At Vance – Chained

Pas de commentaires      775
Style: heavy classiqueAnnee de sortie: 2005Label: AFM Records

At Vance nous arrive d’Allemagne avec son 7ème album. Formé en 1998 autour d’Olaf Lenk qui a roulé sa bosse avec Velvet Viper ou Centers, le groupe compte aujourd’hui dans ses rangs Mats Leven, chanteur émérite de Yngwie Malmsteen sur Facing the Animal, qui a participé aux deux derniers albums de Therion : Lemuria et Sirius B. A noter que Mats ne semble pas se limiter au Heavy lyrique puisqu’il a participé à deux groupes orientés Doom : Abstrakt Algebra et Krux. Aux fûts on retrouve Mark Cross qui a martyrisé ses peaux au sein de Nightfall, Metallium et Helloween, pas moins ! La basse n’est pas non plus en reste avec John ABC Smith ex-Gallows Pole et Scanner. En fait, nous avons affaire ici à un ‘All-Star Band’. Si la forme est alléchante voyons si le fond l’est tout autant.

Chained est un album exécuté avec virtuosité (qui en aurait douté avec un pareil line-up ?) qui a le bon goût de ne pas étaler son savoir-faire en dépit de la dynamique. Chaque solo, harmonie ou prouesse rythmique s’intègre à la musique sans accroc et le groupe avance de concert sans qu’aucun membre ne semble vouloir tirer la couverture à lui seul. At Vance est sans aucun doute un groupe et pas un assemblage de pointures. Le son global est puissant, clair et très lisible. Il permettra à chacun d’apprécier les exploits des musiciens dans son domaine respectif, les amateurs du genre seront ravis.

‘Rise From the Fall’ démarre l’album tambour battant. Le style est classique, Malmsteen et Stratovarius ne sont pas loin. Le titre est efficace, la rythmique bastonne et les musiciens maîtrisent parfaitement le style et la partition. De son côté, Mats Leven développe une voix plaisante quoiqu’un peu nasale. Le premier solo de l’album est virtuose mais assez court. Pas un instant le groupe ne déroge de la ligne qu’il s’est défini, l’entrée en matière ne révolutionne pas le genre mais elle ne trompe pas l’auditeur sur la marchandise proposée. Les morceaux de cette veine comme ‘Tell Me’ ou ‘Run for your Life’ utilisent la même formule. Le chant n’est pas spécialement lyrique et les envolées se font à l’arraché dans un bel effort. Le groupe prend un plaisir évident à ce qu’il fait, reste qu’il nous laisse un peu sur le bord du chemin, posé qu’il est sur des rails trop rectilignes. Une incertitude s’installe, le bolide serait-il trop racé pour se permettre d’embarquer les passagers ?

D’autre part, lorsqu’il ralentit sur des morceaux mid-tempo à tendance FM, le groupe s’embourbe dans les clichés dignes des années 80. Le très mièvre ‘Heaven’ a pourtant une rythmique intéressante mais l’énergie émise par les titres rapides retombe. ‘Two Hearts’ et ‘Live for the Sacred’ (Dont nous pouvons signaler la très belle introduction) souffrent de ce même syndrome. Ces morceaux comportent d’agréables moments, la section rythmique ne fait pas de la figuration (‘Run/Leave’ ou ‘Now or Never’), mais sonnent comme du déjà-entendu et ne sont pas spécialement frappants. Seule exception à la règle, le morceau-titre ‘Chained’ à l’ambiance plus posée et plus sombre. Les claviers sont bien gérés, le refrain est bon et Mats Leven délivre une belle prestation, pleine de feeling. Le groupe est ici en pleine possession de ses moyens. Tout comme lorsqu’il aborde la musique classique qui a aussi sa part dans l’album. Sur ‘Invention #13’ la basse et la guitare s’en donnent à cœur joie dans un joli travail de dentelles. Pourtant l’exercice est à double tranchant et ‘Vivaldi Winter’ pourra à la fois enthousiasmer par la technique et évoquer pour les plus sceptiques une version Metal de Rondo Veneziano ;O)-

Tous les facteurs d’excellence sont finalement un handicap pour At Vance, là où l’on pouvait attendre un album monstrueux, on a juste un opus sympa à écouter. Les structures ne risquent pas de perdre l’auditeur, les solos sont bien équilibrés et pas envahissants. L’auditeur trouvera du bon dans chaque titre mais pas de quoi s’enflammer non plus. En conclusion, la recette n’est pas aussi savoureuse que le laissaient attendre les ingrédients, tous au demeurant excellents.

  1. rise from the fall
  2. heaven
  3. tell me
  4. chained
  5. now or never
  6. two hearts
  7. invention #13
  8. run/leave
  9. live for the sacred
  10. vivaldi winter
  11. run for your life

Chroniqueur

alchemist

Chroniqueur inter mi-temps, amateur de chats, de Metal mélodique sous toutes ses formes, de fromages de caractère, de bons bouquins, de radios intelligibles... et de zombies.

alchemist a écrit 99 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *