Mouth Of The Architect – Time and Withering

9 Commentaires      1 338
Style: post-hardcoreAnnee de sortie: 2004Label: Translation Loss

Fondé depuis 2003, basé en Pennsylvanie, Translation Loss records est un label à l’éthique simple : promouvoir des artistes en toute indépendance, cette quête d’indépendance s’appuyant sur l’idée d’un développement personnel à base d’expériences auditives et soniques quotidiennes. Esprit ‘Do It Yourself’ en somme pour un label éclectique présentant un catalogue naviguant entre metal et hardcore mais aussi pop et expérimental. Bref une affaire à suivre !

Signé en 2004, Mouth of the Architect nous propose ici son premier album. Quatre morceaux, 40 minutes… Vous aimez les formats pop couplet-refrain, passez votre chemin. Ici nous avons à faire à un projet quasi instrumental où le chanteur ne se fraye une voie que très rarement dans ce paysage sonore fait de guitares lancinantes et de rythmiques minimalistes, dans une alternance de chant scandé/hurlé assez commune somme toute…
Pour être sincère, cet album devrait posséder toutes les qualités requises pour combler le fan de Pelican, Isis, Cult of Luna… que je suis. Oui…mais non…
Alors de deux choses l’une : soit je fais une overdose de ce style si nébuleux que l’on qualifiera ici pour faire simple de post-hardcore, et dans ce cas je passe certainement à côté d’un groupe intéressant. Soit ce groupe, en l’état actuel des choses, manque cruellement de charisme, et on ne m’enlèvera pas de l’idée qu’un encéphalogramme plat est toujours plus excitant que ce pale ersatz…
Pour parodier une célèbre publicité de boisson frelatée, çà y ressemble mais n’en possède en aucun cas la saveur…
Alors histoire de vous faire une idée je pourrais vous citer d’autres influences assez marquées telles que Mogwai ou bien encore God Speed You Black Emperor ! pour le jeu des guitares mais les riffs sont trop répétitifs et ascétiques pour prétendre à de telles influences… Aucune montée en tension, aucune sensation de descente au cœur du chaos, rien… à part un état de léthargie avancée, fataliste et naïve.
Néanmoins je décèle un potentiel important auquel il doit être donné une chance, une fois ces embarrassantes influences diluées et magnifiées. Je reste donc en alerte, la jeunesse du projet pouvant tout excuser !

  1. a vivid chaos
  2. soil to stone
  3. heart eaters
  4. the worm
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

9 Commentaires

  1. jonben jonben says:

    Je ne serai pas aussi catégorique sur ce groupe, il y a du très bon dedans même si c’est vrai que ce n’est pas original, c’est tout du moins assez bien fait.

  2. damien luce says:

    En ce moment, les groupes de post hardcore à l’origine bien apocalyptique (ou ce que vous voulez), allègent leur son et partent dans un trip un peu plus céleste, ambiant ou post rock.
    Mouth of the architect au contraire nous envoit un hardcore assez noire et je dis oufffffff, parmis tte ces productions allégées en son abyssal Mouth of the architect fait du bien!!!

  3. Neurotool says:

    « hardcore assez noir »? je me demande ce que tu entends par là? Je n’ai pas entendu de hardcore dans ce projet.
    Par contre il est vrai que même si çà ne ressort pas dans ma kro, ce projet est sympathique voir intéressant et mérite que l’on s’y penche. Mais perso je me suis toujours ennuyé au cours de l’écoute (même après plusieurs mois à lui laisser sa chance).

  4. damien luce says:

    Oui c vrai les étiquettes sont importantes !!! alors « post hardcore assez noire »!!! ca te va?(je rigole). c’est vrai que ce projet mérite l’attention même s’il est réservé à un public averti au niveau de ces sonorités. Quoique que…. ce groupe pourrait être une bonne introduction pour une personne ne connaissant pas ces sons. a voir…

  5. damien luce says:

    Je suis entierement d’accord avec toi sur le label translation loss records qui risque (et je l’espère pour eux!!)de faire parler d’eux et notammment avec le groupe ROSETTA. Un peu à l’image DIY du label LIFE IS ABUSE. Ce label a sorti (et vs pouvez télécharger de nombreux mp3 excellents sur http://www.lifeisabuse.com) d’excellents groupes comme TARANTULA HAWK, YETI, NIGEL PEPPER COCK, ou encore DIMLAIA formé de l’ex bassiste/chanteur de his hero is gone et qui a enregistré un album avec le bassiste de NEUROSIS.

  6. kollapse says:

    je trouve cet album plutot réussi pour ma part. Leur espèce de noise-core apocalyptique me plait pas mal, même si je n’ai pas vmt accrocheé de suite. C’est après plusieurs écoutes attentives que leurs rhytmiques plombées, noisy ont eu leur impact hypnotique sur moi…Je ne dirais pas non plus que je ne peu mnt plus m’en passer, mais je prends qd même du plaisir à écouter cette galette tout de même. Cote: 15.5/20.

  7. damien luce says:

    Plus je me plonge ds cet album plus je deviens acro à leurs mélodies sentant la nostalgie et la tristesse, un trés trés grand album!!!

  8. Devin says:

    Le nouveau est monstrueux !

  9. damien luce says:

    C’est clair, un son plus massif !!! une grosse claque !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *