Distress – The Mourning Sign

9 Commentaires      1 583
Style: doom/death énervéAnnee de sortie: 2004Label: Thundering Records

Autant le dire tout de suite, si Krakou ne m’avait pas confié cette galette à chroniquer, je ne me serais sans doute pas obstiné à écouter ce disque si régulièrement. Non pas que les premières écoutes aient été laborieuses, loin de là, mais dans le flot des sorties incontournables du dernier trimestre 2004, ce Mourning sign aurait eu vite fait de se noyer dans la masse.

Et pourtant quelle honteuse erreur que de refourguer ce groupe dans une quelconque catégorie de seconde zone. Avec ce second album (le premier Close to Heaven est sorti en 2001) les français de Distress affirment déjà une grande maturité, inversement proportionnelle à leur renommée, ce qui semble, par les temps qui courent, une chose assez fréquente.

Officiant dans une musique que l’on pourrait qualifier au premier abord de doom/death, on se rend vite compte que le groupe possède cette volonté (et la capacité) de briser les barrières tout en restant ancré dans un registre assez tourmenté laissant peu de place à la rigolade. Distress nous dévoile en premier lieux un large éventail de vocaux ; Du purement dépressif propre au doom à des vociférations plus extrêmes quand la musique prend un tournant plus agressif. Au milieu de tout ça, des passages chantés mélodiques viennent nous réconforter mais tout en gardant ce coté désespéré qui sied si bien à la musique des Strasbourgeois.

Un effort évident est fait pour varier au maximum les compositions et garder l’auditeur en éveil. Pour cela, encore, le groupe possède plus d’une corde à son arc. Tout d’abord une grande variété de tempo, du plutôt lent (normal pour une musique à base de doom) au très rapide grâce à une utilisation raisonnables de blast-beat souvent bienvenus. Mais dans l’ensemble c’est le mid-tempo qui reste le rythme de prédilection. Le duo de guitares s’en donne à coeur joie pour basculer d’un heavy-thrash dévastateur (« I’ve seen », « Delirium Tremens ») à des envolées plus lyriques (« The XIth Hour ») ou partir dans des cavalcades heavy irrésistibles (« Sinking Into Oblivion »). Bien sûr ce « signe de deuil » sait aussi utiliser à bon escient les éléments récurrents de toute bonne musique sombre à tendance gothico/baroque, comme des intros au piano (« Delirium Tremens ») ou l’apparition régulière de guitares sèches enjôleuses. C’est sans doute ce dernier élément, couplé à l’utilisation de voix claires, qui peut donner envie de créér un parallèle (un peu facile je l’admet) avec Opeth. Pourtant, sans atteindre le niveau des Suedois, la musique de Distress a l’avantage d’être plus variée et je les rapprocherais, de ce fait, d’avantage des Allemands de Disillusion. Bien sûr je ne parle pas de clonage car nos français ne se font pas pour autant suiveurs d’un groupe en particulier, mais préfèrent piocher ça et là dans le grand catalogue de la musique sombre. Toutefois Distress sait quand même se faire plus singulier et n’hésite pas, par exemple, à s’aventurer dans des sonorités exotiques comme avec l’orientalisant « Another Babylon ». De là à dire que le groupe souhaite marcher sur les pas d’un certain groupe Israélien, il y a un pas que je ne franchirais pas et c’est tant mieux.

The Mourning Sign est de ces disques qui au final ne se laisse pas apprivoiser si facilement, se livre d’avantage d’écoute en écoute, donnant sans forcément parler d’accoutumance, un petit goût de reviens-y. Il ne faut pas se masquer non plus que le groupe manque toutefois d’un peu de personnalité mais prouve avec les cartes qu’il a en main, qu’il pourra être à l’avenir un groupe avec lequel il faudra compter à condition de se doter d’un son plus personnel.

  1. reflectionless
  2. i’ve seen
  3. beyond the cross of guilt
  4. your turn (beneath the black sun)
  5. another babylon
  6. delirium tremens
  7. as the summers died
  8. the xi th hour
  9. sinking into oblivion
  10. crawling in sanity (the victim)
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

9 Commentaires

  1. Devin says:

    Ouaissss , Joss t’a fini ta chro :)
    M’en vais écouter l’album ‘pour voir’

  2. Joss says:

    Ouais Devin de passage sur Eklektik ! c cool :-) en tout cas tant mieux si ma chro te donne envie de jeter une oreille au disque ;-)

  3. Devin says:

    Bah je zieute toujours un peu partout ;)

  4. krakoukass Krakoukass says:

    La kro la plus attendue de l’histoire des webzines est enfin là! You made it Joss, you’re the boss!!!

  5. Joss says:

    Je prend ta place alors Krakou ? :-)

  6. krakoukass Krakoukass says:

    Dès que tu m’auras rattrapé en nombre de kros oui… Donc d’ici 2023 (si j’arrête d’en faire).

  7. Joss says:

    arf… :-s
    j’ai encore raté une bonne occasion de me taire il me semble LOL

  8. jonben jonben says:

    ;)
    Bien vanné!

  9. philippe-distress says:

    salut à tous, merci d’avoir fait notre chronique. Elle est pas trop mal en fait, même si « on manque un peu de personnalité »:) merci pour le petit mot sur notre forum…
    à+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *