Dredg – Catch Without Arms

35 Commentaires      3 109
Style: art rockAnnee de sortie: 2005Label: Interscope

Dredg est tout simplement pour moi un (le?) groupe rock parmi les plus intéressants de ces 5 dernières années mais leur motivations étant aux antipodes de toutes compromissions commerciales, leurs 2 premiers albums sont restés assez confidentiels, surtout en Europe.

Catch Without Arms est le 3ème album du groupe, après Leitmotif et El Cielo, 2 albums d’un rock incisif expérimental toujours surprenant. Les 4 membres de Dredg ont du génie et un esprit propre qui place leur musique complètement à part des scènes qui pullulent actuellement.

On s’attendait donc à une nouvelle surprise avec ce nouvel album, et c’est le cas, Catch Without Arms est même le contraire de ce qu’on aurait pû imaginer. Le groupe nous avait habitué à des expérimentations, l’utilisation d’instruments exotiques par exemple, des trip électro ou même simplement à rajouter des interludes instrumentaux entre les morceaux mais il n’en est rien sur Catch Without Arms.
Dredg ont composé 12 titres de pûr rock modernes et puissants, dépouillés, composés de presque toujours les même sons fournis par le quatuor, et surtout qui mettent bien en avant la voix magistrale de Gavin.
Une voix vraiment unique, précise et puissante, reprenant presque le grandiose du chant d’opéra, elle est immédiatement reconnaissable comme peut l’être celle de Bjork en voix féminine.

Classique en surface, on ne retient à première écoute que les mélodies toujours mémorables du chant mais la musique de Dredg révèle toujours rapidement une richesse incroyable, les arrangements relevant du détail.
Le groupe ne comprend qu’un seul guitariste mais celui-ci meuble l’espace avec des riffs aérés souvent bourrés d’effets.
Gavin l’accompagne avec une slide guitare un peu spéciale (jouée au tournevis!) même si sur ce dernier album il la troque plus souvent contre un piano sur quelques passages.

Moins insisive qu’à leurs débuts, la musique de dredg a perdu en agressivité ce qu’elle a gagné en beauté pûre. Mais pas de ramollissement dans l’air pour autant. Le groupe ne serait rien sans sa section rythmique exemplaire, la frappe incisive et les basses subtiles sont toujours aussi captivantes. L’écoute seule des rythmiques toutes recherchées sur cet album vaut déjà largement le coup.

On attendait cet album avec impatience et on n’a pas été déçu du résultat. Aucune décéption, tous les titres sont remarquables, autant de tubes potentiels, des morceaux rock traditionnels sans pour autant être formatés pour le grand public.

Espérons que le groupe parvienne à toucher un public plus conséquent en Europe, il serait dommage de passer à côté.

2ème avis : Krakoukass:

Loin de moins l’envie de venir mettre mon grain de sel dans la chronique de mon camarade, mais au contraire d’enfoncer davantage le clou et insister sur le caractère majeur de ce groupe unique, qui reste encore malheureusement beaucoup trop confidentiel.

Comme l’a bien expliqué jonben, la force de Dredg est de composer de véritables bombes, facilement appréciables à la 1ère écoute, mais qui ne diffusent et révèlent leur véritable richesse qu’après plusieurs écoutes. J’avoue même que mon contact avec ce 3ème album a été quelque peu décevant, trouvant l’ensemble presque banal. 2 écoutes plus tard j’étais tout simplement amoureux.

El Cielo était déjà un album formidable, mais Catch Without Arms vient encore renforcer le génie du groupe, qui s’affirme autour d’un songwriting tout simplement époustouflant, très épuré puisqu’articulé autour de 12 titres de rock à la structure en apparence très classique. Difficile de citer un titre en particulier tant tous semblent taillés pour devenir des hymnes inoubliables. Si l’on devait toutefois recommander un morceau pour servir d’illustration à la maestria du groupe ce serait sûrement ce « Bug Eyes » (très judicieusement choisi comme single) dont les mélodies et les riffs volubiles me collent à tous les coups la chair de poule (putain à la 3ème minute et des cacahuètes c’est l’orgasme assuré).
Si l’on devait vraiment chipoter sur le contenu de l’album on dirait seulement que « Zebra Skin », titre presque « funky », est quelque peu déroutant et peut sembler dépareiller de prime abord, au regard du reste de l’album. A la 5ème écoute il vous semblera être une étape naturelle dans le déroulement de l’album.

Tous les titres pourraient cartonner en radio mais le grand public est tellement lobotomisé et peu enclin à être confronté à la véritable beauté artistique que Dredg dégage qu’il est peu probable d’entendre un jour « Not That Simple » sur les ondes. Qu’importe, et tant pis pour ceux qui continueront à l’ignorer, mais ce groupe est réellement à considérer comme l’un des sauveurs du rock moderne.

Il n’est pas rare de penser à d’autres groupes en écoutant Dredg : on pense parfois à U2 notamment, à plusieurs reprises sur Catch (notamment sur le sublime « Matroshka »). Mais le grand atout majeur de Dredg est d’avoir en son sein un chanteur absolument incroyable (pas que Bono soit un manche bien sûr) au timbre fragile mais puissant, capable de véhiculer des émotions d’une violence et d’une intensité rarement égalées. Ce Gavin est clairement l’un des meilleurs chanteurs en activité, et lorsqu’on mesure les progrès accomplis par le bougre entre Leitmotif et Catch Without Arms, il y a de quoi être réellement estomaqué. Son timbre est immédiatement reconnaissable même s’il évoque parfois d’autres grands chanteurs (comme sur la fin de « Catch Without Arms » où l’on pense au chanteur de Muse).

Au-delà des genres, au-delà des modes, au-delà des publics, Dredg est un groupe essentiel et Catch Without Arms un album qui ne l’est pas moins. Pour tout amateur de Musique en général.

Rigoureusement indispensable, Mesdames et Messieurs voici tout simplement l’un des albums de l’année 2005.

  1. ode to the sun
  2. bug eyes
  3. catch without arms
  4. not that simple
  5. zebra skin
  6. tanbark
  7. sang real
  8. planting seeds
  9. spitshine
  10. jamais vu
  11. hungover on a tuesday
  12. matroshka
jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 491 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

35 Commentaires

  1. Devin says:

    Une pierre supplémentaire à l’édifice , sans être un mastodonte comme « El Cielo » l’avait été pour moi , « Catch Without Arms » est abouti jusque dans les moindres recoins. Un bien bel album ..

  2. Pierre says:

    WOW!!!!
    difficile à trouver? pourtant ils sont sur interscope…peut être arrivera-t-il ici plus tard?
    De tte facon il reste tjs internet pour le commander!

  3. jonben jonben says:

    En fait il est sorti hier mais il mettra sûrement une semaine à être dans les bacs en France.

  4. kollapse says:

    sublime album que nous a laché dredg, je suis dac à 100% avec les 2 chros et pense que Dredg est bien parti pour devenir un groupe majeur dans l’histoire de la musique tout simplement…Gavin y est carrément époustouflant : « bug eyes », « tanbark », « jamais vu », « hungover on a tuesday » l’attestent, c’est un putain de vocaliste.Les autres musicos ne sont evidemment pas en reste.Je dirais au final que même si « el cielo » a ma préférence, mais de très peu cela dit, ce « catch without arms » enfonce, comme le dit la chro, un sérieux clou et on ne doute pas un seconde que le reste de leur discographie sera passionante et exemplaire.Mais en attendant, savourons ce présent qui nous est offert!18/20 et un des indispensables de l’année assurément. (L’indispensable sera le prochain Oceansize arff :-)

  5. Joss says:

    Finalement pas trop grave que je n’ais pas participé à cette chronique, ça aurait fait redite puisque je partage entièrement l’avis de mes camarades. Un album majistral donc, une voix extraordinaires, des mélodies belle à pleurer (Rhhaaa Matroshka !!!!)L’album de l’année donc même si il reste encore Opeth et Gojira à venir….

  6. Alexia says:

    Une oeuvre remarquable de finesse, de beauté et d’émotions exacerbées, sublimée par cette voix forcément touchée par la grâce !

  7. Bru says:

    oui gros buzz justifié autour d’un groupe vraiment original et frais.

  8. Bru says:

    oui gros buzz justifié autour d’un groupe vraiment original et frais.

  9. richard_colinson says:

    Je me permet de vous conseiller The Year Of The Rabbit pour ceux qui ne connaissent pas et qui aiment se style. Je dirais que je prefere presque TYOTR a DREDG, mais bon apres ça n’engage que moi :)

  10. jonben jonben says:

    TYOTR : Ils ont splitté il me semble, et pour moi leur album n’arrive pas à la cheville de Dredg…

  11. richard_colinson says:

    ah peut-etre je sais pas trop ou ils en sont, n’empeche que j’avais vraiment aimé leur album (dont le nom m’echappe). J’ecouterai mieux Dredg pour voir (mais j’aime moyen le grain de la voix :/)

  12. krakoukass Krakoukass says:

    T’aimes moyen le grain ?????????????????????? My god ça c’est vraiment étonnant… Enfin l’égoût et les douleurs…

  13. richard_colinson says:

    oui enfin la tonalité quoi…ça voix.. il chante bien sans probleme, mais j’accroche moyen…

  14. kollapse says:

    @richard: bah franchement insiste un peu tu verras, faut peut-être un ptit temps d’adapatation, mais une fois cela fait tu devrais être sous le charme…et si pas tant pis;)!

  15. richard_colinson says:

    j’essaye pour voir ! :)

  16. fakou says:

    finalement y’a pas mal de monde qui connaissent ce merveilleux groupe !

    en concert le 5 Juillet à La Boule Noire (25 EUR)

    ça va le faire :)

  17. ildada says:

    oui bon c’est pas mal, le chanteur chante bien, mais ca mérite pas tout ce bruit, franchement ce groupe ne fera pas date, et n’a vraiment rien inventé…

  18. Ildada says:

    et à part ode to the sun et bug eyes, les autres sont chiantes.

  19. krakoukass krakoukass says:

    c’est cela oui… Tu sais quoi ? Retourne donc l’écouter 3-4 fois en entier et on en rediscute après si tu veux…

  20. kollapse says:

    si ode to the sun et bug eyes sont biens, et bien réécoute le reste, ce n’est absolument pas moins bien, que du contraire. Cela dit, après pas mal d’écoutes mnt, ma préférence va tjs au précédent « el cielo ».

  21. Pierre says:

    Certes ils n’ont rien inventé, ça ne merite peut être pas 19 mais ça reste un album splendide, extrêmement bien construit et magnifiquement bien chanté!!!

  22. Joss says:

    Ouais heureusement qu’on ne s’arrête pas aux groupes qui inventent vraiment quelque chose. Originalité n’est pas synonyme de qualité… Sans parler du fait qu’on ne peut jamais savoir si ce qu’un groupe propose est vraiment nouveau vu qu’on connait pas tout.

  23. krakoukass Krakoukass says:

    Moi j’ai réécouté El Ciel récemment aussi et je persiste dans ma préférence qui va à Catch. Chaque titre de Catch est un bijou étincelant là où certains titres pêchent un peu sur le précédent opus (qui reste une bombe).

  24. Pierre says:

    Par contre le petit gosse qui chante à la fin de « not that simple » me casse les couil** ac sa voie de pré-pubère.

  25. fakou says:

    catch w/o arms j’aime beaucoup mais el cielo reste mon préféré aussi

    de plus la derniere de catch me soule carrément, c’est quoi cette soupe ?!

    j’ai peur que le prochain album soit dans cette veine

  26. Pierre says:

    Ils ont le tps avant un autre album…on verra ds 3 ans ok?

  27. ildada says:

    ohlalala, excusez moi d’avoir osé contrer la pensée unique qui veuit que Dredg soit « un groupe fantastique lalalala »!!!

    je la ferme , c’est bon!!!

  28. Joss says:

    On t’a pas dit de la fermer mais de réécouter un peu mieux l’album. On a tout à fait le droit de pas aimer le style mais si tu aime les deux premiers titres comme tu l’a dit il n’y a AUCUNE raison de ne pas aimer les autres…enfin voilà quoi ;-)

  29. krakoukass Krakoukass says:

    Bien dit Jossounet… ;)

  30. krakoukass Krakoukass says:

    Bon pour info l’album est trouvable only en import pour l’instant, sortie officielle en France le 5 septembre…

  31. Florent says:

    Et si cet album était vraiment chiant ?
    Ptêtre que ildada n’a pas tort, non ? C’est quoi cette volée de bois vert ? z’êtes intégristes de Dredg ? :D

  32. krakoukass Krakoukass says:

    Oui Eklektik intégristes de Dredg! Na!

  33. chan says:

    moi j’aime beaucoup, mais il n’y pas autant d’ingéniosité sur l’écriture que dans tool par exemple…
    je ne vois pas dredg comme une référence quand même! ils n’ont rien inventé!
    par contre c’est vrai qu’ils sont très forts!

  34. shaq says:

    Comment peut-on sortir une galette avec si peu d’âme, tout en ayant de peu toucher la Grâce avec « El Cielo » ?
    La beauté du chant et des mélodies ne fait pas tout.
    Déçu.

  35. LUCYFER says:

    POUR MA PART, JE SUIS EN PLEINE DECOUVERTE DE CET UNIVERS MUSICAL ET JE DOIS DIRE QUE JE ME PREND DE SACRES COUPS DE SOLEIL DANS LES OREILLES ET CE GROUPES A POUR MA PART DE L’AVENIR…ON EN REPARLERA , SURE !!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *