Disiplin – Anti-Life

1 Commentaire      1 090
Style: black metalAnnee de sortie: 2005Label: Moonfog

Rhhaa les revoilà, Disiplin, une des plus grandes sensations de la scène black de 2003. Après un premier essai des plus réussis, le groupe, nouvel espoir de Moonfog se devait de confirmer avec leur deuxième album. C’est chose faite et dans les règles de l’art mon bon Monsieur.

Après un début d’album assez curieux où une voix ultra distordue tente de nous parler, « Orthodox devil Worship » démarre et semble, d’entrée, prêt à tout défoncer sur son passage. Immédiatement la marque Disiplin est assez reconnaissable malgré un son notablement plus clair qu’auparavant, moins brouillon, servant d’appui à cette apocalypse de décibels. Changement de rythmes, accélérations, ralentissement trouvant son apogée dans un monumental refrain terriblement accrocheur et définitivement sauvage rappelant à certains égards la folie de Satyricon sur « rebel extravaganza »… Le moins qu’on puisse dire c’est qu’avec un démarrage comme ça, le groupe avait intérêt à assurer dans la longueur.

N’attendez pas de « Feed the fucker to the dogs » un quelconque répit puisque malgré son tempo plus lent, la violence est toujours bien là, tapie dans un coin. « Anti-Life » le single qui a donné lieu au clip se compose à peu prêt de la même façon que le 1er titre, à savoir des alternances de tempo en veux tu en voilà.

Grand, c’est le mot qui ressort dès la première écoute de ce Disiplin qui enfonce fort bien le clou qu’il avait commencé à planter via son premier album. Alternant des ressemblances avec du Dimmu Borgir, du Gehennna (ancienne époque), du Satyricon ou même du Emperor, le groupe semble piocher à droite à gauche les éléments qui ont fait le succès de ses compatriotes sans pour autant tomber dans le plagiat, en prenant le meilleur et nous le resservant bouillant.

La voix en particulier semble avoir fait l’objet d’un travail particulier de la part de Ausslavia, alternant fort justement ses vocaux, prenant bien soin de faire passer le sentiment adéquat selon le besoin du morceau.
Et là où sur « Disiplin » celle-ci semblait légèrement trafiquée, ici elle est naturelle, label rouge élevée au grain. Une fois encore la violence s’en trouve tout autre que lors du premier assaut, plus réfléchie, plus mûre aussi.

Léger regret quand même sur la quasi-totale disparition des éléments « groovy » qui rendaient le premier album original (cf. « Ultimatum ») malgré une légère réminiscence sur « Militia ».
J’attendais beaucoup de cet album, et cette fois je ne suis pas déçu, le résultat est conforme à ce que j’attendais des norvégiens. Un black pur et dur, sans concessions, avec cet esprit militaire qui frappait déjà deux ans auparavant, sans fioriture électronique ou atmosphérique. Ici ça bourre, mais ça bourre intelligemment, le groupe ayant compris ce que beaucoup de groupes de black ne semble pas comprendre : ça n’est pas par la vitesse du jeu qu’on créé la violence mais par le malaise que fait ressentir la musique. Avec ses mid-tempo, Disiplin parvient à chaque essai à créer la sauvagerie.

En tout cas cet album ne fait que confirmer le fait que Disiplin fait partie de cette nouvelle graine black métalleuse norvégienne, et appartient à ce « club » de groupes qui font que le style parvient à survivre malgré la multitude de clones y évoluant.

Un putain de coup de maître.

  1. orthodox devil worship
  2. feed the fucker to the dogs
  3. anti-life
  4. kill at will
  5. quimbanda
  6. militia
  7. eleven
  8. the arsonist academy
  9. kosmos reversum
  10. pesticide
  11. chaos triumphator
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. krakoukass Krakoukass says:

    Je l’ai à peine écouté pour le moment mais ça m’a l’air en effet d’être une putain de tuerie avec une excellente production qui éloigne « Anti-Life » des merdes trve black produites avec un carambar et enregistrées dans les chiottes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *