Hypocrisy – Virus

11 Commentaires      1 689
Style: death metalAnnee de sortie: 2005Label: Nuclear Blast

J’aurais mis le temps avant de me décider à faire la chronique de cet album tant j’ai été tiraillé entre 2 impressions bien différentes. On va y revenir plus longuement par la suite mais, même après un paquet d’écoutes je ne peux pas m’empêcher d’avoir toujours un goût un peu amer dans la bouche.

D’entrée de jeu on va dire que je ne suis pas un énorme fan d’Hypocrisy ; j’avais adoré Abducted mais depuis rien que le père Tägtgren ait sorti avec ce groupe ne m’avait réellement plu. Dire donc que j’attendais cet album serait mentir, mais j’étais quand même curieux de voir ce qu’on allait nous servir dans cette cuvée 2005. Avant d’entrer dans le vif du sujet je tiens à décerner à cet album la palme de l’intro la plus inutile qui existe avec juste un bruit qui monte pendant 16 secondes, avant d’enchaîner sur « Warpath » véritable début du disque. Donc ça, c’est fait.

« Warpath » donc. Du pur Hypocrisy, rien de vraiment nouveau sous le soleil, le jeu de Horgh est assez sidérant mais on y reviendra. Comme d’habitude chez Hypocrisy, on n’a pas le temps de souffler, le tempo est élevé, les riffs de guitares très efficaces, bref comme entrée en matière on peut dire que ça se passe bien. La suite, va nous confirmer cette première impression.

« Scrutinized » est tout simplement un de mes morceaux favoris du groupe. Une base assez simple, une espèce de prise de respiration avant ne nous balancer un des refrains les plus atomiques. La voix est complètement déchirée (cf la fin du morceau), la batterie s’éclate bien sans tomber dans la rapidité à tout prix et le riff superbement trouvé est redoutable et le solo de guitare fait penser à du Slayer dans sa belle époque. Décidemment, on commence à s’installer confortablement en se disant qu’on va en prendre plein la gueule pendant 44 minutes et on se réjouit d’avance. On enchaîne sur « Fearless », une des pièces mid-tempo dont le groupe a le secret et qui avait déjà fait la reconnaissance d’un certain « Roswell 47 » il y de cela déjà prêt de 10 ans. Excellent morceau encore une fois, pas aussi efficace qu’un « Roswell » mais il remplit parfaitement son rôle de petit intermède reposant avant que le déluge de décibels ne nous retombe dessus. Et là, par contre il va falloir s’accrocher, ça change de ton.

« Carving for another killing » permet de reconnaître le jeu typique de Horgh auquel il nous avait habitué dans Immortal avec cette double grosse caisse par petits coups, fort sympathique (pour le reste de l’album on peut dire que le remplacement de Lars Szöke ne se sent pas franchement). Ce morceau en tout état de cause, est un morceau rapide, très direct et à vrai dire, assez pénible. C’est ça aussi le point où l’album tourne au vinaigre. « Let the knife do their job » est un mid-tempo très très moyen qui n’a pas grand-chose de passionnant à part un refrain bien foutu, mais globalement ça ne suffit pas.
« A thousand lies » vient à point pour redresser un peu la barque en train de sombrer. Encore un mid-tempo, très lent, lourd, pesant, servi par des vocaux variés et puissants, pas mal. « Incised before i’ve ceased » va s’occuper de finir de faire prendre l’eau à un album qui n’avait pas besoin de ça. Un mauvais morceau, n’ayons pas peur des mots, où les riffs tombent à plat et la rythmique qu’elle soit vocale ou musicale est à la limite du pénible. Quand au final de l’album il aurait à coup sûr pu figurer sur un album de Pain plutôt qu’ici. Un morceau, lent, aux voix claires. Evidemment là, faut aimer Pain, ce qui est mon cas, pour apprécier ce morceau.

En définitive on l’aura compris l’album oscille entre le très bon (« Warpath », « Scrutinized », « Fearless », « A thousand lies » et « Living to die ») et le très moyen (le reste finalement). C’est la raison pour laquelle j’ai eu autant de mal à venir à bout de cette chronique. Je ne pouvais pas me résoudre à lui mettre une sale note avec des morceaux comme ceux que j’ai cité, pourtant je ne pouvais pas dire non plus de cet album qu’il est une merveille. Alors on se contentera d’un « bof, peut mieux faire » à defaut d’autre chose. Mieux que Catch 22 et The Arrival (ND Krakou : ça se discute ça dis-donc…) certes mais toujours en dessous d’Abducted à mon avis…

  1. asg – intro
  2. warpath
  3. scrutinized
  4. fearless
  5. carving for another killing
  6. let the knife do the talking
  7. a thousand lies
  8. incised before ive ceased
  9. blooddrenched
  10. compulsive psychosis
  11. living to die
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

11 Commentaires

  1. Crusto says:

    Je pense que si Catch22 n’etait pas du Hypocrisy, on aurait dit que ce disque est bon.
    Personnellement, j’aime bien Catch22 mais c’est vrai que les fans des old-Hypocrisy doivent etre déçu.

    Sinon faut que je jette une oreille sur ce Virus.

  2. Florent says:

    The Arrival est très bon…. Faites chier à toujours tout rapporter à Abducted. Comme si on parlait toujours de Master of puppets sur les chros de Metallicaca…

  3. Crusto says:

    Ptet parce que c’est leur album culte et que depuis ils ne font plus rien…

    Les albums reference, qu’ils soient vieux ou recents, on en parlera dans les chros.
    Donc Abducted à sa place dans la chro comme dans les commentaires, point barre.

  4. Julien says:

    Florent, arrête la provoc ! :P

    Je l’ai pas écouté, The Arrival ne m’a pas accroché et la doublette Abducted/Fourth Dimension trou le fondement ! :D

  5. krakoukass Krakoukass says:

    ON parle toujours de « Master of Puppets » dans les kros de Metallicaca… Espèce de vieux raleur Flo!!

  6. dah-neir says:

    je rapporte pas tout a Abducted, c’est la premiere chronique dans laquelle j’en parle. Plus serieusement pas la peine de s’outrer comme ca, je compare un album avec celui, qui, pour moi est le meilleur. C’est dans la logique des choses que de comparer un album avec un autre du meme groupe. J’ai fait la meme chose pour Vision Bleak par exemple et personne ne s’est insurgé. M’enfin, y a toujours des raleurs partout, quand c’est pas pour la note, c’est pour une comparaison. Sur quoi la prochaine fois? Une etiquette qui te reviens pas?

  7. Florent says:

    Hahaha les vierges effarouchées :D
    Ceci dit je l’ai toujours pas écouté cet Hypocrisy, et je suis le 1er à admettre qu’ils n’évoluent pas des masses….

  8. Neurotool says:

    Un album sympa… mais qui prendra vite la poussière sur vos étagères à mon avis. Rien de neuf sous le soleil même si c’est très bien exécuté. 12/20.

  9. kollapse says:

    je pense pareil que toi neurotool, bon album bien executé mais sans surprise aucune. Bien que je ne sois pas fan absolu du groupe, j’apprécie m’enfiler de temps à autre un « hypocrisy », « final chapter » ou encore « catch 22 ».

  10. Romain de Horgoth says:

    Je pense sincérement (dsl pr les puristes) que cette album est vraiment bon! il vaut sont achat!!….J’etait trés dessu par hypocrisy depui catch22….alors sa me fait une super surprize!!!Mais pour moi rien ne vaut « hypocrisy » et le magnifique! : deathrow!!!!

  11. Romain de Horgoth says:

    Je pense sincérement (dsl pr les puristes) que cette album est vraiment bon! il vaut sont achat!!….J’etait trés dessu par hypocrisy depui catch22….alors sa me fait une super surprize!!!Mais pour moi rien ne vaut « hypocrisy » et le magnifique! : deathrow!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *