Volbeat – The Strength the Sound the Songs

4 Commentaires      1 103
Style: Rock N' MetalAnnee de sortie: 2005Label: Rebel Monster

Tiens donc, voilà une bonne surprise tout droit venue du Danemark.
Volbeat est né sur les cendres de Dominus, un groupe de death metal dont je serais bien incapable de dire quoi que ce soit, puisque je n’en ai jamais entendu la moindre note. Reste que ce nouveau groupe n’a a priori rien à voir musicalement parlant avec le précédent, puisqu’il n’est pas du tout question de death metal ici.

Alors c’est quoi donc Volbeat ? Et bien j’avais lu par ci par là qu’il s’agissait de crooner metal ou bien encore de elvis metal. Sans remettre en cause l’étiquette que le label Rebel Monster Records utilise pour la promotion de ce disque, je la trouve bien effrayante et peu attractive. J’ai donc jeté une oreille sur ce disque sans rien en attendre, redoutant d’avoir affaire à un gars qui croone dans une piètre tentative de faire revivre le mythe Presley.

En réalité il n’en est rien, et la voix de Michael Poulsen est même le grand atout de cet album excellent. Musicalement on a affaire à quelque chose de très direct, avec de gros riffs sauvages, des structures assez simples avec un maximum de patate. On n’est par moments pas très loin d’un Metallica , d’autant que la voix de Poulsen est souvent proche de celle de Hetfield (comme le début de « Always With You » qui ressemble à du bon vieux thrash).

Mais il est vrai que le timbre très particulier de Poulsen tire aussi parfois franchement vers le « wock n’woll » et finalement si les riffs sont très metal (avec un gros son bien gras façon stoner), ce timbre de voix ajouté à des refrains simples et enjoués donnent souvent une coloration très rock n’roll à l’ensemble. « Pool Of Booze Booze Booza » (rien que le titre est parlant) est certainement le meilleur exemple et témoin de l’admiration que voue le groupe à Elvis Presley, puisque le phrasé typique américain renvoie aux années 50-60, s’il n’était soutenu par une rythmique heavy à souhait.

C’est cette conjonction d’éléments a priori bizarrement conciliables voire inconciliables qui fait tout le charme de cet album qui colle une patate monstrueuse comme en attestent des titres tels que « Another Day, Another Way », « Rebel Monster » (qui commence très rentre-dedans), « Say Your Number », ou encore « Caroline Leaving » particulièrement addictifs et imparables.

Pour autant pas besoin d’aimer Elvis pour aimer cet album, car les phrasés rock n’roll typiques ne sont pas si omniprésents et Poulsen a la bonne idée de ne pas en abuser nous régalant de son timbre clair mais bien grave.

Qu’importe alors si la musique paraît bien simpliste de prime abord, l’originalité et la qualité d’interprétation sont bel et bien présentes et on ne pourra finalement reprocher à The Strength, The Sound, The Songs, qu’un nombre de titres peut-être un peu trop important installant éventuellement une légère lassitude passé le 12ème titre, d’autant que les derniers titres sont un poil moins convaincants (sauf la piste 13 bien sympa mais on va y revenir dans quelques secondes).

Voilà en tout cas un bien bon album dont je ne saurais trop vous recommander l’écoute en prenant bien soin de faire fi de l’imagerie dégagée par la pochette et du fait que le groupe se fende d’une excellente reprise (le fameux titre 13) du magnifique (hum…) « I Only Wanna Be With You » de Dusty Springfield (interprété chez nous z’autres par Richard Anthony sous le doux nom de « A Présent Tu Peux T’en Aller ») …

  1. caroline leaving
  2. another day, another way
  3. something else or…
  4. rebel monster
  5. pool of booze, booze, booza
  6. always you
  7. say your number
  8. soulweeper
  9. firesong
  10. danny & lucy (11 pm)
  11. caroline #1
  12. alienized
  13. i only wanna be with you
  14. everything’s still fine
  15. healing subconsciously
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 855 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

4 Commentaires

  1. darkantisthene says:

    grra putain dominus!! death’n’roll of da la mort!!

  2. Joss says:

    Incroyable ! il a réussi à caser « Richard Anthony » dans une chro !!! Allez avoue Krakou, c’était un pari ? tu as gagné quoi ?

  3. kollapse says:

    Pinaise ça dechire ce truc! les refrains sont tous enormes! Et cette voix…entre Keith Caputo et Hetfield, est clairement le point fort du groupe même si le reste du groupe se demmerde fort bien evidemment. Pas mal !

  4. Joss says:

    Je voulais écouter mais le lien donné ne marche pas :-(

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *