Clouddead – Clouddead

5 Commentaires      1 587
Style: hip hop hallucinogèneAnnee de sortie: 2000Label: Mush Recording

Avez vous déjà regardé les nuages. Allongez vous dans un champ et laissé vos yeux voguez sur les vaguelettes de matières blanches qui défilent. Formes indistinctes et interprétations multiples, la joie des enfants dans beaucoup de films. Oh, un avion, un éléphant, un cœur. Dose One, Why? et Odd Nosdam, trois rappeurs du label Anticon, doivent avoir la même occupation que les enfants de tout ces films d’auteurs et composent leurs paroles de la même manière. Alors ils ont demandés a leurs connaissances de composer des chansons afin qu’ils puissent y poser leurs textes. Chacun amène sa touche mais l’ensemble est cohérent. Car de la même manière que le ciel forme un tout qui ignore les frontières, les nuages se suivent et ne se ressemblent pas tout en étant lié l’un à l’autre par leur composition chimique. Oui, ça c’est de la métaphore. Clouddead est donc la musique qu’il faut écouter en regardant les nuages, mais elle pourrait aussi être décrite comme étant celle des « petits gars a lunette que l’on prend pour des intellectuels sérieux alors qu’ils rigolent dans votre dos dès que vous partez ».

Secondés par des invités divers comme Sole (fondateur de Anticon) ou Dj Signify, Clouddead s’inscris dans la progression des oeuvres de Why? et de Dose One (celles de Odd Nosdam me sont inconnues). Dose One, le rappeur mystique qui improvise les réflexions philosophiques comme d’autres récitent leurs listes de courses. Why?, le rappeur chanteur. Et puis Odd Nosdam, la touche la plus Rap des trois avec un flow plus rythmé. Les Beastie Boys du rap indépendant ? Ouais, peut être. En tout cas ceux là ne parlent pas des problèmes de leurs rues comme tout ceux qui roulent en Cadillac depuis que leurs singles ont concquis le coeur des ados. Non, si Clouddead parle de la rue, elle se situe sûrement dans une dimension parallèle. Un extrait ? « One man’s floor is another man’s floor with a pillow on it and sure, the enemy is a thirteen year old computer hacker ». Lire des interprétations dans tout cela ? Oui, vous le pouvez sûrement, mais cela reviendrait a chercher un sens dans les lignes de Nostradamus. Des paroles qui s’enchaînent, du sens qui s’affiche a l’esprit mais quelle était l’idée derrière tout cela ? Est ce qu’il ne faut pas juste y voir le cheminement d’un esprit joueur qui désire juste faire partager une part de ses réflexions passées sous le filtre du défilement des nuages. Et est ce que l’on a besoin de comprendre tout cela de toute manière. Les paroles et les flows sont là pour la musique, la musique est là pour soutenir les voix et le plat ainsi préparé vous emmène dans les nuages. Les paroles et les voix s’entrecroisent en canon, les flows parlés chantés alternent avec des a cappella et des mélodies presque pop rock. Diversité est la règle de ce petit jeu et les concepteurs ne cessent de vous surprendre tout au long.

Le désir de Clouddead, à mon avis ? Faire voyager l’auditeur dans un disque qui serait l’accès a une dimension unique. Briser le quotidien et le recomposer dans l’ordre que l’on veut. Et bien sur, loin de s’arrêter au texte, les instrumentaux suivent la même logique. Les samples inattendus comme cet aspirateur qui scratche ou ces cloches de noël utilisé comme battement, tant de petits détails contribuant encore et encore a expatrier le trio vers un territoire que l’on ne nomme plus vraiment hip hop. Oui, les paroles sont rappés, et oui il y a du scratch et tout ce qu’il faut pour faire un album de hip hop. Le problème viens du rangement de toutes ces petites choses, et telle une chambre de lycée bordélique, la musique de Clouddead finit par ne plus rassembler qu’a elle même. Oui, j’aime les phrases compliquées mais cet album l’est aussi. Et si cela vous semble très pompeux et trop intellectuel, je vous rappel que derrière tout cela ne se trouve pas des intellectuels bobo mais des petits gars a lunette qui rigolent derrière votre dos. Oui, ce sont eux ces types. Ils font leurs musique comme bon leur semble, vous la présente et vous laissent vous amuser a la décortiquer dans tout les sens en sachant pertinemment que vous ne trouverez pas la clé. Bien que ce projet ait fait le bonheur d’une certaine presse musicale, il ne faut pas voir dans cet oeuvre et dans ces artistes un besoin de faire un rap d’intellectuel mais juste de jouer leur musique comme bon leur semble. Complexe et entraînant, il n’est pas exclu que l’on se retrouve avec un mal de crâne à l’issue de ce voyage. Mais ainsi sont faites les expériences qui gonflent votre cerveau d’images et de plaisir. On en ressort enrichi avec l’envie d’y replonger un peu plus, récupérer encore un bout de sens quelque part et recomposer son puzzle d’une manière différente pour une nouvelle écoute.

  1. apt.a (1)
  2. apt. a (2)
  3. and all you can do is laugh (1)
  4. and all you can do is laugh (2)
  5. i promise never to get paint on my glasses again (1)
  6. i promise never to get paint on my glasses again (2)
  7. jimmy breeze (1)
  8. jimmy breeze (2)
  9. (cloud dead numbe five) (1)
  10. (cloud dead number five) (2)
  11. bike (1)
  12. bike (2)

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

5 Commentaires

  1. kollapse says:

    Excellent disque de bout en bout, du hip-hop – principalement – instrumental aux atmosphères hypnotiques venues d’ailleurs. Un OMNI complexe pas pompeux pour un sous comme on – je- aimerait en entendre plus souvent ! 18/20

  2. damien luce says:

    surprenant et magique!!!

  3. Maxime says:

    ENORME ce cd !

  4. damien luce says:

    N’hésitez pas à écouter leur effort de 2004 qui se nomme « Ten ». Plus pop dans l’esprit mais toujours aussi Psychédelique!!! Un must!!!

  5. Bob says:

    Hé ben… Je vais m’envoler ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *