Sunn O))) + Earth – 17 février 2006 – Point Éphémère – Paris

8 Commentaires      1 348

Vendredi soir n’était pas un soir comme tout les autres pour moi. D’une part je me rendais a un concert avec ma petite amie, qui n’est pas une fan de ce genre de son normalement, voir pas du tout, et aussi car malgré leur présence dans des magazines metal, Sunn O))) est une proposition beaucoup plus expérimentale que la plupart des groupes cités dans les pages de ces mensuels. Arrivé au point Ephémère je remarque un petit papier annonçant que le concert est complet. Le Point Ephémère n’est pas une grande salle mais cela en dit déjà beaucoup sur la notoriété des deux groupes de ce soir. Que l’on apprécie ou pas la musique, on vient voir le monstre en action. Va t’on trembler ? Vomir ? S’ennuyer ? C’est sur ce genre d’interrogation et de légendes répandus dans les articles que se construit une réputation comme celle de Sunn O))). Earth par contre est une tout autre proposition.

Cinq personnes sur scène, une batteuse, un bassiste, deux guitariste et un jeune barbichus préposé au trombone et a l’électronique. Pas de grands effets de lumière, juste un peu de fumée et l’ambiance s’installe. Un gars crie a coté de moi et je me demande si cela ne va pas me ruiner une partie de l’atmosphère si il continue. Les musiciens eux se sourient mutuellement et commencent a jouer. Chacun communiquant avec son instrument et répondant à l’autre avec grâce, légèreté mais force. Le son de batterie est d’ailleurs notable pour sa densité malgré les mouvements lents de la demoiselle se trouvant derrière les fûts. La basse envahie la pièce et pénètre doucement mais lourdement mon corps. Le trombone joue chaque note avec de profondes inspirations pour donner encore plus de relief aux accords. Ce n’est pas une utilisation conventionnelle de l’instrument mais aucun des musiciens de ce soir ne peut se revendiquer d’une quelconque école classique. Loin de là. Les guitaristes, quand à eux, placent leurs notes lentement mais sûrement, composant des riffs a force d’efforts. Les secondes s’écoulent et l’on se laisse porter par le flot de chaque note, l’une venant enrichir l’autre. Puis c’est l’explosion et les musiciens jouent presque tous en même temps pour un résultat jouissif. Autant vous dire qu’à la fin de chaque morceau je ne retenais pas mes applaudissements, et je n’étais pas le seul. Oui, il faut rester concentrer et si l’on éloigne un peu son esprit de la musique on perd aussi un peu de l’ambiance et de la logique du morceau. Mais toute cette énergie mentale consacrée à l’écoute attentive de ces 5 desperados est largement récompensé par une expérience unique et ce ne sont pas les cris enthousiastes du fan se trouvant près de moi qui ont brisé cela. En fait, je comprends maintenant très bien son excitation.

Enfin, après un set d’a peu près une heure ou plus, Earth et Sunn O))) étant présents ce soir tout les deux en tant que tête d’affiche, tout ce petit monde s’en va et on désosse la batterie pour faire de la place. Première constatation, le nombre d’amplis. Ils sont 12 et disposés face au public derrière les musiciens. Deux appareils lancent de la fumée vers le plafond et envahissent la scène d’un mur opaque qui s’épaissit a tel point que pendant les minutes d’attentes après le déclenchement de la musique d’introduction et l’extinction des feux, je me suis demandé si le groupe n’était pas déjà sur scène. Mais bientôt, trois figures druidiques se dessinent et, les bras levés bien haut, ils s’abattent sur les cordes pour déclencher la première salve. Ca gronde mais ce n’est pas aussi terrifiant que je le pensais. Un bon point donc, on ne va pas a un concert de Sunn O))) pour se faire refaire les tympans, a condition d’être armé de boules quiès bien sur. Ensuite, le groupe ne joue pas vraiment de morceaux de leurs albums mais interprète surtout des séries d’improvisation pachydermiques ou les riffs de basse se peignent dans les airs et écrasent le public.

Difficile et épuisant, voila comment je définirais un concert de Sunn O))). Après cela vous pouvez sûrement aller à un concert de Merzbow sans crainte, c’est dire la puissance du son. Le concert commence avec trois basses mais après une vingtaine de minute (ou plus, j’ai vraiment perdu la notion du temps pendant ce concert) d’autres musiciens viennent les rejoindre. Un autre druide se place a l’électronique et commence a jouer avec des sons discordants, un joueur de trombone (peut être le même que pour Earth) se place devant un micro et enfin un des guest de Black One s’empare du micro. Portant les couleurs blanches et noirs de la scène black metal, Wrest de Leviathan s’ajoute a l’assemblée de musiciens pour hurler d’une manière assez aléatoire des mots incompréhensibles. Une présence charismatique indispensable pour plonger encore plus le set dans la noirceur. J’avoue même avoir eu parfois peur en entendant sa voix tellement elle a un grain et une qualité sans commune mesure. Si cette description vous semble chiante, n’essayez même pas d’aller a un concert de ce genre. Expérimental et bruyant, un concert de Sunn O))) s’apprécie pour son ambiance et sa puissance mais n’a rien a voir avec un concert normal. En fait, Sunn O))) n’est pas là pour interpréter ses albums ou en faire la promotion mais juste pour exprimer leur art directement devant leur public. Si celui ci suit, tant mieux, mais rien n’est fait pour rendre l’expérience plus agréable et ce sera dans une répétition, un peu ennuyeuse, d’un même son que tout s’éteindra et que, la fumée enfin dispersée, Stephen O’Malley et Greg Anderson relèveront leur capuches pour s’exposer au public et bien montrer qu’ils sont humains et pas les êtres magiques pour lesquels on pourrait les prendre après tant de mystères.

Pourtant, malgré tout, dans les visages qui m’entouraient je n’ai vu que de l’attention et du respect. Peut être que dans le fond on rigolait un peu de tout cela et que certains sont partis avant la fin du concert mais sur le devant on aurait pu se croire a une messe, bien que certains aient des façons étrange de prier. En effet, un bonhomme souriant est resté tout excité pendant la soirée et a même déclenché une sorte de fosse a lui tout seul vers la fin du concert, qui a fait sourire les quelques personnes le recevant et ennuyé le reste du monde. Mosher sur Sunn O))), voila quelque chose que je n’avais pas du tout envisagé. Mais avec de tels personnages, il faut envisager l’impossible. Ainsi, vers minuit (la salle ouvrait ses portes a 20H30) nous quittons la salle avec les oreilles qui bourdonnent et l’envie de rentrer vite chez nous. Un peu déçu au premier abord, mais plus j’y repense et plus je serais intéressé par un autre concert. D’abord car le rituel mis en place par le groupe a ceci de fascinant qu’il est unique et respecté avec une sorte de dévotion de la part des musiciens. D’autre par car malgré le manque de variation et la fatigue, il y a de quoi s’extasier si l’on aime le travail sur le son. Le reste du monde désire entendre des chansons ou quelque chose approchant un concert normal peut aller se recoucher, ils ne verront rien dans ces murs qui ne les intéressera. Sunn O))) n’est pas un groupe qui est réservé à une élite mais juste a une poignée de gens passionné par le son, qu’importe leurs horizons sonores. Alors, si vous aimez la distorsion dans sa plus pure expérience, vous savez ou vous rendre. Ensuite il y a le point de vue visuel qui aide a ce qu’agisse la magie dans cette expérience et c’est d’ailleurs cela qui a le plus plu a ma petite amie, preuve que l’on peut apprécier un concert de Sunn O))) pour un autre type de stimulis. A vous de voir ce qui vous intéresse.

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

8 Commentaires

  1. fewz says:

    très très joli report hororo…. et dire que j’ai râté ce concert… me suis fait refoulé à l’entrée… si seulement je pensais à acheter mes places avant….
    je suis vex…

  2. FireCat says:

    Très joli en effet, ca donne envie. J’aime beaucoup Earth, mais Sunn O)) pas encore réussi a me plonger dedans.
    Fewz > Comment ca se fait, c’était complet ?

  3. Hororo says:

    Très joli ? Hmm hmm, peut être mais tu ne sais pas lire :
    Arrivé au point Ephémère je remarque un petit papier annonçant que le concert est complet.
    Boo, pas bien, boo !

  4. matstriker says:

    je n’ai découvert que très récemment sunn O))), quant à earth, faut se lever de bonne heure pour dénicher leurs galettes…pas mal d’échos assez hallucinants, bref une expérience qui me tenterait bien…s’ils repassent dans les 10 prochaines années

  5. fewz says:

    wè c’était complet… et j’ai pas pu rentrer… merdeeeeeuuuhhh!!

  6. heddy says:

    j’ai preferé a aller a AN ALBATROSS la veille et je peu dire que je ne regrette point du tout

  7. powaviolenza says:

    Ce n’était pas WREST de LEVIATHAN mais MALEFIC de XASTHUR.
    Wala

  8. fewz says:

    ah c’était le mec de Xasthur en plus!!!!???!!!! quel grand homme celui-là (niveau musique je parle)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *