Kylesa – To Walk a Middle Course

7 Commentaires      1 533
Style: metal/hardcoreAnnee de sortie: 2005Label: Prosthetic

Lourde, hargneuse, crasseusse.

C’est ainsi que l’on pourrait qualifier l’aura dégagée par la musique de Kylesa. Fort d’un superbe premier album éponyme, dont je suis passé totalement à côté, la formation nous revient avec un deuxième album corsé. La testostérone est bien là, la sueur et l’ambiance fumeuse aussi.

Kylesa pioche largement dans le hardcore; Le groupe emprunte à Breach, Burnt By The Sun, American Nightmare et d’autres, en réussissant à tout mêler habilement et à créer une mixture personnelle. Les vocaux font très hardcore façon 80’s et suintent la rage. De façon incompréhensible, ils me rappellent également les Neurosis de l’époque, mais aussi les Slayer.

La hargne évoquée plus haut est amenée par ces cris haranguant, bien callés dans les médiums.
La lourdeur, elle, est non pas pachydermique ou rampante , mais pesante, comme le serait un fardeau sur les épaules.
La crasse est ici le liant de la musique… La crasse dans la production (de bonne facture mais roots), la crasse dans l’ensemble crée par tous les éléments en présence. On sent les manches de guitares incrustés, les cheveux gras. Elle est même présente dans la cinquième piste, pourtant l’une des plus éthérée de l’album, avec celle qui la précède.

Aux trois qualificatifs du début de la chronique on pourrait ajouter sans hésiter celui de sauvage. « Sauvage » peut-être parce que « hargneux » et « crasseux »; sûrement même. C’est aussi sans doute la batterie assez tribale qui me rend le groupe sauvage, mais c’est également ce sentiment que le groupe est indomptable. En effet, même si l’album est homogène et totalement cohérent, on ne sait pas ce qu’il va se passer d’une piste à une autre, parfois même d’un riff à un autre, comme dans « Shatter the Clock » où la machine s’emballe, où les riffs s’enchaînent et ne se ressemblent pas.
Malgré le soin pris par le groupe de faire suivre les pistes les unes aux autres, donnant un sentiment fluide et agréable à l’écoute, on est constamment surpris, ce qui ne fait qu’ajouter au plaisir de l’écoute.

De façon incompréhensible, paradoxale et malgré tout ce que le groupe peut inspirer comme sentiments et/ou sensations, il s’en dégage une fragilité latente, et c’est cette brèche qui le rend noble et touchant, presque classieux, tout en restant très punk! Un album et un groupe dont il serait bien dommage de passer à côté.

  1. in memory
  2. fractured
  3. train of thought
  4. notion and presence
  5. welcome mat to an abandoned life
  6. bottom line
  7. eye closed from birth
  8. shatter the clock
  9. phantoms
  10. crashing slow
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

7 Commentaires

  1. kollapse says:

    Très bon album dont, comme le dit la chro, il serait dommage de passer à coté. 15/20, album très plaisant.

  2. damien luce says:

    Enorme album qui a influencé un nombre incroyable de groupe!!! je trouve que la note de 15/20 est sévère!!!
    Là on se retrouve devant un objet qui redonne un souffle nouveau au métal au sens large du terme.

  3. Julien says:

    Très très bon album ! Le mélange des genres est vraiment terrible, on ne s’ennuit jamais !

  4. xavier says:

    Excellent album qui nécessite plusieurs écoutes tant il est riche et varié. La prod, très crue, ne facilite pas la tâche mais lui donne un certain charme. Perso, pour jouer le jeu des comparaisons, je situerai ce groupe qque part entre Neurosis époque Souls At Zero, Kyuss et His Hero Is Gone. Et d’accord avec Damien Luce, cet album redonne un nouveau souffle au métal mais je rajouterai tout en gardant un esprit très punk. En live, c’est très bon.

  5. Bernard says:

    Très bon album d’un très bon groupe à surveillé de près. Des anciens Damad, groupe trop méconnu qui aurait mérité plus d’attention…

  6. hipo says:

    très bon album, quelque part entre le hardcore et le sludgecore poisseux.

  7. Lucas says:

    Cet album m’a vraiment mis une claque ça faisait longtemps qu’un groupe ne m’avait autant donné envie de sourire et sauter tel un idiot.
    Qu’est ce que j’aimerai les voir en concert !

Répondre à Bernard Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *