And Vanquish on se dit que 3IOB devait mettre beaucoup d’ambiance dans pendant cette tournée. La musique de nos Canadiens est parfaitement taillée pour la scène. Si elle n’a rien d’original, elle dégage par contre énormément d’énergie. L’énergie et la puissance qu’on peut retrouver dans des vieux disques de Judas Priest, Iron Maiden, Running Wild, Dio ou Helloween. C’est d’ailleurs la seule véritable qualité de ce disque.

On prendra donc un certain plaisir à écouter Advance And Vanquish le matin pour se réveiller ou le soir pour se défouler. Tous les morceaux sont speed et accrocheurs, le groupe ne ralentit jamais le pas. Il abuse de cavalcades maideniennes, de riffs heavy speed bourré d’énergie. Rien avoir avec le true metal mou d’un Hammerfall donc, 3IOB c’est du pur concentré d’énergie.

Le problème, c’est qu’au bout de 5 morceaux, ce disque (qui est leur deuxième album) commence vraiment à saouler. Difficile de différencier un morceau de l’autre, tout se ressemble chez 3IOB. Un peu comme un disque de Running Wild d’ailleurs.

Musicalement, 3IOB n’a rien de bien original. Tout simplement du heavy metal 80’s, dont on sent l’influence de la NWOBHM (New Wave Of British Heavy Metal). C’est du point de vue des vocaux que 3IOB permet de se distinguer. Le groupe comprend en effet 2 chanteurs : Cam Pipes pour des vocaux death et Jamie Hooper qui hurle dans les aigus. Autant le dire, 3IOB ça hurle, ça grogne, c’est rageur. 3IOB ne fait donc pas dans le mainstream. Ces deux types de vocaux se complètent très bien. Ce sont les vocalises aiguës qui sont au premier plan. Jamie Hooper peut faire penser à un Rob Halford linéaire ou à Alan Tecchio (Watchtower, Hades, Non-Fiction).
Ce type de chant très haut dans les aigus était monnaie courante dans les 80’s. De nos jours, ces aigus exagérés provoquent divers types de réaction chez les auditeurs : certains trouvent ça ridicule, énervant, agaçant, insupportable ; d’autres trouvent ça jouissif, excellent, puissant. Bref, pas de demi-mesure, 3IOB on aime ou on déteste suivant qu’on supporte ou non les vocaux. Personnellement moi j’adore mais je dois bien avouer… qu’au bout d’un moment ça devient saoulant. Les deux gus hurlent tout au long de chaques morceaux, ne laissant jamais respirer l’auditeur.

Les compos ne sont pas aérés. On ne retrouve pas, comme chez un Judas Priest ou un Children Of Bodom (3IOB fait un metal aussi vigoureux que celui des Finlandais mais moins original et personnel), des solos de guitares mélodiques et bien vues qui aérant les morceaux. Les solos sont toujours très courts et ne marquent pas les esprits. Les refrains sont entraînants mais se ressemblent. Les riffs puissants mais similaires d’un titre à l’autre.

Bref, voilà un disque dont on fera bien vite une indigestion, à moins d’être un forcené du true metal pas trop exigeant tant que la bière continue à couler à flot.

  1. fear on the bridge (upon the boiling sea i)
  2. deadly sinners
  3. revenge is a vulture
  4. dominion of deceit
  5. premonition of pain
  6. lord of the storm (upon the boiling sea ii)
  7. wykydtron
  8. swordmaster
  9. axes of evil
  10. crazy nights
  11. destroy the orcs
  12. the phantom of the crimson cloak
  13. isle of eternal despair (upon the boiling sea iii)
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *