Art Of Falling – Extending Behind this Shape

5 Commentaires      1 128
Style: noisecoreAnnee de sortie: 2005Label: Several Bleeds Records

Quand cela va-t-il s’arrêter?

Quand y’en a plus, y’en a encore. Je me suis déjà pris mal de baffes en provenance de Suisse pour l’année 2005 (Knut, Cortez, Shora, Impure Wilhelmina, The Evpatoria Report…) et voilà que je m’en prends encore une autre de la part de Art of Falling. Une claque enrobée d’un post/noise hardcore.

Ce quartet helvète là évolue dans un univers musical situé quelque part entre Neurosis, Breach, Knut, et même Deftones. Que de belles comparaisons!
En plus elles sont méritées et pas réductrices puisque le jeune groupe esquisse déjà timidement sa propre empreinte. Il crée, comme il l’indique très bien, un univers immense et émotionnel. Immense car le brouillard et la torpeur générés troublent l’horizon le rendant alors inacessible, trop loin, comme perdu dans l’immensité. Emotionnel car on est pris aux tripes et touché par cette mise à nu pudique mais tellement sincère.

La formule utilisée sur les cinq titres est à peu près la même (mid tempo lourd + son massif + mélodies fragiles et/ou noires + chant à la Steve Von Till) mais ravit à chaque fois au plus haut point sans ennui ou redondance. La production est d’excellente facture et signée Julien Fehlmann ce qui explique sans doute l’affiliation évidente pouvant être tracée avec le son d’autres groupes suisses.

Une grande promesse est faite avec ce cinq titres qui peut pêcher par sa trop courte durée et son enregistrement peut-être un peu trop précoce. On attend avec impatience de voir et d’écouter ce que ces suisses ont dans les tripes, voir ce que cela donne sur une plus longue durée et avec une maturation de l’écriture.

  1. unknown and far away
  2. 1 km from
  3. a sad landscape
  4. hang on to silence
  5. she holds her breath {a slow end}
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

5 Commentaires

  1. damien luce says:

    Je me suis fait grave chier en écoutant ce disque qui n’apporte vraiment rien à cette scène post hardcore/noisecore. je suis réellement déçu aprés tout le bizz qu’on a fait autour de ce groupe. Je vais aller me réecouter Minsk tiens!!!

  2. zurb says:

    Julien Fehlmann était le batteur de Lest il y a bien longtemps. Mais il n’est absolument guitariste dans aucun des groupes pré-cités! Mais par contre il a mixé les Vancouver, Forceed, and co…

  3. fewz says:

    c’est exact zurb!!! toutes mes excuses pour ces énormes bêtises… surtout que j’ai vu Impure Wilhelmina dernièrement… je sors.

  4. damien luce says:

    j’ai l’air fin en disant cela mais je me suis reécouté l’album, et je dois avouer que j’ai été dure avec ce groupe, je m’excuse et j’avoue qu’il ya du potentiel.

  5. fewz says:

    c’est tout à ton honneur Damien Luce!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *