Liv Kristine – Enter My Religion

16 Commentaires      1 635
Style: soupe/rockAnnee de sortie: 2006Label: Roadrunner Records

Bon je me suis fait avoir sur ce coup. Ou plutôt, je me suis tiré une balle dans le pied. Pour être franc, je pensais avoir à chroniquer le 3è album de Leave’s eyes, le groupe que Liv Kristine était partie fonder suite à son éviction de Theatre of tragedy. Or, sans avoir pour autant ressenti une plénitude réjouissante à la découverte de leur premier skeud Lovelorn, je n’avais pas, je le confesse, trouvé trop à redire. Je m’attendais donc à être ni transcendé ni écoeuré par ce Enter my religion.
La duperie n’a pas fait long feu car j’apprends (comprends avec effroi même), en même temps que retentissent les premières notes dans le lecteur, que la dame aux cheveux trop blonds et à la bouche trop rouge y est allée de son projet (trop) solo. Elle a d’ailleurs pondu l’intégralité des textes de ce disque dédié à son fils. Pauvre gosse, il part avec un sacré handicap dans la vie. En parcourant brièvement (je ne vois pas comment on peut s’y attarder) les paroles, il n’est pas exclu de penser que la religion de la madame c’est l’amour. Pourquoi pas. En tout cas, au vu des quelques « photos/hommage à Madame Claude » présentes dans le livret, on peut imaginer qu’il ne s’agit pas que d’une invite à l’amour platonique… On me la fait pas !

Pour ce qui concerne la musique, je vais tâcher d’en faire la description la plus impartiale possible : on a droit à un mélange de soupe, de lait écaillé, de guimauve fondue et de jus de carottes tiède. Voilà.
Je développe ? Ok : on nous assène de manière éhontée des sonorités tantôt electro/pop, tantôt orientalisante, saupoudrées de plans pop/rock/variétoche tout droit tirés des fonds de tiroir d’une émission télévisée qui commence par Star et finit par ‘Ac. La production du mari (membre d’Atrocity) est sirupeuse à souhait et ce n’est pas l’inutile (et pathétique) participation à la composition de Peter Tätgtgren (oui oui vous avez bien lu, j’ai presque failli entamer des recherches pour voir s’il ne s’agissait pas d’un homonyme) qui pourra susciter un quelconque engouement.

Je souffre. Vais-je tenir jusqu’au bout ? Je ne sais. Il le faut pourtant, quoiqu’il m’en coûte. La probité m’exhorte à poursuivre dans cette voie funeste pour mes nerfs. Le public doit savoir, je ne peux le laisser se risquer à poser une oreille même distraite sur ces hymnes au suicide à coup d’overdose de sentiments caramélisés.

1. Que décidez-vous ? Vous nous quittez maintenant après avoir passé le cap de la moitié d’album ou vous continuez avec le risque de tout perdre ?
2. Je continue Julien.
1. C’est admirable. Vous allez en chier comme c’est pas permis mais c’est admirable.

Il a raison Julien, j’en chie. Tiens cette intro sirupeuse on dirait Streets of Philadelphia de Bruce Springsteen… Nom de dieu c’est une reprise ! Elle m’aura tout fait la poupée russe made in Outre-Rhin ! Sa religion ne fait pas l’économie de blasphèmes dirait-on !

Je ne sais pas comment font mes camarades mais j’essaie de ne pas faire une chronique avant un certain nombre d’écoutes. Là je me mets à nu devant vous : je ne l’ai écouté qu’une seule fois. On peut raisonnablement penser que ma démarche de « critique » est de facto délégitimée. Je n’ai aucun argument rationnel à apporter pour ma défense. Mais, messieurs les jurés, monsieur le Juge, si la règle de droit est contre moi, les sentiments sont de mon côté et je suis persuadé que, tout au fond de vous, si aviez été à ma place, vous n’auriez pas agi autrement. Car repousser une menace de la manière la plus rapide et la plus radicale qui soit, n’est-ce pas, avant tout, un acte de légitime défense ? Je vous laisse méditer.

Enter my religion. Un véritable plaidoyer pour l’athéisme.

  1. over the moon
  2. fake a smile
  3. all the time in the world
  4. my revelation
  5. coming home
  6. trapped in your labyrinth
  7. blue emptiness
  8. you are the night
  9. enter my religion
  10. streets of philadelphia
  11. you take me higher
  12. for a moment

Chroniqueur

Darkantisthène

Il est né, il a chroniqué, il est mort, aurait pu dire Heidegger si... j'étais mort, si Heidegger était vivant et s'il s'était intéressé à ma prose autant qu'à celle d'Aristote. Et il n'aurait pas été à une connerie près le père Martin parce qu'avant de chroniquer, et après être né, figurez-vous que j'ai vécu ; et écouté de la musique.

darkantisthene a écrit 276 articles sur Eklektik.

Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

16 Commentaires

  1. Joss says:

    MDR !!! Excelente chro, quoi qu’il en soit….

  2. fewz says:

    et c’est sur Roadrunner messieurs dames!!! chocking!

  3. darkantisthene says:

    ouais du bon n’importe quoi roadrunner sur ce coup

  4. dah-neir says:

    Casse pied cet album c’est vrai. Pourtant over the moon est tout a fait sympathique et annoncait un album correct. On fini par tomber vite dans le neuneu et le pénible. Dommage, du coup on attendra le prochain leave’s eyes.

  5. Poulet says:

    Belle chronique
    Enfin Roadrunner ils ont eu une belle période creuse aussi, pendant la vague néo, à signer n’importe quoi à gogo.

  6. Karine says:

    Excellente chro !!!

  7. sano says:

    c’est qui Peter Tätgtgren?

  8. darkantisthene says:

    sérieux ?

  9. dah-neir says:

    arf….

  10. Joss says:

    Allez soyez pas hypocrite, sinon il va vous foutre un pain et ça va finir en bain de sang…

  11. kollapse says:

    @Joss : Vu ! hihi :-)

  12. So says:

    L’autre jour, quand j’ai vu que cette chro me faisait de l’oeil, bien rangée dans sa petite colonne encadrée des mâles d’Opus Däi et de Rise and Fall, je me suis dit qu’une nymphette blondasse, les mains en signe de prière sur un décolleté en dentelle (pardonnez, n’ai pas empoigné ma loupe pour vérifier), qui m’intime d’embrasser sa religion… ça m’éritait bien un mp3 pour se faire une idée et pourquoi pas, moi aussi je pourrais voir la vierge, et trouver ma révélation.
    Une chronique honnête, c’est pas plus mal en fait :D

  13. jonben jonben says:

    @sano parce qu’il va pas plus comprendre : Peter Tätgtgren est le leader d’Hypocrisy et Pain et growle sur le dernier Bloodbath (Eaten!).

  14. sano says:

    merci jonben *__*. Et oué je savais pas^^

  15. Hollow Man says:

    Avec une « chronique » comme celle-là, tu n’a plus qu’à aller tuer tes vieux en écoutant Cannibal Corpse ! Woo woo wo wo wooooo !!!! Je sais, je suis un bon imitateur pfff. Sur ce, je te salue bien bas.

  16. darkantisthene says:

    moi pas du comprendre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *