Mind Ripper – Khaos Humana

2 Commentaires      1 085
Style: black metalAnnee de sortie: 2005Label: Adipocere Records

Chroniquer l’album d’un groupe Français est toujours un exercice de style intéressé. Soit tu aimes le groupe et on te taxe de vendu à la cause du label, voire de chauvin, soit tu n’aimes pas et on t’accuse de ne pas soutenir la scène française qui n’a vraiment pas besoin de ça. Loin de ces débats stériles et puérils je me baserais sur un avis qui comme d’habitude n’engage que moi.

Ceci étant dit passons donc a ce Mind ripper, groupe français donc et plus précisément originaire de la région Rhône Alpes. A ce propos il faut souligner que cette région est en pleine explosion musicale, avec des groupes comme Destinity, Himinbjorg ou Crystalium et que Adipocere participe pleinement à l’avènement du black français et cette initiative ne peut qu’être saluée. Trèves de blabla, on met la biscotte dans le grille-pain et on appuie sur le bouton. Comme c’est la mode de nos jours on commence par une intro assez inutile qui, faute de mettre dans une ambiance quelconque, met l’auditeur en attente. Dès le début de « Gardiens » en revanche la ressemblance avec Crystalium est frappante. La batterie est mixée comme leur voisins (y voir une grosse caisse très « mitraillette » et une caisse clair style tupperware), ce qui n’est globalement pas pour me déplaire, adorant Diktat Omega. Ajoutez à ça un chant en français fort à la mode dans le black national (mais qui s’en plaindrait, le français semblant s’adapter correctement à ce style) hurlé à plein poumons, transpirant la haine par tous les pores et vous aurez là une ressemblance assez troublante avec les Lyonnais. Qu’importe, le style pratiqué est, quant à lui sensiblement différent, et là où Crystalium s’appuie sur une folie furieuse de tous les instants, Mind Ripper se base sur des morceaux plus complexes, plus travaillés, plus fouillés, manipulant avec force les changement de rythmes. Ne nous y trompons pas, il s’agit quand même d’un black nerveux et haineux mais la haine se fait plus mesquine, moins « prends ça dans ta gueule », mais reste tout même très présente. Le chant en français participe grandement à cette haine vu que nous autres pauvres auditeurs français pouvons enfin comprendre le chant même sans avoir à regarder le livret (bon faut être attentif mais on peut réussir). Et avec les paroles on est assez loin de Jeannot Lapin et ses amis gambadent dans la forêt en particulier sur « Proclamateurs de la paix »…

Côté morceaux on peut dire qu’on est gâté. Toujours complexes ils nous offrent à chaque fois une émotion différente, tout en gardant comme dénominateur commun cette haine qui finit par nous imprégner. La production reste constante dans le haut du tableau avec un mix de batterie, j’en parlais plus haut, servant parfaitement le style pratiqué, sans être trop en avant. La voix hurlée de David prend véritablement aux tripes même si je regretterais quand même qu’elle ne se démarque pas assez de celle du chanteur de Crystalium. Dommage. Les guitares sont piquantes et suivent le schéma d’une qui s’occupe de la rythmique (ne variant donc que peu) et l’autre qui s’occupe des leads (qui se permet plus d’exotisme).

J’ai vraiment apprécié les 41 minutes que dure cet album même si, je ne le cache pas, l’extrémisme du chant fini quelque peu par fatiguer et tenir jusqu’au bout n’est pas chose vraiment aisée. Zapper la fin serait pourtant se priver de morceaux excellents comme ce « dans les veines » avec son « je veux juste vous arracher les yeux » qui fait toujours son petit effet et ses superbes coupures de batteries (tout s’arrête sauf la batterie qui joue dans un silence de plomb… excellent). Malgré tout on a là un album de black de très haute classe d’un groupe qui devra par contre réussir a se forger une propre identité et ne pas rester dans l’ombre de son grand frère. Une fois l’oiseau sorti de son nid on tiendra assurément une grosse pointure du black français. A suivre !

  1. intro
  2. gardiens
  3. proclamateurs de la paix
  4. larmes
  5. deny
  6. ce jour là
  7. dans les veines…
  8. evanghellion
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. AlCheMist says:

    Cnaht en frnçais donc… Youpi je vais me pencher sur le cas rapidement !

  2. krakoukass Krakoukass says:

    Alchemist je vais bientôt changer ton statut en « Eklektik Jacques Toubon » si tu continues…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *