Most Precious Blood – Merciless

1 Commentaire      1 220
Style: metal/hardcoreAnnee de sortie: 2005Label: Trustkill

Le retour des titans. Tout ce qui ont déjà vu Most Precious Blood en concert le savent, le chanteur est un vrai bûcheron. Son chant est linéaire, hurlé, quelques rares fois chantée. Sur cd, c’est la même. Il suffit d’écouter Our Lady of Anhilition, leur album précédent, plusieurs fois d’affilée pour avoir un peu la nausée, et surtout envie de passer à autre chose, d’écouter un groupe qui fait pourquoi pas la même musique mais en un peu plus variée.

Nouvel album et nouvelles interrogations : Merciless va –t-il être aussi répétitif que Our lady of… ? Un vent de nouveauté aura-t-il soufflé sur le groupe ? De nouvelles pistes vont-elles être explorées ? Ou le groupe va-t-il se contenter de nous la jouer bis répétita ?

Il n’aura pas été long à venir ce petit nouveau. Dans la moyenne puisque deux ans se sont écoulés entre les deux albums. Entre temps la guitariste Rachel s’est concentrée sur son all girl band The Wage Of Sin, Rob Frusco le chanteur a approfondi sa connaissance de l’électro et un nouveau batteur est venu compléter le line-up (Colin Kercz). Surprise ! « Shark Ethic » qui ouvre l’album annonce la couleur : NYHC version 2005. Intro avec cœurs de cathédrale, voix criarde inchangée et riff toujours aussi tough guy pas de doute on écoute bien MPB. Mais mais, en milieu de morceau une partie électro fait son apparition, aussi incongru que cela puisse paraître. Pourtant cette addition au son typiquement hardcore est le bienvenue, allégeant une sauce que l’on connaît par cœur. Manque de bol le changement (en bien) qu’inaugure ce morceau ne se retrouve pas forcément à l’écoute intégrale de l’album. Most Precious Blood a certes amorcé un virage osé dans une musique sclérosée et où toute nouveauté est regardée de travers, mais ne l’assumeraient-ils pas en fait ? Parce que c’est à se demander si justement les effets électro si clairsemés et parsemés à droite à gauche ne sont la que pour faire joli… Ok ils ajoutent une subtilité à la musique de MPB, mais rien de révolutionnaire non plus. Pas de quoi affoler le fan de base. On y prête à peine attention si l’on écoute l’album d’une oreille distraite. Alors pourquoi la presse en a-t-elle fait un tel ramdam ? Allez savoir… Le fait est que le reste de l’album est très conventionnel. Les morceaux « Two men enter, one man leaves » ou « Permanent problem » son dans la lignée d’un bon metal/hardcore nerveux et super speed. D’autres morceaux sont plus lents. Le tout se laisse écouter avec plaisir. La note engagée est toujours la MPB est DYI, anti bush, supporte PETA et ils le font savoir. Les titres des chansons parlent d’eux-mêmes : « Damage control freak », « Diet for a new america » etc etc.

Mais évidemment comme pour l’album précédent on a surtout entendu parler de Merciless non pas pour la nouveauté musicale mais bien pour la pochette censurée. Ben quoi ? On vous montre bien des voitures cramer aux infos de 20h non ? Et les morts des tsunami on les a vu aussi ! Alors quoi ? Qu’est-ce qu’elle a de si dérangeant cette pochette… La vue d’un mort en pleine décomposition ? Pas de quoi effrayer la fan de CSI que je suis. La série tv fait bien pire. Mais ni Trustkill ni Roadrunner n’ont voulu courir le risque de s’attirer les foudres des grandes chaînes de magasins et des ligues puritaines US. Bullshit. Du coup le cadavre a été recouvert d’un linge blanc, attendant tête en bas que l’on vienne l’autopsier. La pochette non censurée constitue en fait l’intérieur du livret.

Alors que faut-il retenir de nouveau MPB ? Qu’il est pas mal, plus varié que le précédent, que quelques écoutes sont nécessaires pour vraiment accrocher, mais qu’on en décroche sûrement tout aussi rapidement.

  1. shark ethic
  2. two men enter, one man leaves
  3. driving angry
  4. damage control freak
  5. mad as the march hare
  6. type a personality
  7. oxygen debt
  8. aimed carefully, fired ressentlessly
  9. diet for a new america
  10. curse of the immortal
  11. world war you
  12. narcolecptic sleepwalker
  13. temporary solution to a permanent problem
Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. Crusto says:

    Je suis déçu. En fait, je crois que je suis nostalgique de Indecision, l’un des meilleurs groupes des 90’s pour moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *