Nattefrost – Terrorist Nekronaut Part 2

5 Commentaires      1 304
Style: black metalAnnee de sortie: 2005Label: Season Of Mist

Voilà un album bien étrange et bien difficile à chroniquer tant j’ai du mal à le saisir, même après un certain nombre d’écoutes. Mais commençons par le commencement.

Nattefrost est, outre le nom de ce groupe, la tête pensante de Carpathian Forest, compositeur et braillard de ces vieux routards du black. Profitant du manque d’activité de Carpathian Forest ces dernières années (à part un dvd live et un best of en 2004 on a rien eu à se mettre sous la dent depuis 2003), Nattefrost en a donc profité pour bosser sur son projet solo que voici. Il y avait déjà eu un premier méfait de Nattefrost l’an dernier lors d’un album, Blood and Vomit que je n’avais pas réussi à écouter plus de quelques minutes, le trip pipi caca du bonhomme me laissant particulièrement de marbre.

Bref voici donc ce Terrorist qui déboule et cette fois je me lance et je l’écoute, je vous la fais comme je l’ai vécu.

Premier morceau… Excellent départ, bien catchy avec un bon groove, une sorte de punk chanté en black un peu à la manière d’un Impaled Nazarene. Le premier contact avec l’album est donc une réussite. Deuxième piste, ok, même type de groove, toujours ce semblant de punk qui fait remuer, un brin plus black traditionnel que le premier morceau mais ça reste sympa. A ce moment du disque autant le dire je me sentais en confiance, pas génialissime mais pas mal. Je continue…

« Hellcommander »…Ici plus question de punk, on passe à un black très traditionnel et monstrueusement classique. Le soufflet commence à retomber, je trouve ce morceau particulièrement quelconque.

« Terrorist » recommence avec l’aspect plutôt punk. Ca commence a devenir agaçant on sait pas trop ou le porc-épic veut en venir.

« Market for helvete »… Je vous le donne en mille… black monotone, sans originalité et sans grande saveur. Là, ça commence vraiment à gonfler. Puis vient le grand moment du disque…
Nattefrost fait caca…. Et apparemment il a une sacrée diarrhée… Les « plouf » avec comme fond une petite musique genre musique d’ascenseur rendent la pièce particulièrement savoureuse… Pour certains… Je trouve cet intermède non seulement d’une inutilité intense mais aussi d’une puérilité des plus manifestes.

« Satan is Endless »… Bouh le grand Satan est mon maître, je le vénère tout ça tout ça. Je croyais le temps de ce genre de choses révolues, heureusement Nattefrost est là pour nous montrer à quel point on ne les regrettera pas. Morceau assez craignos, je zappe, m’intéresse pas.

« Primitive Death » : Prod crado, voix crado, on se demande où Nattefrost va chercher ses morceaux, on croirait un ancien morceau de 91 ressorti de la beine pour combler des trous. Je suis vache mais le morceau, à part nous faire profiter de l’encombrement nasal de Nattefrost via des reniflements ne sert à rien tant il est à nouveau bien vide.

« Goat Worship » : A la limite peut-être le morceau de black traditionnel le plus intéressant du disque. Même si sa construction reste ridiculement simple dans le premier mouvement du morceau, la deuxième moitié est plus inspirée.

« Catapultam Urinam Philosophiam » : Avec un nom comme ça… je m’attendais pas à grand-chose, et j’avais bien raison. Nattefrost nous offre maintenant du vomi. Vous en rêviez en voilà. A grand renfort de « buaaarrrgghhh » du plus bel effet le « morceau » est d’une nullité sans nom.

« Preteen Deathfuck » : Pour ce morceau je voudrais rendre hommage à Nattefrost qui, pour un morceau d’1min33 fait durer son intro pendant prêt de 40 secondes. Du coup le reste, bien que rigolo est plutôt anecdotique.

« Dinsadansdjeveldyrkaar!!! » : Je ne sais pas ce que c’est que ce truc. Honnêtement j’ai beau chercher l’intérêt du morceau à part se taper une bonne tranche de rigolade entre potes. Une voix claire chantant un morceau limite pop, sur fond de guitares ultra-tranchante ça à de quoi faire sourire. Surtout quand le bougre prend une voix encore plus débile, se met à taper sur des casseroles et sifflote… Bizarrement c’est le morceau du disque, avec les premières que j’ai le plus de plaisir à réécouter parce qu’au moins, il me fait rire.

« The Death Of Nettefrost (Still Reaching For Hell Part II) » : 16 minutes d’ambiant bruitiste où des samples de voix mis à l’envers sur une « musique » faite de trompette. On s’emmerde au bout de deux minutes mais non… il en reste encore 14, et pas la peine d’espérer que ça change, ça ne change pas…

Voilà… On a passé 48 minutes a écouter ce disque, on se dit qu’on à bien rit (des fois), bien headbangé (rarement) et qu’on s’est quand même bien fait chier. Alors on va faire caca…. Et en entendant les « ploufs » on se dit que nous aussi on est des musiciens et qu’on pourrait être signé sur un label crédible pour faire entendre notre caca tomber. C’est quand même beau la vie…

  1. nekronaut (cunt cunt gimme more)
  2. black metal suicide (claws of perdition)
  3. hellcommander
  4. terrorist
  5. merket for helvete
  6. eine kleine arschmuzick
  7. satan is endless, satan is timeless
  8. primitive death
  9. goat worship
  10. catapultam urinam philosophiam
  11. preteen deathfuck
  12. dinsadansdjeveldyrkaar!!!
  13. the death of nettefrost (still reaching for hell part ii)
Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

5 Commentaires

  1. krakoukass Krakoukass says:

    ;)

  2. manu says:

    sympa la chro ! ;)

  3. Monster says:

    Apparement les disques de Natterfrost ont l’air digne de « l’oeuvre » de Trollkotze : http://www.trollkotze.de/index.php

  4. max says:

    je trouve ce disque exellent, je l’ai écouté des centaines de fois, pr preuve je l’ai en cd en lp et en picture disk, jcomprend pas pkoi on crache com ca dessus, c du pur black primitif ki se fou du monde, terrible. perso j’adore son attitude du genre, je ss un clown et je vs emmerde, les parole son 100% black, gratuites et impolitiquement incorrectes. preteen deathfuck arrache tt, completement jouissive, pr peu qu’on prenne les paroles à la dérision, comme elles ont été conçues, en somme. Goat worship est vraiment une perle black ac 3 putain de chanteurs.j’aime vraiment qd le black se prend pr ce kil est, un clown sauvage et méchant, jpréfère écouter de telles paroles completement cliché et jouissives que des trucs sur le grd nord, les arbres et ttes ces conneries.on a tendance à oublier que le black est evil à la base, dc un album comme ca fait du bien. Apres, j’aime aussi des trucs plus recherchés comme blut, deathspell, watain ou horna, le dernier abigor aussi, mais j’aime ce disque, perso je préfère ça à carpathian, la voix de nattefrost est terribles ac ses cris harcore punk du meilleur effet, de même, la basse en avant et groovy à souhait fait renter le tt ds le lard.du tres bon, ap on peut m’insulter ms je préfère écouter ce disque qui m’évoque volontier un film post apocalyptique de série b ou encore les films de la troma.bref du pur black comme il devrait y en avoir plus souvent.fuck you all!

  5. guim says:

    Je comprends tout à fait ton point de vue max,même si je n’ai pas écouté ce disque,j’ai juste le Blood & vomit qui s’écoute je pense de la même manière,une pêche incroyable et complètement à la masse,avec ces passages pittoresques au possible mais festif dans l’âme,un vrai sens de la fête décadent et plein d’humour.Faudrait que j’écoute celui là pour voir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *