Buried Inside + Gantz + Revok – 27 novembre 2005 – Espace B – Paris

2 Commentaires      911

Pas grand monde ce soir, enfin assez pour remplir correctement la petite salle qu’est l’espace Blues, plus communément appelé l’espace B. On retrouve pas mal de commentateurs d’Eklektik, ainsi que quelques uns des membres de la rédaction.
L’ambiance est bon enfant. Et on sait déjà qu’on va passer un agréable moment. Petit coup d’oeil habituel sur les t-shirts arborés ce soir: A Perfect Circle, Converge, Walls of Jericho, Isis, Yage,… des badges Cult of Luna,…

Lorsque Revok prend place la salle est à un taux de remplissage qui ne fluctuera plus beaucoup après. Les français prennent place. Ils envoient alors leur rock noisy, entre Envy et Amanda Woodward; moins nerveux que les premiers et plus proches des seconds, comme le décrit très bien Neurotool dans la chronique consacrée leur autoproduction.

Le son est correct, et il faut bien un titre ou deux pour que le groupe prenne ses aises, rentre dans son show. Il y a, sur un ampli, une télévision qui tourne et diffuse des images en corélation avec la musique, du moins en rythme avec elle. En effet, Revok utilise de la vidéo sur scène mais malheureusement il n’y a pas de rétroprojecteurs nous permettant d’apprécier l’effort visuel sur grand format ce qui est regrettable. En effet, les images de détresse plus ou moins imagées que l’on pouvait voir (catastrophes en tout genre, images de synthèses,…) m’avaient l’air particulièrement pertinentes et auraient donné une autre dimension au set. On appréciera malgré tout celui-ci même si le public ne semblait pas super réceptif.
Revok est un groupe généreux, honnête, sincère. A suivre.

Petit temps de battement. J’en profite pour interviewer le chanteur et l’un des guitariste de Buried Inside. Fin de la discution, j’apprends à mon grand regret que la prestation de Gantz a déjà commencé! Merde! Je file dans la salle. Heureusement je n’ai râté qu’un titre.

Le groupe ne joue plus qu’à quatre. « Le chanteur a quitté la formation il y a quelques mois », m’apprendra le bassiste bisontain après son passage sur scène. C’est Joss, l’un des guitaristes, qui a repris le micro. Il ne s’en sort pas trop mal mais ce ne sont pas ces vélleités vocales qui me marqueont ce soir; ce sont bien plutôt les nappes de guitares enchevêtrées. Gantz a perdu en « brutalité » ce qu’il a gagné en finesse (non pas que les deux soient antinomiques!). Moi qui n’avais jamais vu le groupe auparavant et qui n’avais entendu que quelques uns de ses titres, je dois avouer que j’ai été agréablement surpris. Le son était clair, Limpide et puissant. Mois rentre-dedans, plus post-rock voilà le nouveau Gantz, c’est du moins ce qui est ressorti des nouveaux titres joués ce soir. En effet, le groupe m’apprendra après le concert qu’il n’a joué que des nouveaux titres extraits de leur prochain album à paraître pendant le premier trimestre 2006, et le moins que l’on puisse dire c’est que ça promet!! Le groupe semble être passé au stade au dessus. RDV dans les mailorders et dans les salles!

Le public s’amasse devant la scène avant l’arrivée des canadiens. L’espace B les attend de pieds fermes. 2 stacks de marshall chacun sur scène: les guitaristes sont venus chargés; idem pour la bassman. Le chanteur voit sa place empiétée par son stand de mchines. Peu importe, il assurera sans broncher. Lorsque le groupe démarre, c’est la furie! Mur du son appuyé de toute part. On est assomé. Le batteur au total look d’emoboy tappe sur sa batterie comme un fou, et le fera tout du long. L’un des gratteux et le bassite assurent les backing vocals comme des diables. Les musiciens maltraitent leurs instruments, histoire de faire le plus de bruit possible entre chaque chanson. Le groupe bouge et s’agite dans tous les sens, un vrai show. Les mecs sont sur la route 7 mois dans l’année: ils sont plus que rôdés et cela se sent!

Les canadiens enchaînent les titres de Chronoclast sans temps mort, déflagrations et instrumentaux se suivent et s’interconstruisent. Ca assure, ça a la classe mais je ne suis pas dedans. J’ai mis du temps à me faire au monolithisme du cd… et il est multiplié par 3 (au moins) en live… Je n’ai pas pu apprécier le show à sa juste valeur. Dommage pour moi.

Photos de Dan / http://sand-rose.blogspot.com

Up Next

Du meme groupe

2 Commentaires

  1. divine_slayer says:

    pur concert ! Gantz avait un son tout simplement monstrueux, Buried Inside nous ont assomés, et Revok m’a completement hypnotisé ! Pour moi, la révélation de 2005 ! Je retourne les voir à la peniche alternat ce soir !!!

  2. heddy says:

    moi je suis rentré dedans a fond pour moi BURIED INSIDE est le groupe de 2005
    3jours apres je commencais a me remettre de se concert qui ma oui ont peut le dire changer ma vision d’un concert!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *