Pelican – The Fire in Our Throats Will Beckon the Thaw

11 Commentaires      1 834
Style: doom/post-hardcore instrumentalAnnee de sortie: 2005Label: Hydrahead

Le premier album de Pelican, Australasia, avait suscité un engouement certain à sa sortie -auquel j’avais pris part- se posant comme un ovni de 6 longs titres instrumentaux énigmatiques. Surfant sur la vague post-hardcore mise au goût du jour par Isis, Pelican explorait à leur manière les mêmes territoires à la croisée entre le doom et les ambiances apocalyptiques de Neurosis.

Après un sympathique mais pas indispensable EP sorti en début d’année, sorte d’introduction à cet album avec son unique morceau « March into the Sea » dans une version longue de 25 minutes, ils nous font maintenant part de 7 nouveau titres pour ce 2ème album, The Fire in Our Throats Will Beckon the Thaw, et la donne n’a pas vraiment changé, le principe du volatile reste le même, au rythme d’accélérations et accalmies, des riffs de guitare croisés évoluant au fil de l’inspiration des 2 guitaristes.
Les guitares occupent d’ailleurs entièrement l’espace, basse et batterie étant relégués souvent à un rôle d’accompagnement. Le batteur a un style particulier, peu démonstratif, préférant les grand coups lents au frisés plus subtils, la basse, elle, ne participe qu’au son massif caractéristique du groupe, mais les 2 jouent un rôle déterminant en posant une rythmique lourde derrière les mélodies du groupe.

Enregistré dans le foulée en une petite dizaine de jours dans des conditions quasiment live, l’aspect brut et spontané de ce nouvel album est encore plus prononcé que pour le précédent. On ressent alors presque leur musique comme de l’improvisation, surtout que l’abscence de chant ôte beaucoup de repères. Les morceaux s’écoulent en un flot de riffs de guitare, de mélodies se mélangeant, se modifiant progressivement, sous le coup de sonorités gorgées d’effets, d’échos, de réverbérations et larsens.

Les 3 premiers titres, tous environnant les 10 minutes, sont de belles réussites, le groupe y est au meilleur de sa forme, je ne résiste pas aux mélodies innombrables qui parsèment ces titres, imprègnent immédiatement l’esprit, répparaissant comme des leitmotifs aux détours de mutations constantes. On a ensuite droit à un interlude entièrement acoustique « – » bien plaisant pour repartir de plus belle sur « Red Ran Amber » qui s’étire dans de longs larsens de guitare noisy.

Ce 2ème album marque quand même une orientation post-rock certaine, l’abandon des grosses saturations ronflantes est surtout marquante sur les derniers titres, « Sirius » n’est pas loin du plus calme du Panopticon d’Isis- et « Aurora Borealis » de leurs collègues instrumentaux d’Explosons in the Sky. C’est d’ailleurs sur ces derniers titres que l’attention retombe, moins palpitants, il est facile de s’y égarer, peut-être est-ce aussi l’effet d’usure après une demi-heure de leur musique ou aux longueurs peut-être plus fréquentes que sur Australasia, si bien qu’il est facile de se perdre dans l’album pouvant paraitre au choix prenant ou interminable.

The Fire in Our Throats Will Beckon the Thaw n’est peut-être pas à la hauteur de l’effet de surprise et de la magie d’Australasia, il en reste un album tout aussi touchant, chargé en rebondissements et capable de transporter, d’insuffler un état de trance salvateur. La seule question est est-ce que vous êtes prêt à les suivre dans ce dédale?

  1. last day of winter
  2. autumn into summer
  3. march to the sea
  4. red ran amber
  5. aurora borealis
  6. sirius
jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 497 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

11 Commentaires

  1. Devin says:

    « Après un sympathique mais pas indispensable EP sorti en début d’année » -> justement je trouve que March Into the Sea est une des meilleures chansons cette année , la version de l’album fait vraiment pâle figure à côté . M’enfin , l’album est chouette .. dommage que je me sois plongé dans le Red Sparowes en même temps.

  2. Neurotool says:

    Pas mieux que Devin. Je préfère le EP qui en plus d’un premier morceau excellent nous dispense un remix du sieur Broadrick auquel Pelican voue un culte.
    Pour autant cet album est bon mais les longueurs pourront en rebuter plus d’un…

  3. Uriel says:

    +1
    +1

    =+2

  4. jonben jonben says:

    Je pense que l’EP est plus destiné aux fans ultimes même si le remix de Broadrick est nickel c’est vrai. En parlant de longueurs, les 10 minutes acoustiques en boucle ont tendance à me saouler, je préfère la version album de March Into the Sea.

  5. Angrom Angrom says:

    Effectivement pas mal … Je suis pas fan d’isis (je bloque sur la voix, notamment) mais j’ai bien plus accroché à Pelican …
    Deviendrais-je Hype ? :)

  6. Will says:

    Vraiment très bon album. Je ne connais pas l’EP, mais je pense que je vais y jeter une oreille!!!

  7. FrozeN says:

    March Into The Sea était gigantesque mais la je suis un peu déçu même si ca reste un bon album a écouter bien sur.

  8. shaq says:

    S’ils changent de batteur, PELICAN risque de devenir un très très grand groupe. S’ils changent de batteur.

  9. kollapse says:

    Jvois pas en quoi le batteur fait tache, tu voudrais qu’il ait quoi comme jeu?Tu voudrais qu’il blaste?Je sais pas si ça le ferait. Perso, la batterie va bien avec le reste et ils l’ont dit : « …1 morceau de Pelican est jugé bon à partir du moment où même sans la présence de la batterie, il ne perd rien de sa qualité intrinsèque, de sa substance ». Bref si dans Slayer, le jeu impressionant de Lombardo se doit de l’être, dans d’autres groupes – et donc Pelican – la batterie n’a pas le même rôle.

  10. krakoukass Krakoukass says:

    Au risque de paraître excessif je trouve cet album brouillon et chiant, il y a tellement mieux que je ne vois pas pourquoi on se satisferait d’une telle médiocrité.

  11. shaq says:

    @kollapse – Je dis simplement que le batteur n’a pas le feeling (je serai tenté de dire ni la technique) afin de porter la musique de PELICAN. La richesse de jeu du batteur de MARE est la preuve qu’il est inutile de blaster pour se rendre indispensable. Ecouter le EP de MARE est d’ailleurs indispensbale, mais je deviens hors-sujet ^^

Répondre à Angrom Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *