Dagoba – What Hell Is About

34 Commentaires      3 571
Style: power metal in your faceAnnee de sortie: 2006Label: Season Of Mist

Je me surprends parfois à rêvasser et à regarder avec un brin de nostalgie, une décennie en arrière. Je repense alors à l’époque des grosses machines à riffs américaines, comme la « team » Roadrunner en pondait alors. Je pense notamment aux Fear Factory, Machine Head dont c’était clairement les heures de gloire. C’est avec ce genre de formations que mon oreille metalleuse s’est formée, voilà pourquoi ce type de musique occupera toujours une place particulière pour moi.

Ayant vraiment adoré le premier album du groupe, c’est avec une grande satisfaction que j’accueillais ce nouvel album des marseillais de Dagoba, eux qui, en dépit d’une mode (hype venant probablement du hardcore) vantant tour à tour le minimalisme, le choatique, la « trve » attitude, ou/et le son cradingue pas trop produit, n’ont jamais caché leur admiration pour ces formations de renom, pas connues pour leur « petit » son, auxquelles on ajoutera un bon gros Pantera.

Et je n’ai pas peur d’affirmer la chose suivante : Dagoba est aujourd’hui le meilleur représentant, à l’échelle internationale, de ce type de métal super produit, super puissant, super efficace, qui fait tomber les dents.
Le digne successeur des formations précitées en somme, la preuve qu’il est possible de prendre son pied à l’écoute d’un disque sans devoir l’écouter 153 fois pour commencer à retenir un riff. Et oui chaotique et déstructuré ne veut pas toujours dire bon, et à l’inverse efficace et super produit ne veut pas forcément dire Slipknot ou/donc mauvais.

Ce nouvel album est en effet incontestablement l’archétype même du métal surproduit, qui mise beaucoup sur la puissance, les riffs, bref le pain dans la gueule. Des titres comme « The Man You’re Not », « Die Tomorrow (What If You Should ?) », ou bien encore « The Things Within », sont autant de monstrueux coups dans les noix, d’autant plus violents qu’ils sont produits par la machine de guerre du son monstrueux, j’ai nommé Tue Madsen.

Contrairement aux formations qui se vautrent lamentablement en tentant d’adoucir leurs propos par le jeu trop téléphoné (car systématisé) de l’introduction de voix claires d’une platitude renversante (see le dernier Caliban, pour l’exemple), Dagoba ne s’autorise que rarement le recours à la voix plus mélodique de Shawter. Lorsqu’il le fait cependant, il ne s’encombre pas d’une formule aussi embarrassante que pénible (couplet dur-refrain gentil), il se sent libre de faire du vrai mélodique, qui reste toutefois puissant (« Cancer ») comme savait autrefois parfaitement le faire un Fear Factory. C’est ce qui avait pu valoir au groupe l’appellation marketing grotesque et fausse de « nouvelle sensation néo metal », lors de la sortie en 2003 du déjà très bon premier album du groupe. (-_-‘).

Attention, je compare Dagoba à FF (on retrouve les riffs couplés à la batterie pour un effet « mitrailleuse) et MH (puissance des riffs, similarité dans les voix), pourtant, si cette comparaison est pertinente à un certain degré, elle trouve aussi rapidement ses limites (au-delà du simple fait que Dagoba est aujourd’hui 10 fois plus violent que ces 2 groupes, lorgnant plus que jamais avec le death metal, il n’y a qu’à écouter le morceau introductif « What Hell Is About… » pour s’en convaincre), en ce qu’on voit bien que les influences des marseillais vont clairement chercher plus loin.

Les petits gars n’ont en effet jamais caché leur admiration pour le sombre, le sinistre, et donc les atmosphères distillées par les grands noms du black (pas le trve bien sûr) « grand public », comme Cradle Of Filth ou Dimmu Borgir. La filiation entre Dagoba et le black ne se retrouve pas vraiment dans la musique qui n’a (presque) rien de black, sauf dans ces atmosphères justement (qu’on trouvait déjà sur le premier album, mais avec des arrangements ici encore plus réussis), bien sombres, portées par de sinistres et discrètes nappes de synthés (voir l’intermède « The Things Apart »). Et puis tiens, puisqu’on parlait de Dimmu! Qui retrouve-t-on en guest sur 2 titres de ce What Hell Is About, je vous le donne en mille ? Vortex, (également vocaliste de Arcturus) l’homme à la voix magnifique qui éclaire, que dis-je illumine régulièrement les compositions du combo norvégien.
Le résultat de cette collaboration entre le groupe et l’homme, mais plus notablement entre Shawter et Vortex, est tout simplement fantastique, « It’s All About Time » et son refrain montrant s’il en était encore besoin, toute la beauté et la puissance de la voix du bonhomme et apportant une touche théâtrale, symphonique ! Dagoba invente le « power quasi death metal symphonique ta race » ! Et c’est superbe et parfaitement maîtrisé, comme ne manque pas de le confirmer le violent et malsain « The White Guy (Suicide) » qui clôture ce sinistre bal.

Superbe album qui, je l’espère de tout cœur, permettra au groupe de se faire un nom à l’échelle internationale, car il est évident à l’écoute de cet album, que What Hell Is About, encore plus que son grand frère déjà pourtant bien équipé, a vraiment tout ce qu’il faut là où il faut, pour cartonner bien au-delà du seul hexagone.
Rien à battre de la pseudo élite intellectuelle qui viendra nous bassiner avec le fait que « Dagoba invente rien, c’est juste du metal basique, trop over mega produit pour être honnête », rien à battre non plus du clivage OM/PSG de hooligans en manque de sensations, ce groupe et cet album démontent.
Un grand bravo à Dagoba pour cet album encore plus mur et abouti que le précédent.

  1. what hell is about…
  2. die tomorrow (..what if you should?)
  3. the fall of men
  4. the man you’re not
  5. cancer
  6. it’s all about time (feat vortex)
  7. the things apart
  8. the things within
  9. livin’ dead
  10. 042104
  11. morphine – the apostle of your last war
  12. the white guy (suicide) (feat vortex)
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 893 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

34 Commentaires

  1. dah-neir says:

    Un album mortel, surpuissant et completement efficace. Le refrain de ce putain de « things within » est une tuerie complete. Ouh pinaise vivement le live!!!
    Esperons que les trouducs nous epargnerons des « ouais c du néo c du caca » sans meme avoir écouté ce qui une des plus grosses bombes power depuis bien longtemps.

  2. jonben jonben says:

    Ca donne envie; Putain Vortex, ils ont du bol!

  3. kollapse says:

    Je confrime, cet album est un veritable coup de boule de violence et de puissance maitrisées. Meilleur encore que le 1er album qui m’avait déjà fortement plu, Dagoba s’impose comme une des formations métal les plus interessantes de l’hexagone.

  4. damien luce says:

    Vraiment bon cet album, surpuissant, c clair qu’il ya un côté fear factory qui ressort mais c’est trés bien fait. Allez juste un bémol pour la pochette qui est MONSTRUEUSE, ils auraient pu faire un petit effort, c dommage car leur premier album avait un visuel vraiment percutant!!! Sinon la note est largement méritée!!!

  5. wakos says:

    Petite question, c’est quoi le « trve » ? Une sorte d’atavisme à la Varg Vikernes ? Merci de vos réponses ….

  6. krakoukass Krakoukass says:

    @Damien Luce : C’est vrai que la pochette est laide. En revanche en version metal box limitée ça le fait pas si mal…
    @Wakos : Quand je parle de « trve » je fais référence au true black, tu sais avec le son pourri enregistré sur un magnétophone en pleine forêt… Je voulais dire qu’il n’y a absolument rien à voir ici avec ce type de black sans concession…

  7. wakos says:

    @krakoukass : Ben j’étais bien loin du compte moi avec mon histoire d’atavisme ;o) … Merci pour l’info !!

  8. Veusti says:

    Cette chro est vraiment alléchante. J’ai pourtant eu un peu de mal a m’imprégner le titre en téléchargement, mais je pense ne pas être déçu par Dagoba. Un groupe Français qui prend de l’ampleur, je pense qu’on leur manque encore un peu de respect (genre « ils jouent que sur le gros son » —> ca m’énerve d’entendre ca !!).

  9. Monster says:

    Vraiment excellent le MP3, ça a l’air encore mieux que le premier album, plus mélodique.
    ça va être bon en live au Metal Therapy !

  10. damien luce says:

    @ krakou : la version limitée a t’elle un visuel différent avec la version metal box?

  11. krakoukass Krakoukass says:

    C’est assez difficile à expliquer. Le visuel est le même mais il est mis vachement en retrait, on le distingue simplement. En tout cas ça pète beaucoup plus. Va voir à la FNAC ils en ont plein…

  12. damien luce says:

    Oui je vais aller voir cela!!!

  13. fewz says:

    attention garçon!!! ça envoit le bois!!! un son énorme et des riffs « In Your Face » c’est le cas de le dire… digne d’un groupe US ou suédois…
    BEEEUUUUUWWWWWWWWWWW!!!!!

  14. damien luce says:

    Quel album, je ne m’en remets vraiment pas, une vraie et bonne claque les enfants!!!

  15. GrandPoil says:

    bon alors, ayé j’ai pu écouter l’album.
    et comment dire….
    INTENSE MOMENT DE PLAISIR!!!!! mes tympans essayent encore de s’en remettre! ça fait plaisir! :)

  16. wakos says:

    Bon ben encore un achat de plus à faire ce week end … En plus ça tombe bien, ça va être la paie … ;o)

  17. damien luce says:

    pfffffffffffffffffffffff!!!!! terrifiant!!!

  18. darkantisthene says:

    surproduit, chant insupportable, sans moi

  19. damien luce says:

    Méga produit, pas grave!!! grosse tuerie!!!

  20. Mogwai says:

    Le mp3 marche pas chez oim.
    Je trouve la pochette vraiment hideuse et d’un cliché incroyable !

  21. 2nd° Decapitation says:

    Cette album est MEGA TUERIE….avec que des compos mOntrueuses!!!!
    A Acheter les yeux fermé….UN CLASSIQUE DU METAL MODERNE
    (on a vraiment du mal a croire a un groupe francais telement la prod’ est parfaite….)

  22. darkantisthene says:

    je réécoute
    jtrouve ça chiant et décousu

  23. Joss says:

    Moi ça me tape sur le système, Dagoba. (…)

  24. maniac says:

    Je dois dire que l’élément qui m’a le plus surpris en dehors de cette puissance, c’est l’atmosphère que cette galette arrive à installer tout le long de l’écoute. C’est assez riche pour qu’on en découvre chaque fois un peu plus, que le décor malsain s’installe bien et que ces ambiances glauques se déversent lentement dans nos oreilles saignées à vif. Bref, pour moi, cet album est une énorme réussite. Je ne me risqueais pas à jouer les Cassandre du Métal et à parler de tournant dans la scène hexagonale, ces prises de positions sont stériles…je dirais seulement que la barre est montée d’un cran, et que Dagoba, en plus du professionnalisme et de l’efficacité, que certains continuent à taxer de simplicité et de manque d’originalité,(j’aimerais que d’autres groupes français et internationaux soient aussi pauvres dans leurs compositions !) ont réussi à insuffler ce petit supplément d’âme que tout amateur de musique est en droit de rechercher.
    Bref, si je devais résumer:
    ANAL BLAST

  25. fewz says:

    c’est vrai que la pochette est super cliché…

  26. penumbra says:

    C’est vrai que cet album est un putain de bon disque. Je suis particulièrement bluffer par les atmospheres incroyables.

  27. MaNiaK says:

    Putain d’album… Tout ceux qui ne connaissent pas ce groupe et qui sont fan de Power-Trash (FF, MH, Kill 2 this, pantera, …) doivent absolument acheté ce disque!!! Des voix très travaillées et nuancées (Merci Shawter), une batterie phénoménale (Un des meilleurs métalleux mondiaux?), une guitare aux riffs scotchants, tout y est… Pas une seule composition de cet album n’est à jeter! Espérons que cet album fasse grand bruit sur la scène métal international car il en a tout le potentiel… Merci DAGOBA!

  28. ced de Patriot says:

    je suis allez a leur concert au namrock c un groupe puissant a voir absolument l album est magnofique j ai une preference pour Cancer je tenais a remercier les gars de DAGOBA pour cet EP exeptionnel et merveilleux

  29. ced de Patriot says:

    je suis allez a leur concert au namrock c un groupe puissant a voir absolument l album est magnifique j ai une preference pour Cancer je tenais a remercier les gars de DAGOBA pour cet EP exeptionnel et merveilleux

  30. kollapse says:

    LP, pas EP…

  31. maniac says:

    En toute logique, Dagoba part en tournée européenne avec Sepultura et In Flames…
    Je suis juste heureux pour eux, ils ont mérité tout ça !

  32. Soulfear says:

    trés bonne chro, pour un album vraiment énorme qui fait plaisir, trés content qu’il y ait encore ce genre de groupes pour dire un bon gros « fuck » a tous les hype post hardcore de mon cul etc … ^^

  33. Matthieu says:

    Album génialissime en effet, très bonne chronique je vous laisse en compagnie du texte de KRAKOUKASS.

  34. Centinex says:

    c’est vrai que cet album est une tuerie! j’étais pas trop power avant j’étais plutôt death pur (genre Centinex…un groupe que je conseille…)
    perso je suis tombé sur le cul en écoutant « the man you’re not »…on sent vraiment un gros travail de compo et on a envie de pousser un gros vive les français après ça…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *