Novembers Doom – The Pale Haunt Departure

4 Commentaires      1 218
Style: doom deathAnnee de sortie: 2005Label: The End Records

– Bonjour Monsieur, vous avez quelques minutes ?
– Ah non, encore un de ces fichus colporteur venu me vendre des rouleaux de papier chiotte au cannabis, une brosse à friser pour dindon ou un abonnement à « tracteur magasine ».
– Non Monsieur, je vous rassure, c’est pour vous faire tester une machine révolutionnaire mais pour cela j’ai besoin de connaître vos goûts musicaux.
– Ah bon ? Je vous préviens moi je suis surtout amateur de doom metal, pas de la zikmu de tata, einh.
– Aaahh je l’avais deviné à votre visage poupin et votre bonne humeur communicative. Et bien Monsieur, il existe maintenant un appareil magique qui peut transformer vos rêves musicaux en réalité. Il vous suffit simplement de nous dire quel serait pour vous le disque rêvé et la machine le génèrera.
– Dites moi vous êtes sûr qu’elle marche bien votre machine ?
– Bien sûr, elle a été testée en laboratoire sur des animaux cobayes.
– Ah bon, quel genre d’animaux ?
– Des dindons, animal noble par excellence reconnu pour ses excellents goûts musicaux. Mais trêves de plaisanterie, parlez nous de vos goûts musicaux mon bon Monsieur.
– Oh te gêne pas ma poule, tu peux m’appeler par mon prénom si ça te chante. Et bien moi comme je le disais je suis un grand amateur de doom, particulièrement le doom-death et plus spécialement My Dying Bride ainsi qu’un peu d’Anathema aussi. J’apprécie aussi beaucoup un groupe comme Katatonia, surtout période Brave Murder Day.
– Vous n’écoutez que du doom mon cher Hector ?
– Ah non, j’apprécie aussi un groupe comme Opeth, mais je trouve leurs morceaux trop long, trop progressif.
– Et sinon Archibald, vos disques préférés ?
– Outre l’album de Katatonia déjà cité il y a aussi Like Gods Of The Sun de My Dying Bride, Serenades d’Anathema et Still Life d’Opeth.
– Et bien Gontran, pour votre plus grand bonheur, je viens de lancer la machine qui va créer un disque qui soit un mix de tous ces albums que vous venez de citer.
– Ah ben attendez, je ne vous ai même pas parlé de mon amour pour le zouk et les chants mongols…
– Voilà le disque généré par la machine Albert !
– Novembers Doom !! Par ma barbe, si un groupe qui se nomme comme ça ne fait pas de doom alors j’en mets ma main au feu à couper. Diantre, quel joli emballage que voilà, ça doit être le sieur Travis Smith qui a fait toute la déco. Bon ben alors on va se l’écouter ce petit skeud. Mazette quel son, quelle production, quelle puissance !
– Sachez mon brave Henri que cet objet a été mixé par Dan Swano (qui joue d’ailleurs un solo de guitare sur « ‘Dark World Burden ») et mastérisé par James Murphy (Testament, Death, Cancer) ; bref, du beau monde. Je tenais aussi à vous avertir que ce groupe est américain et n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il s’agit là de leur cinquième album studio, sans compter les EP. Bref, depuis 1989 (mais le premier album est seulement sorti en 1995), ce groupe pratique un doom-death dans la lignée d’un My Dying Bride. Si les deux premiers albums ne sont pas très originaux, suivant les traces de leurs modèles anglais, à partir de The Knowing en 2001, le groupe se détache un peu de son influence première en se rapprochant de terres déjà défrichés par un Katatonia mais en étant par moment trop linéaire hélas. Avec leur quatrième album To Welcome The Fade en 2002, ce sont les compagnons suédois d’Opeth qui sont en ligne de mire, normal vu que le groupe a souvent tourné avec eux et ne cache pas l’influence qu’a eu la bande à Arkelfeldt. D’une certaine façon, The Pale Haunt Departure se veut une parfaite synthèse entre toutes ces influences. On peut même osé dire qu’il s’agit là du meilleur album des Américains.
– Ouaip ben mon coco j’en ai la larme à l’oeil après ce que tu viens de dire, surtout quand j’entend le chant de ce Paul Kuhr. Quelle voix death incroyable, un growl dans la lignée de celui du grand Michael Arkelfeldt mais en mieux je trouve, très guttural (sans pour autant être dans le genre « gorille dans la brousse ») mais restant extrêmement compréhensible. L’homme alterne avec un chant clair plus solennel, moins resplendissant que celui du grand Michael.
– Vous remarquerez aussi qu’une des qualités de ce disque est sa variété. Si il nous offre des moments calmes tel ce « Autumn Reflection » avec un chant clair paisible que n’aurait pas renié Anathema période Eternity ou le tragique superbe acoustique « Through A Child’s Eyes » ; il y a aussi des moments plus énervés sur ce superbe opus. « Dark World Burden », après un démarrage en douceur à la basse, déboule ensuite à un rythme loin d’être vraiment doom. C’est un peu pareil pour l’opethien « In The Absence Of Grace » et ses 8 minutes de bonheur (oui enfin tout est relatif), le terrassant « Swallowed By The Moon » ou la batterie se fait presque tribal (à noter que le tapeur de peau est Joe Nunez aussi frappeur chez Soulfly) ou encore le sombre et malsain « The Pale Haunt Departure ». Cette diversité est bienvenue est fait de Novembers Doom un groupe qui a (enfin) digéré ses influences.
– Oui c’est sûr il y a beaucoup de qualités sur cet album. Pourtant, même si avec The Pale Haunt Departure Novembers Doom ne ressemble pas à un autre groupe, il n’est pas non plus réellement ce qu’on peut appeler un groupe novateur. Mais voila, on prend énormément de plaisir à écouter ce disque qui se révèle accessible, ce qui n’empêche pas qu’on y revient très souvent.
– Et bien je suis bien content que ça vous plaise mon brave Norbert. Vous allez alors nous commander une de nos machines révolutionnaires ?
– Ah non maintenant je garde le disque, mais par contre je veux bien te payer un coup pour l’occase.
– Désolé pas d’alcool pendant le service, sinon ça va être la cata(-tonia) (hum… désolé mais ça faisait depuis longtemps que je rêvait de faire ce jeu de mot pourri).

  1. the pale haunt departure
  2. swallowed by the moon
  3. autumn reflection
  4. dark world burden
  5. in the absence of grace
  6. the dead leaf echo
  7. through a child’s eyes
  8. collapse of the falling throe

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

4 Commentaires

  1. darkantisthene says:

    rooooo ma c’est n’importé quoi ici !

  2. darkantisthene says:

    la vache le 3è morceau fait carrément penser à tiamat
    pis certains passages me rappellent un peu crematory
    bon album

  3. AlCheMist says:

    Déconne cette chro, en plus l’album donne bien envie !! Le dindon fou a frappé !!

  4. Monster says:

    En tout cas ce disque me fait glousser de plaisir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *