Shattered Realm – Broken Ties, Spoken Lies

1 Commentaire      795
Style: hardcore metalliqueAnnee de sortie: 2002Label: Alveran Records

Il y’a des groupes qui sortent 15 démo, 223 disques et qui seront mauvais jusqu’à la fin des temps. Inversement, il y’a des groupes qui sortent une démo et un disque et qui marquent la scène. Shattered Realm en est l’un d’eux.

Composé de membres de Fury of Five et de Second to None, Shattered Realm en est à sa deuxième production : une démo (All Will Sufer) et un album (Broken Ties, Spoken Lies) sorti en 2002 sur le label allemand Alveran Records. Sur cette ré-edition de septembre 2005, signée Eulogy Records, se trouvent les morceaux qui composaient le disque de 2002 plus un titre exclusif enregistré avec leur nouveau chanteur Joe Hardcore.

Shattered Realm est l’un des groupes les plus influents de la scène hardcore métallique underground actuelle. C’est aussi et surtout l’un des groupes les plus heavy en activité. En fait, le groupe du New Jersey nous propose un hardcore métal à tendance beatdown, hardcore très très lourd et efficace, pas mal inspiré par le métal. Musicalement, cela se traduit par des riffs lents et lourds, des ralentissements dans les morceaux, avec une multitude de moshparts. Ce genre a été plus ou moins ‘inventé’ par Bulldoze, groupe américain dont le chanteur viens de sortir de prison pour avoir handicapé à vie un mec durant une baston pendant un concert.

Pour commencer, il faut dire tout de suite que Shattered Realm ne cherchent pas à faire original (ça, ils s’en tapent royalement, et tant mieux) mais à faire le plus heavy, efficace et bourrin possible : mission réussie. Oppressant. Ce disque écrase tout sur son passage, tel un rouleau compresseur sonore. Les riffs métal sont mid-tempo, les guitares sont accordées six pieds sous terre avec un son d’une puissance écrasante, digne de la version hardcore de l’excellent groupe Buried At Sea. Par dessus ça, les trois quarts des riffs sont des barrés simples mais bien méchants, afin d’encore plus estomaquer l’auditeur. Le reste des riffs varie entre death et thrash.
Qui dit guitares lourdes, dit basse lourde. Ce n’est plus une basse, c’est un mur de basse ! Les membres du groupe prennent un malin plaisir à jouer très grave, et c’est tant mieux car les compos sont excellentes et sont totalement en phase avec le son.
La batterie quand à elle, se « contente du minimum ». Etant donné que la moitié de ce disque est composée de moshparts, le batteur n’a pas à se déchaîner comme un malade pour rendre le tout plus bourrin. Non, le groupe est assez mesquin pour rendre les morceaux très efficaces sans pour autant avoir à blaster dans tous les sens. Un peu de double, beaucoup de cymbales, peu de roulés mais un jeu très carré et le tour est joué.
Mais quelques morceaux sont plus speed, comme « Blackest Dawn » ou « Last Straw », d’autres sont des hymnes à la lenteur, comme l’énorme et impressionnant de lourdeur « All Will Suffer », morceau – moshparts de plus de 4 minutes.

Les très nombreuses moshparts sont énormes, très efficaces comme tout le disque en général, et confère à ce groupe une ambiance et atmosphère rarement vue dans la scène hardcore/ métal en général.
Un disque court, bourrin, carré, agressif, pas très recherché mais ultra-efficace avec des titres parfaits pour la scène. Amis de la mélodie passez votre chemin. Fans de Bulldoze, Irate, Punishment, King Of Clubz, Redline, c’est pour vous.

Leur nouvel album From the Dead End Blocks Where Life Means Nothing sortira le 22 novembre.

  1. showdown
  2. blackest dawn
  3. this world is mine
  4. kings cannot fall
  5. last straw
  6. medusa
  7. all will suffer
  8. no mercy
  9. you’ve been warned
  10. the april situation
  11. endless
  12. creeping death
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. Julien says:

    Hyper efficace, ca roxx !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *