Beneath The Massacre – Evidence of Inequity

2 Commentaires      1 246
Style: death techniqueAnnee de sortie: 2005Label: Galy Records

Selon le mathématicien Ramsey, le chaos total n’existe pas. Sa théorie explique et démontre que même dans les séquences les plus chaotiques, il existe au moins un ordre parfait pour chacune, et on peut dire qu’à partir de là… l’inspiration prend d’autres échelles.

Bon, je l’avoue, ça, c’etait inutile (quoique…). J’avais juste besoin de vomir quelque chose pour ne pas paraître trop stupide et remplir de lignes cette chronique, comme je suis si bien en train de le faire en rajoutant ces mots qui font de cette phrase une longue et chiante supercherie.

Beneath The Massacre est un autre groupe canadien très talentueux, évoluant dans les mêmes eaux pas très saines que la scène (Gorguts, Cryptopsy, Ion Dissonance, Despised Icon et autres filous de
l’espèce) dont nous abreuve ce doux pays. Le groupe joue (et bien), la chaise entre deux culs, un deathcore technique et brutal aux mosh parts assassines et sanglantes. Pas la peine d’approfondir, après ca fait mal (aux culs).

Alors que dire d’un groupe qui sort une des plus puissantes prods de l’année, sachant que c’est…leur premier effort. Bravo? Kudos? Santé? J’vous emmerde pour avoir ruiné ma journée? Aloha je pourrais être vot’ pote? Auriez-vous l’amabilité et l’extrème getillesse de me laisser dégraisser vos salamis? Que dalle. Appuie sur play. Uppercut#1: gros son. Uppercut#2: aussi précis qu’un trou de queue. Uppercut#3: technique et complexe. Uppercut#4: très bons zicos. Uppercut#5[a.k.a. « the final crush »]: excellentes compositions.

17 minutes suffisent au groupe pour prouver sa qualité et sa créativité, 17 minutes étalées sur 5 furieux morceaux pleins de tout ce que nous autres fans de technodeath aimons: blasts beats démoniaques, sweeps à torcher du 50° comme de l’eau, riffs chiadés au rasoir, syncopes meurtrières, et voix d’outre tombe pour vous plonger dans l’ambiance. Tandis que des groupes comme Necrophagist (plus Onset qu’Epitaph), Into The Moat, Between The Buried And Me ou Scarve viendront à l’esprit, certains riffs ne manqueront de vous rappeler l’âge d’or des (ex)brillants Meshuggah, lorsque l’ennui de règnait pas en maitre au royaume des rois.

Comprenez seulement que « standby » n’est pas un mode approprié pour votre cerveau pendant l’écoute de cette chose, et que ce dernier aura bien besoin de vos membres pour vous immerger de joie dans la délicieuse mer de démence qu’est Evidence Of Inequity.

Du bon, du très bon death technique.

  1. comforting prejudice
  2. profitable killcount
  3. totalitarian hypnosis
  4. regurgitated lullaby for the borndead
  5. never more

Chroniqueur

OY C

"Sticking feathers up your butt does not make you a chicken." -- C.P.

OYC a écrit 42 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. ivo breatheyourdirt says:

    oui cet album c’est une bombe
    les blasts sonnent comme un ragondin coincé dans un réacteur d’avion de ligne

  2. seb says:

     » (ex)brillants Meshuggah, lorsque l’ennui de régnait pas en maitre au royaume des rois », Certainement une des choses les plus comiques que j’ai pu lire, dommage j’avais bien aimé ta chronique de Cosmogenesis mais là tu dérailles pepere

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *