Paragon – Revenge

1 Commentaire      735
Style: heavy metalAnnee de sortie: 2005Label: Remedy

Paragon, formation germaine entre sur le champ de bataille pour un 7ème opus. Pratiquant un solide heavy ‘à l’ancienne’, le groupe délivre une musique loin de l’étiquette ‘True Metal’. L’album n’est pas clinquant et ne comporte aucun arrangement symphonique. Et l’on peut dire que les Allemands ont un sacré savoir-faire en matière d’hymnes.

Solide et sans manières, la formation délivre 11 titres habités de fureur et de prestance. En tête, le chanteur Andreas Babuschkin assume son rang avec une voix théâtrale et puissante. Le timbre de cette dernière est assez particulier mais rentre finalement en adéquation avec les chansons et montre un côté assez intéressant dans les graves et les susurrations.

Les guitares assurent à l’ensemble une assise confortable avec des rythmiques lourdes et bien balancées typiques de la scène Heavy. On pensera notamment à Accept, Primal Fear ou Judas Priest sur certains titres. La basse et la batterie soutiennent tout ce beau monde avec rigueur et application. Bref, Paragon pratique un bon vieux heavy des familles et développe dans ses titres une imagerie guerrière. Veuillez sortir vos épées à deux mains, boucliers et armures rutilantes… En selle !

Dès le début de l’album les chevaliers teutoniques posent les règles du jeu. ‘Impaler’ déboule sur une trame classique mais terriblement efficace. La double grosse caisse métronomique mène la troupe à l’assaut. Le refrain est accrocheur et fonctionne immédiatement. Les solos sont bons sans être éblouissants et les harmonies des deux guitares fonctionnent bien. Voilà une belle entrée en matière. ‘Assassins’ et ‘Traitor’ lui succèdent en appliquant la même recette, toujours typique du genre mais fort enthousiasmante. Ce dernier morceau, si vous y êtes sensibles, vous donnera envie de lever bien haut votre choppe et de beugler le refrain sans retenue aucune.

La formation sait toutefois varier les ambiances avec deux titres plaisants qui changent un peu la donne. ‘Masters of the Seas’ et ses 9 minutes vous révèleront le visage épique de Paragon. Après une belle introduction au chant murmuré, la grande cavalcade commence. Le point d’orgue en est un refrain entêtant, majestueux et bien mené. De son côté ‘Beyond the Veil’ développe un mid-tempo solennel épaulé par un bon riff. Les guitares apaisées distillent une belle atmosphère et la procession poursuit son chemin en un chœur chevaleresque. Les amateurs ne bouderont pas non plus leur plaisir avec ‘The Battle Rages On’ ou ‘Revenge’ et son refrain scandé tout en puissance.

Si solide qu’elle soit, l’armure a néanmoins certains points faibles. Le style est sans réelle surprise et l’on sera bien en peine de nouveauté. Paragon n’évite pas certaines ornières et tombe parfois dans le pompeux avec des morceaux comme ‘Symphony of Pain’. Le refrain et les paroles de ‘The Art of War’ donneront de bons arguments aux détracteurs du genre. Enfin, la ballade ‘Empire of the Lost’, co-écrite avec le producteur de l’album, Piet Sielck d’Iron Savior, n’est pas vraiment marquante. Cerise sur le gâteau à la crème, la reprise de Manowar ‘The Gods Made Heavy Metal’ (Crom ! Quel titre !!) sera appréciée à sa juste valeur par les fans.

Nos excuses vont d’avance aux dames. Revenge est un album d’hommes, qui s’écoute entre hommes en sirotant une bonne bière (Ou tout autre breuvage qui conviendra à votre ivresse). Aficionados de heavy bien fait et sans prise de tête (Qui a dit pléonasme ?), cette bataille est digne de votre engagement. Malgré quelques imperfections, cet opus plaira par la conviction avec laquelle il est exécuté. Chargez !

  1. intro / impaler
  2. assassins
  3. traitor
  4. masters of the seas
  5. revenge
  6. symphony of pain
  7. beyond the veil
  8. the battle rages on
  9. art of war
  10. empire of the lost
  11. the gods made heavy metal (manowar cover)

Chroniqueur

alchemist

Chroniqueur inter mi-temps, amateur de chats, de Metal mélodique sous toutes ses formes, de fromages de caractère, de bons bouquins, de radios intelligibles... et de zombies.

alchemist a écrit 99 articles sur Eklektik.

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. Monster says:

    Ils étaient sur le tribute à Saxon, leur reprise n’avait rien de memorable d’ailleurs…
    J’avais écouté un morceau d’eux sur un sampler et ça m’avait fait penser à un clone d’Accept.
    Mais là j’ai écouté les samples sur leur site et je trouve ce groupe finalement plutôt bien, c’est du couillu, du heavy metal pour des hommes qui portent des armures et des peaus de bêtes en allant chasser le mamouth laineu tous les dimanches matin à l’aiguille à tricoter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *