American Head Charge – The Feeding

3 Commentaires      1 034
Style: néo brutalAnnee de sortie: 2005Label: DRT Entertainment

Il y a de cela pas mal d’années, ce devait être en 1999 ou 2000, j’assistais à un concert au Zénith de Paris. En plein milieu du show, mon pied s’attardait sur un objet lisse posé sur le sol. Il s’agissait d’un cd, complètement massacré par les mouvements de foule, rayé et sur-rayé. Dessus était écrit quelque chose comme « American Head Charge, The War Of Art, premier album produit par Rick Rubin ». Incrédule j’emportais l’objet chez moi, qui devais s’avérer être un cd promo présentant 2 titres du premier album de AHC. Réussissant à récupérer les pistes grâce à mon ordinateur, j’ai pu écouter ces 2 titres, et me prendre une sacrée claque. « A Violent Reaction » m’avait notamment particulièrement marqué avec son approche brutale et violente, une sorte de Néo très brutal (pour du néo), imparable.
Le 1er album de AHC, The War Of Art est sorti quelques mois après cet épisode, et je n’ai pas été déçu malgré mon attente particulièrement forte. Certainement l’un des meilleurs albums de néo ou assimilé, sa violence et son « zéro concession » m’ont particulièrement enthousiasmé.

Il est dommage d’avoir du attendre 4 ans (apparemment dus à un désaccord voire une brouille avec Rick Rubin, et donc un départ de son label) pour que sorte enfin le successeur de cet album, qui nous occupe aujourd’hui, The Feeding, car je pense que la mayonnaise n’a eu que trop le temps de retomber. C’est aussi pourquoi je ne me suis pas précipité sur cet album à sa sortie en import (puisque le disque est disponible aux States depuis le début de l’année 2005). Je le redécouvre en quelque sorte aujourd’hui pour les besoins de cette chronique.

Premier constat : la superbe pochette guerrière de The War Of Art est bien loin, et celle de The Feeding avec cette espèce d’immonde clown tout bariolé, est… immonde justement.

Exit aussi Rick Rubin et enter Greg Fidelman, qui fait un boulot tout à fait impeccable en produisant cet album.

On peut se rassurer, AHC n’a pas perdu la gniak qui le caractérisait sur le 1er album, et les affaires démarrent même très bien avec les excellents « Loyalty », ou « Pledge Allegiance » qui s’inscrivent complètement dans la lignée du premier album, avec ce chant toujours brutal et saturé (qui rappelle Tom Araya par moments, en moins casse-couille).
Ce qui est intéressant avec ce groupe c’est qu’il ne tente pas d’introduire une dimension commerciale sur chacun de ses morceaux (à grand coup de voix claire) mais qu’il ne se ferme pas pour autant la porte à des innovations, des changements, comme une approche résolument plus chantée sur « Ridicule » qui ne l’est pas heureusement ou une ligne de piano sur « Fiend » qui tente de renouveler l’excellence de « Song For The Suspect », titre formidable qui figurait sur le 1er album.
Le groupe s’essaie aussi à la lourdeur avec le puissant et pachydermique « Take What I’ve Taken » avec un Martin –ou Cameron, le bougre a plusieurs noms on dirait- tour à tour plaintif et brutal.

Malheureusement certains titres sont clairement peu intéressants, quelconques voire même ratés, comme « Leave Me Alone » ou « Walk Away » qui sonne comme du rock indé à peine boosté aux riffs. Résultat le cd s’essoufle un peu vite, et on sent même que le groupe est en panne d’inspiration recyclant même ses propres riffs (« Erratic » qui est un bon titre mais qui reprend le riff de « Loyalty »).

The Feeding n’est pas mauvais, la 1ère moitié étant même carrément très bonne, mais il ne soutient pas la comparaison avec son illustre prédécesseur (16 titres et pas d’essouflement par contre) que je vous invite à découvrir si vous ne l’avez pas encore fait.

  1. loyalty
  2. pledge allegiance
  3. dirty
  4. ridicule
  5. take what i’ve taken
  6. leave me alone
  7. walk away
  8. erratic
  9. fiend
  10. cowards
  11. to be me
  12. downstream (bonus track)
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 905 articles sur Eklektik.

Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. Pierr says:

    et au zenith, qui est-ce qui jouait ce soir la?

  2. fewz says:

    c’était mireille mathieu et ses potes du carnaval… d’ailleurs ils ont joué « purity « ce soir là… le kiff cette chanson!

  3. krakoukass Krakoukass says:

    Bah je sais pas si tu l’as fait exprès Fewz, mais effectivement ça devait être Slipknot… ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *