Cephalic Carnage + Outcast + Decoherence + Hectic Patterns – 31 mai 2005 – Espace Curial – Paris

Pas de commentaires      1 227

Encore un petit concert bien sympa à l’Espace Curial, salle qui ce soir s’est révélée très adaptée, pas mal de monde s’était déplacé pour cette affiche assez extrème et le son étant globalement plutôt bon, les 4 groupes furent bien appréciables, carrés et techniquement très évolués, Cephalic Carnage étant soutenus par 3 groupes parisiens très prometteurs.

J’ai surtout carrément été impressionné par le set du 1er groupe, Hectic Patterns, qui nous a montré un très gros niveau. Bon pour commencer la soirée, surtout que le groupe jouera bien 40 minutes. Leur démo laissait présager un groupe très technique (à télécharger sur leur site www.hecticpatterns.net) et assayant de sortir des sentiers battus. Leurs nouvelles compos vont dans ce sens, pour un death des plus sophistiqués, autant mélodiquement que rythmiquement, pouvant rappeler par moments Necrophagist ou Dying Fetus, donc bien extrème mais avec un côté moderne, où la finesse et la précision était privilégiée sur la brutalité.

Le chanteur a une voix puissante, faite de cris aigus et graves, mais s’est révélé un peu linéaire à la longue et manquait grandement d’aisance entre les titres. Il joue tout de même bien son rôle mais a un intérêt moindre par rapport au jeu des gratteux et bassiste, qui partent constamment dans des riffs impossibles, parcourant leur manche à grande vitesse. Ils effectueront même à un moment en même temps un passage en taping pour un effet des plus réussis, surtout que le son était très net (sûrements grace aux 2 pûrs grattes assez appréciées des jazzmen).

Leur musique est impeccablement mis en place et ça s’en ressent par un jeu de scène un peu statique, mais ils n’oublient pas non plus d’insérer des passage entrainant et arrivent à ne pas saouler par un excès de virtuosité. Un groupe a suivre très certainement, espérons que leur prochain enregistrment soit à la mesure du live.

Viennent ensuite Decoherence, dans un style relativement proche mais moins flamboyant, pas forcément plus agressif mais plus rentre dedans qu’Hectic Patterns, tout en restant très technique aussi, un peu à la manière du groupe français de death technique Korum.

L’arrivée d ‘un nouveau batteur dans le groupe il y a quelques mois les ont contraint à faire un set assez court, de 30 minutes un peu près. Leur musique comporte de bons passages, mais fût assez monotone sur la longueur, surtout juste après Hectic Patterns.

Le groupe suivant, Outcast venait soutenir son 1er album récemment arrivé dans les bacs, First Call / Last Warning sorti sur Thundering Records. Ils pratiquent un death/thrash plutôt énervé, soutenu par un chanteur bien hargneux, et des riffs directs. Ils partageront leur set entre titres plus récents, que je préfère, plus mélodiques et entrainants, et des anciens où leur côté death old school ressort.
Même si la musique est moins impressionnante techniquement que les autres groupes de la soirée, ils ne manquent pas non plus de talent, il y a de bonnes rythmiques et des solos limpides, même si Outact privilégie en général l’efficacité directe.

Le son un peu moins clair et des compos un peu ordinaires ont fait que le set m’a un peu moins plu, par contre chapeau pour la reprise de « Remembrance » de Gojira, c’est la 1ère fois que j’entendais un groupe reprendre du Gojira et même si le son était loin de celui du groupe en live, ça donnait justement une interprétation différente mais réussie du morceau.

3 groupes ça commence déjà à faire pas mal niveau fatigue mais les américains de Cephalic Carnage nous ont rapidement remis sur pied. J’ai découvert le groupe avec leur dernier album, Anomalies très réussi, et ils enjoueront pas mal de titres. Leur brutal death très technique sait ne pas se prendre au sérieux et partir dans des délires plus rock n’roll ou sonnant limite metalcore par moment, et le groupe démontre la même bonne humeur sur scène. Les 5 membres du groupes savent ce que c’est que faire un show, bougeant dans tous les sens, à la mesure d’un Dillinger Escape Plan sur scène, arrivant à allier un jeu complexe et une folie scénique. Pendant que les gratteux se déchainent, le chanteur parcourt la scène, remercie chaleureusement le public d’être venu en nombre. Il est soutenu niveau chant par le bassiste dans des cris assez graves.
Entre les titres, on a le droit à des extraits de morceaux disco/funk, hip hop ou flamenco de quelques secondes, rapidement remplacés par les assauts d’énergie brute. Leurs compos sont assez courtes et partent dans tous les sens, on est jamais au bout de ses surprises.
Certains s’exciteront dans le pit, en particulier sur les morceaux les plus anciens à la limite du grind, dans une bonne ambiance, un ahuri se risquant même à des roulades un peu pataudes (hxc powa!).
Le groupe est acclamé à sa sortie de scène, le bassiste crêté revient et nous explique que le batteur, qui pourtant a assuré le set parfaitement, est malade mais il reviendront tout de même au bout de quelques minutes pour nous jouer quelques autres morceaux!

Concert très réussi d’un groupe méconnu mais méritant, précédé de 3 jeunes groupes parmi les meilleurs représentants du death français, dont on entendra sûrement encore parler bientôt.

Merci à Zoliv pour les photos

jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 497 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *