Naglfar – Pariah

4 Commentaires      1 449
Style: black metalAnnee de sortie: 2005Label: Century Media

« Your flesh is now ours » voilà une ouverture sympa… Ca met dans l’ambiance en tout cas… Nagflar, voilà un groupe auquel je n’avais pas prêté attention par le passé et qui s’impose devant mes yeux (oreilles…) seulement aujourd’hui. Il ne faudra donc pas compter sur moi pour comparer cette production aux anciennes du groupe, ça me sera techniquement impossible. Tout ce que je sais est ce qui est noté sur le petit topo du promo à savoir que le chanteur du groupe s’est barré, et que c’est le bassiste Kristoffer Olivius accessoirement ancien braillard de Setherial (autre groupe suédois aspirant au statut de culte…) qui a pris le micro. Alors ce Nagflar, énième groupe de black reprenant la recette bien éprouvée ? Pas tout a fait…

Dès l’ouverture (après cette intro inutile dont sont coutumiers les groupes de black) on peut rapprocher le groupe de certains autres, Mayhem nouvelle ère, Dark Funeral, ou Marduk, sont les noms qui viennent le plus rapidement à l’esprit. Un tempo assez élevé, une voix ma foi assez classique, des riffs piquants juste comme il faut. Il y a pire comme mise en bouche. La prod est bizarre, un mélange entre du modernisme et du old-school. Pour faire plus clair, un son assez clair, mais pas trop, les instruments se reconnaissent bien mais restent sous une espèce de couche de noirceur qui sert de voile entre l’auditeur et le son. J’aime assez ce style de son je dois dire. Mais les surprises que recèlent ce disque n’arrivent qu’un peu plus tard dans le premier morceau, ma foi assez représentatif de l’ensemble de l’album. Un break partant sur un mid-tempo assez bien senti, où le groupe laisse un peu plus jouer la technique pour mettre un peu en arrière le coté brutal de la chose. Et là où Marduk s’embourbait dans quelque chose de moyen dès qu’ils touchaient à du mid-tempo, ici ça passe comme une lettre à la poste.

L’ensemble du disque va nous proposer ce genre de structures entrecoupées de passages plus reposants. L’exemple parfait de ce que je viens de dire est le très bon « Spoken words of venom » dont le début ressemble à s’y méprendre à du marduk nightwingien, pour passer à quelque chose de plus lent avec une technique bien poussée. Un morceau très agréable.

On reconnaît assez vite la papatte vocale de Wrath pour peu que l’on soit un peu coutumier de Setherial. Elle est d’ailleurs tout à fait adaptée à la vision plus travaillée bien que manquant à mon goût d’originalité. Il manque ce petit truc qui fait qu’on reconnaît Immortal ou Emperor parmi mille. C’est un peu dommage mais ça n’enlève rien à ce que propose le groupe en terme de musique.

Le seul reproche que je pourrais formuler à l’encontre de ce disque est son manque d’originalité, chose bien difficile à trouver de nos jours dans le paysage musical… Il n’en demeure pas moins vrai que des pièces comme « And The World Shall Be Your Grave » (et ses solos, chose suffisamment rare dans le black pour être noté) ou « A Swarm Of Plagues » sont des grands moment de Black. A qui ne recherche pas l’originalité à tout prix je peux donc lui conseiller l’achat de ce Pariah sans crainte. A celui qui est lassé par les Marduk et les Dark Funeral je conseillerais plutôt de se tourner vers des groupes comme Vesania (chroniqué ici même il y a peu). En toute objectivité en tout cas, il s’agit d’un bon disque de black classique, sans doute pas ce qui permettra au groupe de passer à la postérité mais qui aidera le groupe a se forger un nom en attendant le prochain album.

  1. proclamation
  2. a swarm of plagues
  3. spoken words of venom
  4. the murder manifesto
  5. revelations carved in flesh
  6. none shall be spread
  7. and the world shall be your grave
  8. the perpetual horrors
  9. carnal scorn & spiritual malice
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

4 Commentaires

  1. darkantisthene says:

    je suis étonné de ne pas voir cité comme référence dissection ; à l’époque de la sortie de « diabolical » la relève me semblait assurée, puis vint sheol que j’ai trouvé en demi teinte
    mais ce pariah, sans atteindre le niveau du premier sus nommé, dépasse son prédécesseur direct selon moi

  2. dah-neir says:

    je n’ai pas cité dissection pour une raison simple: je ne connais pas. J’ai bien essayé de me lancer dans les albums mais j’ai toujours des tas de trucs a ecouter. Bref. Quand a la qualité du cd par rapport au précédent, comme je l’ai indiqué je ne peux pas juger…

  3. darkantisthene says:

    argghhh!! laisse tomber tout ce que tu es en train de faire et file écouter « storm of a light’s bane »!!:;)

  4. Monster says:

    Ouaip, IL FAUT ecouter Dissection, « The Somberlain » et « Storm Of… » sont des chef-d’oeuvres ultimes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *