Beecher – Breaking the Fourth Wall

2 Commentaires      1 247
Style: hardcore chaotique et mélodiqueAnnee de sortie: 2003Label: Earache Records

Beecher ayant récemment été signés par Earache, je me suis intéressé à ce 1er album du groupe sorti en Angleterre sur Calculated Risk mi-2003, et que Earache réédite en ce début 2005.

Ce groupe n’avait pas fait beaucoup de bruit avant cet album, seulement un EP, dont on peut présager la qualité, Breaking The Fourth Wall ayant été produit par le gratteux de Converge, Kurt Ballou, et l’artwork ayant été réalisé par le célèbre Aaron Turner, boss d’Hydrahead et meneur d’Isis entre autres! Si ces 2 types ce sont intéressés à un petit groupe venu d’un bled de l’autre côté de l’Atlantique, ce ne doit pas être pour rien.

Beecher pratiquent un metal/hardcore un peu noisy et chaotique, là rien de bien nouveau, les influences assez brutales vont de Converge à Botch ou Vision of Disorder, accompagné d’une voix criée qui rappelle Bannon de Converge mais en bien plus variée. Les musiciens sont tous bien représentés dans le mix, chacun démontrant à son tour une grosse maîtrise technique, les riffs de guitare sont bien alambiqués, les rythmiques hallucinantes, le batteur étant du style poulpe à 8 bras tant certaines parties sont touffues, l’énergie qu’il dégage est explosive et porte littéralement les morceaux en évitant les plans classique et simplets du hardcore.

Comme beaucoup de groupes du style, lors des premières écoutes, cet album parait confus et compact, sans véritable échappatoire mais on se rend compte rapidement que Beecher sait varier les ambiances pour éviter de saouler par un trop-plein de chaos, beaucoup de morceaux décelant des accalmies qui aèrent le tout. La structure des morceaux n’est jamais prévisible, et on est souvent surpris au détour d’un break par un passages mélodiques où le chanteur se place sur un registre clair assez particulier, une voix peu commune mais agréable et jamais placée trop en avant. On ne peut pas vraiment parler de refrains mais les mélodies chantées sont vraiment accrocheuses sans être faciles.

Beecher assurent dans un registre hardcore tout en nuance, mais savent aussi révéler d’autres originalités, ce qui leur confère une vraie personnalité. Certains morceaux contiennent des bidouillages sur le son, un mélange de sons noise sur rythmiques complexes, ou même des passages carrément ambiant, où des sons s’entremêlent, en larsens et effets de guitare, même si la production reste très brute.

Féroce mais mélodique, subtil et expérimental, énergique et bien foutu, Breaking The Fourth Wall fût pour moi une bonne découverte, une très bonne même. Loin d’en être les créateurs, Beecher maîtrisent tout de même leur style. Pour un premier album, la maturité est déjà là, tous les titres sont solides. On pourra seulement regretter que certains riffs de guitares sont un peu redondants d’un morceau à l’autres et que le tout manque d’homogénéité.

Kurt Ballou a encore eu du flair : Beecher, je pense, est le groupe idéal pour s’ouvrir au hardcore chaotique. Il est destiné à prendre une bonne place dans le cœur des fans de hardcore moderne et inspiré s’ils arrivent à réitérer l’exploit avec leur nouvel album qui devrait sortir en juillet 2005.

  1. let them drown
  2. dead for weeks
  3. burning surface
  4. arrow flies
  5. mercuy switch
  6. floating point
  7. the only one i know
  8. red diesel
  9. cabin boy jumped ship
  10. an important letter
  11. ladder theory
jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 497 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

2 Commentaires

  1. Crusto says:

    Sorti des Converges, Botch, DEP, ID, etc, j’ai du mal avec le hardcore chaotique, mais cet album est pas mal du tout. Vraiment bon meme.

  2. wakos says:

    Je ne connaissais pas trop ce groupe, mais après avoir écouter cet album, je me rends compte de mon erreur … Cet album est franchement excellent, je dirai presque qu’il s’agit d’un OVNI tant les compos sont riches, variées sans parler des voix simplement excellentes !!! Merci Eklektik !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *