Karnivool – Themata

13 Commentaires      1 816
Style: Néo metal richeAnnee de sortie: 2005Label: Autoproduction

Sorti début 2005, Themata est le premier essai longue durée de ce jeune groupe australien et qui donne suite à un premier EP nommé Persona, paru en 2001. Si en Europe ce sont de parfaits inconnus – leur premier album n’y étant même pas distribué -, il n’en est pas de même dans leur contrée d’origine où ils rencontrent un joli petit succès d’estime, légitime au vu de la qualité et la maturité dont fait preuve l’essai en question.

A l’écoute de cet album, on pense volontiers au rock cérébral façon Oceansize, riffs néo-métal en plus, et agrémenté ci et là de touches progressives, notamment par la présence d’un clavier.

Le tout pour un résultat non sans être particulièrement inspiré : Le 1er titre, « Cote » ouvre l’album de fort belle manière entre puissance métallique, mélodies rock, guitares et atmosphères proches de Tool, certainement une des influences majeures du quintet, et superbes vocalises du chanteur, assurément un des – si ce n’est LE – points forts du groupe, qui fera preuve d’un talent indéniable tout au long de la galette.

2ème plage au titre éponyme dont les premières secondes rappellent Devin Townsend, et qui possède un refrain mélodique magistral à la mélodie orientale qui vous trottera dans la tête pendant un bon bout de temps. Imparable. Au bout de 2 titres seulement, Karnivool se fait surprenant et séduisant.

La suite est du même acabit, « Shutterspeed » et son chorus encore une fois superbement interprété et ses claviers que l’on jurerait sortis d’un album de rock progressif.

« Rocquefort » et sa structure en escaliers, ses riffs groovy, ses couplets presque soul, se montre harmonieuse tout en démontrant une férocité plus exacerbée que lors des premiers titres.

« Lifelike » quant à elle montre un visage plus agressif, où les guitares et vocalises – refrain compris – rappellent Korn. La mélodie n’en est pas pour autant absente, comme le démontre le refrain, enjôleur, sur fond de guitares aériennes.

« Scarabs » est une pièce instrumentale où riffs métal se conjuguent avec une agressivité tout en crescendo. Après l’inévitable ballade (« Swen and Silent ») arrive « Synops », titre tout en progression, constituant certainement le sommet de l’album où le groupe fait montre de tout son savoir-faire, et où les vocalises tout en émotion du sieur Ian Kenny font mouche une fois encore.

En l’espace d’un peu plus de 3 quarts d’heure, le constat est donc très réjouissant : Karnivool a réussi a produire un album qui fait preuve d’une grande capacité à créer des titres où émotion rime avec diversité et talent. Le groupe a fort bien digéré ses influences et, même si il n’est pas ouvertement original dans la démarche, montre un visage personnel qui ne demande qu’à se développer encore davantage dans les années à venir.

Il est donc évident que ce groupe au gros potentiel est promis à un bel avenir et je suis prêt à parier qu’il sera appelé à se faire connaître à une échelle plus importante que celle qui le confine pour le moment à son Australie natale. Du moins c’est tout le mal que je leur souhaite.

Ceux qui désirent découvrir un groupe frais, inspiré, ainsi que les amateurs des groupes cités plus haut savent ce qui leur reste à faire (idem pour les autres…).

  1. c.o.t.e.
  2. themata
  3. shutter speed
  4. fear of the sky
  5. rocquefort
  6. l1fel1ke
  7. scarabs
  8. sewn & silent
  9. mauseum
  10. synops
  11. omitted for clarity
  12. change (part 1)
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

13 Commentaires

  1. fewz says:

    WHAT???????????????????????????????????????????????????????,

    ENFIN!!!!!!!!

    content de te voir dans la team!!!!!

  2. jonbe says:

    Excellent c’est vrai, ça faisait un bail que je n’avais pas écouté du si bon néo. Juste niveau voix je ne suis pas 100% preneur mais ça gère tout de même très bien.

    Bienvenue pour cette première chro à Kollapse!
    On va pouvoir faire 2 fois plus de blagues débiles sur les belges. 8)

  3. Pierre says:

    c’est normal, ce sont les seules que les français comprennent!!!!

  4. krakoukass Krakoukass says:

    Excellent album, probablement le meilleur album de « néo » de l’année… Et le titre « Themata » est absolument magnifique…

  5. kollapse says:

    thanx jonben, fewz et krakou, pour m’avoir donné la possibilté de m’exprimer à travers cette première kro ;-). Et donc d’entrer dans la team :-)

  6. Neurotool says:

    T’as signé pour en chier Mortecouille!!! (comme disait mon adjudant…)
    Bienvenu mec! ;-)
    Une découverte et une chronique qui donne envie!

  7. yannick_junior says:

    Ouais c’est ça, merci à la team, depuis que Kollapse est dedans il en arrive même a dénier le groupe auquel samblait tant vouloir s’intègrer…
    N’oublie pas qu’on est là, en deux ans de basse tu aurai peut être pu avoir un bien meilleur niveau si tu passait moin de temps ici!!!
    Sans rancune, car il est vrai que c’est une source de découverte musicale énorme.
    Yan, et Oli.

  8. darkantisthene says:

    je découvre à peine ; c’est du néo ça ?
    putain j’aime un album de néo
    mais non c’est pas du néo, allez arrêtez de me faire peur putain !!

  9. krakoukass Krakoukass says:

    @Dark : Dans la série Jean-Michel Alabourre… Oui cet album est excellent mortecouille!

  10. pearly says:

    mais nan ce n’est pas du néo di diou ! :D
    allez, du space néo-rock, gnéééé

  11. sebz says:

    Tout à fait d’accord avec cette chro!
    Mais à quand la chro du petit dernier?
    Sound Awake est un vrai petit bijou je trouve!

  12. jonben jonben says:

    Vraiment agréable cet album, léger mais bien rythmé, avec assez de maitrise pour ne pas ennuyer. Je suis moins fan du dernier, qui perd toute la dimension néo qui justement en faisait un groupe original.

  13. sebz says:

    tout a fait d’accord,cet album est vraiment excellent mais Sound Awake n’en est pas moins bon pour autant a mon sens.
    je le trouve plus mature,plus maitrisé encore que celui-ci et tout aussi intéressant et original.
    A mon sens,le groupe est allé plus loin dans la construction de ses morceaux en leur donnant une structure plus progressive et toujours aussi riche en mélodies accrocheuses tout en n’ayant rien perdu en feeling.
    Ce qui n’enlève rien de la richesse de Themata bien sûr!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *