Enslaved – 22 février 2005 – Locomotive – Paris

Pas de commentaires      1 005

Voilà bien une affiche à laquelle je me rendais avec krakou et jambon ( ;) ) sans trop savoir sur quoi j’allais tomber. Ayant perdu de vue Enslaved depuis Eld et n’ayant pas réussi à accrocher depuis j’espérait ne pas avoir droit à un isa version live et je n’ai pas été déçu. Mais commençons par le commencement.

Juste après être sorti de notre interview avec Ivar (guitariste d’Enslaved) la loco commence à se remplir, et d’entrée on constate qu’elle s’arrête vite de se remplir. Malgré tout c’est dans la grande loco que les groupes nous ont donné rendez vous pour des raisons techniques plus que pour des raisons d’affluence record.

Le rideau s’ouvre une première fois laissant apparaître Himinbjorg, premier méfait de la soirée. Le groupe se lance immédiatement dans son set de black viking poussé par une bande de fans manifestement ravis de voir le group se remuer sur scène. Se remuer ? En fait pas tant que ça et c’est le principal reproche que je formulerais au groupe. Le chanteur était trop statique a mon goût ne laissant aucune place à du jeu avec le public et se contentais de balancer des « merci paris, ça nous fait plaisir d’être là » qui au final semblait peu crédible devant l’enthousiasme du groupe. On pourra peut être mettre ça sur le compte de l’espace réduit qui restait au groupe compte tenu du fait qu’ils ne se sont pas installés sur la batterie principale mais je pense quand même que ça n’excuse pas tout. Bref, mis à part ca la bande va être assez convaincante au niveau musical avec 7 morceaux assez carrés et bien servi par le live. N’étant en effet pas un grand fan d’Himinbjorg sur album j’ai trouvé que le jeu live leur donnais d’avantage de puissance. Malheureusement, les vocaux n’étaient pas toujours parfaits, que ça soit en clair ou en growl. Aller une bonne mise en bouche pour les gros morceaux qui allaient suivre.

Le rideau se ferme et après une attente toujours bien longue les norvégiens de Vreid arrivent. Immédiatement les protagonistes de feu Windir sont repérables avec leurs tatouages en forme d’animal sur le bras droit (scorpion pour le chanteur, tigre pour le bassiste) et du « W » de Windir sur le gauche. Je n’avais pas entendu de Vreid sur cd j’étais donc tout ouïe pour savoir ce que les 4 norvégiens allaient nous proposer. Ici donc il s’agit d’un black métal rapide allié à des riffs thrashy du meilleur effet. Cette fois les musiciens bien que très concentrés sur leur zik s’en donne a cour joie et profite de cet instant avec le public parisien. Et celui-ci le leur rend bien, ça bastonne sec dans le pit et les rythmiques groovy du groupe sont immédiatement saluées par une horde de headbangeur fous. Une reprise de Windir (étonnant non ?) et une reprise d’un old Sepultura viennent ponctuer le set des norvégiens de la plus belle façon. J’ai été bluffé par le groupe et il me tarde de jeter une oreille sur le cd pour confirmer la bonne impression sur scène.

Le rideau se ferme à nouveau et cette fois la tension est palpable, Enslaved est manifestement très attendu. Dès que le rideau s’ouvre c’est l’explosion, les deux premiers titres de isa joués sans break, et même pour un non connaisseur de isa comme moi je dois dire que j’ai été scié. D’une par la présence de Grutle qui n’a de cesse de gigoter dans tous les sens, courir, prendre des poses parfois assez niaises, bref, prendre son pied sur scène. Ensuite par la qualité de la musique jouée. Ca joue très très bien et on sent que les ptits gars (ahem.) ont du métier. Le groupe va enchainer pendant plus d’une heure un set très varié avec 4 titres de isa, 2 de frost, 1 de eld, 1 de Blodhemn, 1 de Monumension (je crois) et un du split avec Emperor, et j’en oubli surement. On a donc droit à un brassage très large dans la carrière du groupe bien décidé à séduire l’ensemble de ses fans qu’ils soient de l’ancien temps ou du nouveau. Seul point noir pour moi : le son de batterie, trop fort et donc beaucoup trop présent. Pour avoir eu la chance d’assister au sound check avant le show je n’avais pas eu cette impression et c’est donc avec une assez désagréable surprise que j’entends cette batterie. Lors des morceaux les plus violents on entendait beaucoup trop les blasts de batterie et pas du tout assez les guitares. Dommage.

Un concert agréable donc, avec son lot de découverte et bien entendu la confirmation qu’Enslaved est un grand groupe autant musicalement qu’humainement.

Je serai un peu moins enthousiaste sur les 2 premiers groupes qui m’ont assez ennuyé, en particulier Vreid chez qui je ne vois vraiment rien d’exceptionnel musicalement, j’ai même préféré les français Himinbjorg en fait.
Aucun musicien ne sort du lot question jeu, peu de mélodies (à part certains riffs « traditionnels » qui m’ont fait penser à de la musette appliquée à la guitare), pas de solos, très peu de riffs un minimum complexes, la batterie se contente de faire le métronome et le chanteur s’est montré bien ridicule en chant clair… bref un groupe de black viking réservé aux accros au style.

Enslaved après c’est le bonheur. Eux ont tout ce qui manque à Vreid, les rythmiques recherchées, les riffs originaux, des voix nickel et une bonne présence scènique.
Un point négatif, la batterie était bien trop forte, le volume de la double par rapport au reste était dans les 2 fois celui sur album, donc les roulements de double omniprésents noyaient un peu le tout, mais par contre participaient à l’impression de puissance de leur musique.
Etant vraiment fan des 3 derniers albums (Monumension, Below the Light, Isa), ça ne m’aurait pas dérangé de n’avoir que des morceaux de ces albums mais les autres m’ont bien plu aussi, ils étaient vraiment joués avec conviction.

Certains diront qu’ils font du viking metal -c’est vrai qu’ils ne sont pas maquillés ni menaçant, ils n’ont pas de haches sur les photos promo non plus ;)- mais leur musique, en particulier celle des débuts, est ancrée dans le black métal qu’ils ont participé à forger. Enslaved joue un black métal expérimental et ouvert qui en fait pour moi un des groupes les plus intéressants du moment.

Up Next

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *