Daitro – Laissez Vivre Les Squelettes

2 Commentaires      924
Style: screamoAnnee de sortie: 2005Label: RedCarsGoFaster's

Et mer%#! J’ai raté ce disque en 2005! Ce n’est pas faute de ne pas avoir été informé de sa sortie, c’est juste que je n’ai pas pu poser une oreille dessus avant la première semaine de janvier! Si j’avais su…

Le screamo j’adore. Alors quand on sait que la scène française se défend plus que bien (Amanda Woodward, Mihai Edrisch, Gantz,…) et que j’avais grandement apprécié le précédent EP de ces lyonnais je ne pouvais qu’être impatient d’écouter leur nouvelle livraison.

Que dire? Tout simplement: aucune déception à perte vue. Fureur et frissons sont là, bien là. La promesse de leur EP est tenue. Tous les éléments constitutifs de ce dernier ont été améliorés, repris avec encore plus de maîtrise et de classe. La musique de Daïtro est toujours à fleur de peau, sur le fil; entre rage et mélancolie, entre écorchures noise et caresses post-rock. En effet, les guitares traînent souvent dans les aigus et en extirpent des accords, des arpèges à vous retourner les tripes, que cela soit dans des accès de rage fugaces ou de lentes montées. La voix, qui hurle ses textes en français, égratigne comme du papier de verre et s’accompagne parfois d’une consoeur afin de superposer cris et spoken words comme sur « les orbites en éveil » pour un rendu plus que réjouissant.

Si l’on s’intéresse à la section rythmique, on ne peut que constater la qualité irréprochable de la production. Tout comme chez Envy (comparaison inévitable) la batterie palpite et, comme chez Mihai Edrisch, a un groove bien mis en avant. Normal? Oui puisque c’est le même batteur qui officie dans les deux groupes lyonnais. La basse (très audible) remplit son rôle à merveille, alternant avec doigté ouvertures d’harmonie et appui rythmique.

Parler uniquement de la technique, et de la production serait réducteur car la musique passionnée de Daïtro a une vraie vie; inspirée, déchirée, transportée par elle-même, elle touche, émeut et (allez soyons fous!) bouleverse.

C’est en France, en Europe et même au Japon que le groupe entend allez bouleverser les hardcoreux romantiques aux t-shirts moulants. Et je ne m’inquiète absolument pas pour eux, armés comme ils le sont avec ce superbe album.

  1. laissez vivre les squelettes
  2. chaque seconde
  3. les orbites en éveil
  4. nous sommes d’ici
  5. comme du papier
  6. pourquoi les inconnus restent-ils inconnus?
  7. trois murs pour la salle de torture
  8. se noyer, s’oublier, regarder partir
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. fewz says:

    j’ADDDDDDDDOOOOOOOOOOORRRRRRRRRRREEEEEEEE

  2. Manumal says:

    ENORME

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *