Dalek – Absence

18 Commentaires      1 968
Style: hip hop sombre et trippantAnnee de sortie: 2005Label: Ipecac

J’en vois déjà qui s’agitent. Un album de hip-hop sur Eklektik c’est quoi ce beans ? ? ? Oui c’est vrai qu’on n’avait pas prévu de traiter ce genre musical sur le site… Rassurez-vous Dälek sera une exception à la règle (pas forcément la dernière, seul l’avenir le dira), nous n’avons pas décidé de donner une coloration rap à Eklektik, loin s’en faut.

Laissez-moi donc vous exposer les raisons de la présence d’une telle chronique en ces lieux. Ces raisons sont tout à fait excellentes si vous me demandez, mais jugez plutôt par vous-mêmes :

1) Dälek est signé sur un label bien connu de beaucoup d’entre nous : IPECAC, le fameux label du grand Mike Patton, ex leader des géniaux et cultissimes Faith No More, et maître à penser de moult projets, à commencer par feu Mr Bungle, Fantomas, Tomahawk et beaucoup beaucoup d’autres plus ou moins passionnants.

2) Dälek est à l’affiche d’un sacré concert qui se prépare et qui se déroulera en mai prochain et qui verra les rappeurs américains s’afficher en 1ère partie de 2 grosses pointures : Isis et Jesu. Ce ne sera d’ailleurs pas la première fois que ce groupe de rap tournera avec des pointures rock et post-hardcore, puisqu’il a déjà partagé l’affiche des précités Isis, mais aussi de Tomahawk par exemple.

Avouez qu’il y avait déjà de quoi être passablement intrigué, ces 2 arguments pris en compte.

J’ai donc décidé d’écouter cet album, l’esprit libre et détaché de tout a priori négatif. Et bien m’en a pris, car autant le dire tout de suite, cet album est une bombe, et certainement l’un des indispensables de ce début d’année.

Imaginez une copulation entre les frasques spoken, le flow, le lyrisme et la sensibilité poétique de Saul Williams (que certains d’entre vous connaissent peut-être), le caractère revendicatif du rap (le groupe s’attaque à la politique américaine autant qu’au faux-semblants de rappeurs qui dénaturent selon eux, la véritable vocation revendicative et « sérieuse » du rap) et le caractère sombre, planant et hypnotique des meilleurs groupes de post-rock ou de doom/sludge, les guitares en moins. Sur ces bases gouteuses, le groupe saupoudre un peu de samples et autres bruits sombres et menaçants qui renforcent l’atmosphère glaciale qui se dégage de ce disque, atmosphère renforcée par une production ultra-puissante (les basses sont énormes) mais aussi inquiétante car saturée et « craquante » (comme si l’on pouvait entendre les sillons du vinyle).

Le fruit de cette partouse de genres se définit en 10 pistes qui composent ce sublime Absence, 3ème album de Dalek.

Issue de la collaboration de 3 individus, Dälek, Still et Oktopus, la musique de Dälek est lente et fascinante. Il suffit d’écouter cet album (au casque de préférence) pour se retrouver transporté, bercé dans cet univers certes sinistre de prime abord, mais également magnifique à de nombreux égards.

Ainsi, impossible de rester de glace face à de superbes joyaux tels que l’introductif « Distorted Prose » ou le biennommé « Beast Caged », dont les mélodies répétitives s’imprègnent dans le cerveau et hypnotisent littéralement l’auditeur.

Que les frileux que le mot « rap » effraie se rassurent : si l’on retrouve bien un chant rappé typique (bien que le flow soit très lent) ainsi que des scratches, Dälek est très loin du groupe de hip-hop de base qu’il dénonce d’ailleurs (je ne parle pas des groupes de hip-hop underground que peu d’entre nous connaissent), vous savez le groupe MTV qui parle de sexe, et dont les clips mettent en avant des éphèbes body-buildés en pleine séance de touche-pipi avec des bimbos venues d’une autre planète (la planète Hollywood me suis-je laissé dire). Ce n’est donc pas une surprise si le public de Dälek est aussi grandement composé de fans de rock et de métal, ce qui tient sans doute pour beaucoup à cette atmosphère très sombre que Dälek partage avec quelques joyaux du trip-hop tels que Mezzanine de Massive Attack ou Dummy de Portishead, disques qui tournent souvent chez les métalleux et amateurs de rock.

Attention cependant, si vous êtes vraiment allergiques au phrasé hip-hop, vous aurez certainement du mal à pénétrer dans l’univers de Absence dans lequel vous ne pourrez pas vous raccrocher à la moindre guitare… Mais si vous avez un minimum de curiosité et d’ouverture d’esprit, le voyage vaut largement la peine… Tout simplement grandiose autant qu’unique.

  1. distorted prose
  2. asylum (permanent underclass)
  3. culture for dollars
  4. absence
  5. a beast caged
  6. köner
  7. in midst of struggle
  8. eyes to form shadows
  9. ever somber
  10. opiate the masses
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 889 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

18 Commentaires

  1. Joss says:

    J’y jeterais une oreille par curiosité…ça me rappelera l’époque ou j’écoutais Cypress Hill et ICP :-)

  2. fewz says:

    ça se rapproche de quoi en terme de hip hop? ça fé genre abstract Hip Hop ou bien?

  3. krakoukass Krakoukass says:

    Ca ressemble carrément pas à Cypress Hill ni à ICP que j’écoutais aussi pas mal. C’est vraiment très très sombre et plus proche du trip-hop dans l’esprit Mezzanine…
    @Fewz : je sais pas ce que c’est l’abstract hip-hop… :-/

  4. Ocean? says:

    Globalement d’accord avec Krakou, cet album est une pure bombe. Par contre, il ne faut pas non plus se focaliser sur l’aspect hip-hop du flow. C’est bcp plus que du rap. On retrouve les ambiances glauques du Scorn des débuts (Mitch Harris a collaboré avec Dalek, mais pas sur cet album je crois), quelques réminiscences de Godflesh. C’est presque de l’indus ambiant pour moi, avec une voix rappée dessus, mais avec un flow lancinant, calme, pondéré. Grosse découverte, et ça ne fait absolument pas tache du tout avec l’affiche Jesu / Isis.
    J’attends ce concert avec grande impatience, ma foi :p

  5. jonben jonben says:

    Je ne trouve pas ça nul mais ça ne m’emballe guère… lancinant ça c’est sûr, endormissant?
    Le titre à télécharger est plutôt pas mal mais je ne voix pas ce qu’il a de très différent de la majorité du hip hop, le phrasé est typique, la rythmique ultra-répétitive et minimaliste, seul l’aspect sombre des samples utilisés change.

  6. Hororo says:

    l’Abstract Hip Hop c’est en quelques sorte ce que pratique Dj Shadow. Un melange de beaucoup d’epoque de la musique, autant jazz que rap, mais avec un rythme très lent.

  7. krakoukass Krakoukass says:

    Cela dit le titre à télécharger est loin d’être le meilleur de l’album je trouve…
    @jonben : Dire que cet album n’a rien de différent des autres sorties de rap est une abération et je pense que le concert de Mai te fera te rendre compte de ton erreur. Si cette musique est « endormissante » on pourrait aussi bien dire la même chose de Cult Of Luna surtout avec « Salvation ». Le rythme est certes lent, mais hypnotique et non soporifique. Enfin de toute façon toi tu fais quasiment partie des allergiques au rap…

  8. jonben jonben says:

    J’aime la musique variée et complexe et j’ai toujours trouvé que le rap constituait la musique la plus minimaliste qui soit : pas de basse, rythme le plus simplissime possible, 1 sample dans le morceau ou pour le « hip hop deluxe » une poignée, une voix monocorde, le tout répété pendant 4 minutes.
    Et puis le « discours » ne m’a jamais touché…

  9. Ocean? says:

    Jonben : C’EST PAS DU RAP BORDEL ! :D
    Oublie l’image d’Epinal que tu peux trouver sur mtv base ou autres merdasses, là c’est plus sombre que bien des groupes de black ou doom…

  10. kollapse says:

    tt à fait dac avec la chro:cet album est sombre, hypnotique, inpiré et loin des clichés rap lascars que je hais tant…J’aime déja beaucoup le précédent album, celui-ci me semble encore plus abouti.Un des rares artistes classés rap à pouvoir passer par mes oreilles… je conseille à ceux ki aiment Dalek de voir du coté duvsurdoué Sage Francis, rappeur blanc ki renvoie eminem à ses sages(;-)études…ainsi que le non moins talentueux Sole, lui aussi blanc provenant du groupe anticon, parait-il excellent lui aussi.18/20

  11. jonben jonben says:

    Bon ok c’est pas du rap, le rap étant seulement un style de voix, c’est du hip hop noisy.

    Sinon en voix rapées, les seuls vocaux dont je suis vraiment fan sont ceux du gars sur l’album « The Dawn » d’Erik Truffaz.

  12. Keyser Söse says:

    Moi qui écoutait énormément de hip-hop US à une époque et qui ait toujours une grande sympathie pour certains artistes et albums cultes, le mp3 m’a beaucoup plû, le flow est tout simplement excellent et l’instru est très bon, ça fait vraiment du bien ce genre de sortie parmi toutes les merdes qui pourrissent le milieu. Très bonne initiative que d’avoir chroniquer cette album, je vais me pencher sur ce groupe très intéressant :)

  13. Ocean? says:

    Jonben : ouaip Truffaz c’est mortel ;-)

  14. Monster says:

    Ouaip bonne idée de chroniquer ce genre d’artistes. ça pourrat ptêtre faire comprendre à certains que le hip-hop ne se limite pas qu’à des merdes comme NTM ou Snoop Dog…
    Sinon moi c’est un genre qui ne m’a jamais attiré, à part DJ Shadow, mais j’essayerais de jeter une oreille sur ce disque si j’en ai l’occase, le MP3 me plait bien en tout cas…

  15. damien luce says:

    Bravo, je prends un véritable giffle. Au départ je recherchais un groupe de rap sombre et j’étais tombé par hasard sur KWAL, qui lui aussi utilise des samples trés noires mais alors dalek c la claque!!!!!
    yyyyahouuuuuuuuuu!!!!!!

  16. kollapse says:

    jeter une oreille sur Sage Francis (chronik ds guts of darkness), l’essayer c l’adopter!

  17. fewz says:

    putain! faut arrêter avec le rap à dire que c’est pas bien pcq c’est pas technique. Le punk originel c’est un gars avec trois accords qui fait une chanson! c’est pour ça que le punk c’est bien! c’est ça aussi qui est bien dans la musique! Et puis bon, quand vous parlez de rap, faut voir de quoi vous parlez aussi… y’a le rap à gros seins et string….et les autres… si vous connaissez pas el-p, automator, kool keith, dj Krush, et bien ruez vous dessus…

  18. master of puppets says:

    Vraiment excellent le mp3 ! J’aime beaucoup l’instru et le scratch… et le flow est terriblement apesant, reposant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *