Annihilator – All For You

2 Commentaires      1 112
Style: thrashAnnee de sortie: 2004Label: AFM Records

Pas de soucis, Annihilator reste toujours le fier groupe de thrash metal canadien. Un thrash mélodique et technique, qui bourrine toujours à juste mesure et reste assez speed pour réveiller mémé. Pourtant le son de la formation a évolué. Certains trouveront peut-être la production de ce All For You trop clinique, trop mécanique, trop froide en somme. Mais c’est de thrash metal dont nous parlons là ma bonne dame, c’est du solide, du couillu, du trempé dans l’acier, c’est du carré, c’est du massif, du taillé à la serpe, du «qui déchire », pas du groovy ou du jazzy. Les amateurs du combo ne seront pas surpris par cette production, qui ressemble beaucoup à celle de Waking The Fury, avec cependant un côté moins «indus ». Ce que je veux dire par-là, c’est que l’ensemble sonne moins «mécanique » que sur Waking The Fury, à part pour le début de « Rage Absolute » qui peut d’ailleurs très brièvement faire penser à l’album Remains.

Rien que point de vue de la production, All For You ne peut donc en aucun cas être comparé à une resucée des premiers albums des Annihilateurs. Si ce disque n’est donc pas un album rétrograde, il n’est pas non plus réellement novateur. Des titres comme « Bled » ou « Demon Dance » sont du Annihilator typique. On reconnaît tout à fait la patte Jeff Waters dans les solos ou dans les breaks. D’une certaine façon, on peut parler de cet comme étant une réactualisation du vieux son d’Annihilator mais pas seulement…

Un titre qui suscita la polémique, voir carrément l’indignation des garants du bon vieux thrash à papa, c’est bel et bien le morceau-titre. Il est vrai que ce morceau est plutôt surprenant pour nos Canadiens, n’ayant pas l’allure du Annihilator typique. Rien que la prestation vocale du petit nouveau Dave Padden a de quoi surprendre. L’homme a la difficile tâche de succéder à un excellent Joe Comeau, véritable caméléon vocal. On ne sait pas bien où Jeff Waters est allé pêcher ce petit nouveau, mais nul doute qu’il a fait le bon choix, le Dave pouvant chanter dans des registres vocaux très variés. Mais revenons à ce morceau polémique ! J’imagine que ce sont les vocaux clairs de Padden qui ont du soulever l’indignation. En plus, le rustre se permet d’alterner ces parties de chant clair avec des vocaux ayant un petit côté Phil Anselmo. Bref ça ne sonne pas du tout comme du Randy Rampage (le 1er chanteur de la formation canadienne). De plus, le morceau est mid-tempo, loin du côté speed ravageur typique d’un vieux groupe de thrash metal. Le comble du comble, le refrain est mélodique et le morceau très facilement assimilable.

Et on enchaîne ensuite avec carrément un des meilleurs titres de Annihilator : « Dr Psycho ». Il existe dans ce morceau une certaine folie, une certaine démence et un certain sens de l’humour typique aux compos du grand Jeff Waters. Ça commence comme une gentille ballade et puis un break à la basse absolument excellent survient. Le nouveau bassiste, Sandor de Bretan est à ce titre absolument excellent, ses interventions sont toujours jouissives, comme par exemple ses petits breaks sur « Bled ». Bon revenons à notre « Dr Psycho ». Après ce break, l’artillerie lourde démarre. Encore une fois, Dave Padden nous montre tout son talent en alternant des parties vocales des plus mélodiques à d’autres avec une voix grave plus sévère. Et puis toute la machine s’emballe et rien ni personne ne semble plus pouvoir arrêter Annihilator : rythmes saccadés, solos de guitares complètement fous, vocalises déjantées de Padden.

Folie qu’on retrouve sur un « Demon Dance » sans pitié, véritable déflagration sonore, avec un Dave Padden absolument démentiel encore une fois. Et que dire des 8 minutes de « Both Of Me » ! ? Un gros riff lourd pour démarrer, la folie guitaristique de Jeff Waters accompagnant une rythmique implacable. Puis s’enchaîne un passage acoustique avec un Dave Padden qui nous prouve encore une fois qu’interpréter des ballades ne lui pose aucun problème. Mais ce moment de douceur ne dure qu’un temps, la folie thrash metal reprend bien vite ses droits. Les zikos du Annihilator nouveau sont loin d’être des débutants. Riffs dantesques, rythmiques implacables, guitares tortueuses, passage plus rock n’ roll, montée en puissance, Dave Padden impérial : sur « Both Of Me » il y a tout ce qu’on aime chez Annihilator.

Autre surprise qu’on trouve sur ce disque, la fin en canon de « Bled ». Et il serait malheureux de ma part de ne pas citer « The Nightmare Factory », morceau étonnant pour la Jeff Waters Compagnie : sombre, lourd, oppressant. Il est le parfait symbole de ce qu’est Annihilator en 2004. Faut-il voir dans ce titre ce que sera le futur du groupe ?

Bref, pas grand chose à reprocher à ce disque. On déplorera cependant quelques morceaux qui font un peu tâche. Je veux bien sûr parler des deux ballades (« The One » et « Holding On »). Mais bon, tout thrasheur vous le dira, les ballades, c’est pour les tatas. Autre point négatif, l’instrumental final « The Sound Of Horror », on a vu mieux pour terminer un album de cette trempe. A part ça, rien à redire, All For You déchire.

  1. all for you
  2. dr. psycho
  3. demon dance
  4. the one
  5. bled
  6. both of me
  7. rage absolute
  8. holding on
  9. the nightmare factory
  10. the sound of horror
Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. manu says:

    la vache je me rappelle de ce groupe on m’avait prêté un 3 titre je crois avec un titre genre « set the world on fire » j’avais 15 ans mdr. ils sont toujours vivant.

  2. Monster says:

    Mais peut-on parler vraiment de groupe pour Annihilator ?
    Plutôt de projet solo de Jeff Waters, car le line-up change pratiquement radicalement à chaque album.
    En tout cas oui Annihilator est toujours bien vivant et c’est carrement un des meilleurs albums du groupe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *