Dark Age + Henker – 05 février 2005 – La Luciole – Herblay (95)

Pas de commentaires      802

Nous étions ce samedi à Herblay, dans la grande banlieue à l’ouest de Paris avec Krakoukass et Dah-Neir pour voir Dark Age, le groupe allemand de death mélodique qu’on attendait impatiemment de voir en France depuis la sortie de leur excellent album éponyme qui leur a permis d’exporter leur musique alors que c’est déjà leur 4ème.

La Luciole est une petite salle un peu paumée mais très chaleureuse, assez petite, elle sera vraiment bien remplie par plus de 200 personnes, la plupart des fans du groupe prêt à se déplacer. Heureusement le groupe rejouera certainement en juin à Paris en compagnie d’autres groupes d’Underclass, leur label en France.

Henker, groupe du coin, ont bien chauffé la salle avec leur musique, death bien agressif mêlé au hardcore. Bon jeu de scène et musique assez évoluée et bien mise en place, mais guère d’originalité, le groupe n’ayant pas vraiment de personnalité le démarquant du lot des groupes deathcore actuels mais ça pourrait venir.

Un rideau rouge est tiré le temps du changement de set. Pas de « 3 coups », mais le rideau s’écarte et Dark Age montent sur scène pour ce qui sera un concert mémorable. Le groupe a vraiment une très bonne maîtrise, ils enchaînent les morceaux qui sont autant de tubes potentiels. Le chanteur/gratteux, au sourire communicatif, showman génial sans aucune grandiloquence ou prétention, dialoguant avec le public et ne laissant aucun temps mort entre les morceaux. Dark Age sont contents d’être là et ils le montrent, et le public leur rendra la pareille, les encourageant avec vigueur, scandant même le nom du groupe entre les morceaux ! La Luciole ne pouvait guère contenir plus de personnes, mais tous ceux présents en sont ressortis heureux et définitivement fans du groupe. Dark Age, même si leur musique est rapprochable de celle de Soilwork ou In Flames, ont néanmoins une personnalité et un son bien à eux et mériteraient vraiment plus de reconnaissance.

Premier concert pour moi à la Luciole à Herblay qui accueillait ce soir deux groupes bien différents.

Les parisiens de Henker tout d’abord qui officient dans un registre bien brutal avec une musique assez « in your face » un peu deathcore sur les bords.

Les musiciens et surtout le chanteur, font preuve d’une impressionnante énergie, ce dernier ayant, il faut bien le reconnaître, une bonne tête de tueur. Henker aura bien réussi à chauffer la salle, même si j’ai trouvé le chanteur un peu agressif par moments dans sa façon d’arranguer la foule et d’essayer d’hypnotiser le public en le fixant avec ses gros yeux écarquillés.

N’empêche la musique est entraînante, et on ressent bien la puissance des compos, bien aidées il est vrai par un son tout à fait excellent. On aura pu apprécier des influences un peu meshuggesques parfois assez évidentes comme sur le dernier titre qu’ils auront joué ce soir.

Un peu plus de variété dans les morceaux et une voix un peu moins monocorde et il est clair que le groupe pourra faire étalage de tout son potentiel, d’autant que le charisme et le jeu de scène sont déjà bien au rendez-vous. Au plaisir d’entendre leur première démo qui devrait bientôt « sortir » !

Je les attendais de pied ferme les allemands de Dark Age. Pour être tout à fait franc, je les attendais avec pas mal d’appréhension également puisque je pensais qu’ils allaient avoir du mal à reproduire sur scène l’excellence qui les définit sur disque. Dark Age leur dernier album en date est un petit bijou, et The Silent Republic, le grand frère, rien de moins qu’une tuerie absolue. Mes craintes se situaient à plusieurs niveaux :

– La voix de Eike, car je redoutais la gestion de l’alternance entre les parties brutales et les parties « claires », si bien maîtrisées sur album.

– Les solos de guitare de Jörn, car ils sont tout simplement incroyables sur disque.

– Tout cela d’autant plus que je n’avais pas du tout été convaincu par les vidéos live que le groupe avait « offert » sur le DVD de l’édition limitée de Dark Age, puisque les prestations du groupe me semblaient assez approximatives.

Alors le verdict ?

Et bien j’ai encore pris une énorme claque avec ce concert qui restera dans mes annales des meilleurs concerts, tout simplement.

Toutes mes craintes initiales ont été magistralement balayées par un groupe au sommet de sa forme et de son art.

C’est bien simple tout était parfait, du jeu de scène des musiciens, à la performance vocale de Eike, en passant par les solos de Jörn. Et que dire de cette playlist qui avait tout du best of (mais y a-t-il du mauvais chez ce groupe ? ?) ?

Entamant les hostilités avec « Fix The Focus » morceau d’ouverture du dernier album, le groupe aura mis tout le monde d’accord ce soir. « Deadly Combat », « Know Me Strong », « Zero » ou l’hymne « Suicide Crew », aucun temps mort n’aura été accordé par le groupe qui a visiblement pis son pied autant que la foule, servis par un son remarquable. Et ce bonheur communicatif faisait tellement plaisir à voir que s’en était magnifique.

On le savait pour avoir interviewé Eike quelques heures plus tôt, mais les allemands de Dark Age sont adorables, simples et d’un charisme à toute épreuve. Réellement Eike Freese dans lequel j’ai cru à certains moments déceler du Dave Mustaine (en plus sympathique), a vraiment tout du très grand frontman comme il y en peu aujourd’hui. Le frontman « metal » quoi, celui qui est à l’aise, qui communique (et communie même) avec son public, pas le frontman qui frétille et saute partout en faisant une tête de méchant.

S’il y avait une justice, j’en suis persuadé aujourd’hui, Dark Age aurait tout pour devenir le nouveau Metallica.

Car outre cette énergie imparable, inutile d’imaginer prendre la maîtrise technique en défaut : la meilleure preuve étant incarnée par les solos : ceux de « Fix The Focus » ou de « Last Words » absolument magnifiques et retranscrits à la perfection, ou celui en tapping sur « The Silent Republic », où Eike et Jörn, à l’unisson, nous auront époustouflé de leur doigté et dextérité.

Il est vrai que la setlist faisait la part belle aux deux dernier fantastiques albums du groupe, mais pour autant Dark Age nous a servi un excellent « Trial By Fire », superbe morceau issu de Insurrection, album qui laissait déjà transpirer un talent et un potentiel incroyables, ainsi qu’un très « rock » « Storm » issu de l’EP The Fall, 1ère réalisation du groupe.

Au delà de la qualité de l’interprétation et des compositions, c’était vraiment l’ambiance, particulière, très conviviale et sympathique qui propulsait ce concert vers les sommets. Voir Eike sourire et même rigoler en constatant la réaction du public très enthousiaste, était un spectacle vraiment touchant. De même les musiciens n’hésitent pas à partager leurs bières avec le public.

Cerise sur le gâteau et après un final exceptionnel (« Dare To Collapse » suivi de solos de chaque instrument avec présentation des musiciens, et un incendiaire « For Whom The Bell Tolls » reprise de Metallica présente sur Insurrection) le groupe est revenu sur scène s’asseoir pour passer plusieurs heures avec le public qui le souhaitait, dédicaçant posters et cds et discutant le plus simplement du monde avec. tout le monde.

Un énorme concert, un groupe fabuleux, et vraiment je manque de superlatifs pour décrire l’incroyable moment que j’ai passé ce soir avec ces géniaux allemands.

A noter que le groupe devrait normalement repasser en juin à Paris, on vous tiendra au courant, mais d’ores et déjà je peux vous dire que ce sera un événement à ne pas rater !

Un grand merci à Lionel et Jérôme d’Underclass, à toute l’organisation et au groupe pour ce grand moment de musique !

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 900 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *