Kaddisfly – Buy Our Intention We Ll Buy You a Unicorn

1 Commentaire      863
Style: rock fusionAnnee de sortie: 2005Label: Hopeless

Ca fait un moment qu’il s’agrippe à mon baladeur et je dois dire que j’attendais avec impatience ce nouvel album de Kaddisfly tant leur premier album, Did you know People can Fly, sorti l’année dernière en autoproduit, m’avait plu.

Depuis leurs débuts, 2 EPs assez orientés néo mais où on décelait déjà une propension à l’exploration d’autres horizons musicaux, le groupe a évolué en un groupe un peu moins énervé, mais sincère et original, melting pot d’influences qui réunies leur assure un son assez unique.
Ce nouvel opus, au nom tout aussi délirant, Buy Our Intention; We’ll Buy You a Unicorn, est sorti sur Hopeless Records même si Kaddisfly sont assez éloignés du style général plutôt punk de ce label.

Leur musique n’a pas diamétralement changé sur ce nouvel album, mais elle s’est étoffé de nouvelles sonorités pour un rock moderne et sophistiqué débordant sur le jazz et le funk mais infesté d’éléments émocore et parfois metalcore. Les 5 membres de Kaddisfly adoptent une approche très personnelle, on est ici très loin des clichés des « scènes » actuelles. En fait, je vois surtout Dredg à qui les comparer même si leur musique est bien différente, car ils partagent une même optique, un côté arty et sans barrière, et cette faculté d’allier accessibilité et recherche musicale

Cet album transpire une joie de vivre nuancée, pas une joie de vivre débile sans réflexion à la pop-punk. Certains titres bien jouissifs, énergiques et joyeux, mettent direct dans une ambiance détendue, par exemple avec de grosses basses groovy agrémentées d’arpèges.
Sans tomber dans la démonstration virtuose, les 4 musiciens maîtrisent habilement leur instrument, la rythmique est toujours riche et entraînante, d’une frappe rock puissante, elle accompagne des structures variées et sans cesse changeantes. Ils partent d’ailleurs souvent dans des trips jazzy ou funky, cet aspect étant renforcé par certains claviers façon orgues seventies rappelant pas mal de groupes progressifs comme Yes, mais seulement par petites touches, leur son restant moderne et jamais passéiste.
Les gratteux adorent les effets et en particulier le delay, ils en collent partout, ça en devient même un trait caractéristique, le riff en son clair avec delay à la Kaddisfly, et c’est d’autant plus significatif qu’il y a toujours plusieurs couches de guitares, les arrangements en général étant élaborés.

La voix est certainement ce qu’il y a de plus pop dans le groupe, une voix particulière, qui part de temps en temps en falsetto et est en général assez aiguë, claire et limpide, avec un côté émo prononcé, parfois même jusqu’à être trop lisse et omniprésente, mais elle ajoute toujours une pêche indéniable aux morceaux.

Mais Kaddisfly est très versatile sur cet album, et on le comprend d’autant plus aisément qu’il comporte 15 vrais morceaux (pas d’interludes, d’intros ou de plages inutiles), ce qui est assez énorme et peu courant. On peut donc passer d’un « Osmosis in C », qui rappelle ce qu’il ya de plus funky de l’Incubus des débuts (« Summer Romance »?) ou même des Spin Doctors à un morceau pop agrémenté de piano, « What Comes of Honesty », puis à un brûlot metalcore tout aussi surprenant, « Akira », pouvant un peu rappeler Thrice avec ses riffs en palm mutting et ses harmonies de guitare doublées.

Mais 15 titres pour 67 minutes, ça fait peut-être un peu beaucoup, impossible à appréhender d’un coup, et certains titres sont peut-être moins intéressants que d’autres. Le groupe a voulu ratisser large mais au risque de lasser certains, peu enclins aux cocottes metal ou au contraire aux larmoiements édulcorés.

Enfin pour moi, cet album n’en demeure pas moins un recueil de purs titres, et Kaddisfly nous ont fait là un des albums rock expérimental qui marquera 2005. Entre des titres mélodiques efficaces et d’autres plus expérimentaux le groupe reste versatile et audacieux, les fans de Dredg ou Coheed and Cambria s’y retrouveront forcément.

A noter que l’album n’est pas sorti en France mais est vraiment pas cher sur le market place d’Amazon.

  1. la primera natural disaster
  2. a message to the flat earth society
  3. the calm of calamity
  4. crimson solitude
  5. eres tremulent
  6. new moon over swift water
  7. let weight be measured by merit
  8. akira
  9. for the ejection of rest; they’ll dance
  10. osmosis in c
  11. what comes of honesty
  12. five tears from a carpenter’s eye for detail
  13. buy our intention; we’ll buy you a unicorn
  14. set sail the prairie
  15. horses galloping on sail boats
jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 497 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. manu says:

    d’ailleur merket place j’en attend toujours un CD.
    ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *