Swarm Of The Lotus – The Sirens of Silence

9 Commentaires      1 271
Style: sludge coreAnnee de sortie: 2005Label: Abacus Recordings

Au rayon des bombes passées inaperçues, je demande The Sirens of Silence de Swarm Of The Lotus. Sorti en 2005 chez le remarquable label Abacus Records, cet album fait suite à leur premier méfait nommé When White Becomes Black sorti en 2004 chez l’écurie non moins prestigieuse d’At A Loss Recordings.

Ce dernier passe malheureusement relativement inaperçu, mais permet cependant au groupe de tourner avec de grands noms et de faire notamment les premières parties de Neurosis, The Red Chord, Mastodon et surtout Converge où Kurt Ballou les remarque et souhaite collaborer avec eux à l’avenir.

C’est chose faite, la production de leur 2ème album lui étant confiée. Celle-ci est impeccable, conférant aux compositions du groupe un aspect crade, poisseux qui sied à merveille à la musique du quintet, torturée et lourde à souhait. La pochette, sublime, aux teints sombres représentant une mère enceinte tourmentée, sur fond industriel glauque à souhait.

Ici, pas de chant clair, ça hurle, ça claque, ça riffe, en gros ça fait pas semblant. Et autant dire que ça fait du bien à entendre, à l’heure où beaucoup de groupes aseptisent leur son pour un résultat souvent beaucoup trop propre et formaté. Le sludge-core de nos amis du Maryland ne s’embarrasse pas de barrières et confectionne un style hybride aux circonférences thrash, doom, stoner, post-rock ou encore noise. Pour un résultat non pas écarlate mais bien fusionnel, tous les genres s’enchaînant avec une grande cohérence, passant d’un opposé à l’autre sans que cela choque ou paraisse déplacé.

Ainsi se côtoient pêle-mêle rythmiques folles, dissonances noisy, riffs tordus, mosh part, blasts pour un rendu chaotique d’une puissance effarante. Le groupe varie ses propos d’un titre à l’autre, ce qui rend l’écoute de l’album intéressante à plus d’un titre.

Car si la plupart des titres sont fondus dans un magma de violence ténébreuse, d’autres sont plus posés, et laissent échapper des mélodies lumineuses sous-jacentes, insufflant au disque une respiration nécessaire. Et d’ainsi permettre à l’auditeur d’éviter une possible indigestion qui aurait été de mise si tous les titres avaient été conçus dans le même moule de brutalité. Même si cette dernière est toujours incarnée sous la forme de riffs groovy et accrocheurs en diable que lui confectionnent les guitares grasses aux tonalités très graves.

De ses influences plus ou moins perceptibles (on repèrera la folie d’un Botch, les ambiances d’un Neurosis, la lourdeur d’un Mastodon, l’empreinte noisy d’un Today Is The Day), le groupe a su s’affranchir, les digérer afin d’en ressortir une mixture des plus personnelles.

The Sirens of Silence est un disque intense, complexe qui demandera quelques écoutes attentives avant de dévoiler toute sa substance vénéneuse, en regard de ses textes, pas très à la fête, traitant aussi bien du mal-être, de la mort, de meurtres, de terreur, destruction, et interprétés avec la virulence des hurlements que se partagent respectivement le bassiste et le guitariste.

Swarm Of The Lotus frappe donc un grand coup avec cet album et s’affirme comme un groupe très prometteur qu’il faudra assurément suivre à l’avenir. Une de mes découvertes de l’année 2005.

  1. hookworm
  2. call to abandon
  3. the great masquerade
  4. yan huo
  5. jackie g
  6. snowbeast
  7. needles and knives
  8. the insect trust fund
  9. vertigo
  10. judas
  11. house at the bottom of the sea
  12. nightmare paint
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

9 Commentaires

  1. FireCat says:

    ca s’achète ou ? :)

  2. cava76 says:

    J’aime pas mdr

  3. Neurotool says:

    Un groupe prometteur en effet mais qui a encore besoin d’affirmer sa personnalité. 14/20

  4. kollapse says:

    Ahbon tu trouves ? Je pense au contraire que SOTL a un son très personnel. Enfin même si tu ne trouves pas, rien ne t’empêche d’écouter ce skeud qui est une sacrée mandale dans la gueule qd même ;-).

  5. damien luce says:

    un excellent album, plus abouti que le premier. A posséder d’urgence!!!

  6. Neurotool says:

    Je l’ai régulièrement écouté cet été et je ne pouvais m’empêcher de penser à telle ou telle influence voire même préférer m’écouter ces dites influences… un album sympa et de qualité somme toute!

  7. Killahill says:

    Merci eklektik rock pour m’avoir fait decouvrir cet album.

  8. ptitvinceGORE says:

    salut je rechercher des dates de concert pour un groupe appeller the heretic alien from space metal indus gothic il sont un tres bon jeux de scene et on de ja jouer avec 1969 was fine le side project de punish yourself pour plus dinfo site musique myspace demande et je vous donnerais sa merci de bien vouloir me donner une reponse meme negative pour me joindre psykomancircus@hotmail.fr
    ptitvincegore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *