Vanden Plas – Christ 0

5 Commentaires      1 985
Style: heavy progAnnee de sortie: 2006Label: InsideOut Music

Vanden Plas… la simple évocation de ce nom me ramène quelques 9 années en arrière, à la date fatidique où au détour d’une écoute succincte chez un disquaire, je tombais à genoux (C’est une image) devant le magnifique The God Thing, deuxième album des Allemands. Et depuis cet instant, Andy Kutz et ses comparses ont gardé à mes yeux une aura jamais entachée de groupe de grande classe. Pourquoi me direz-vous ? C’est tout simple, Vanden Plas est la toute première formation qui à l’époque m’a ouvert les oreilles vers des sonorités Heavy dont je ne soupçonnais pas l’existence… Oubliées les poses ridicules, les permanentes, les pantalons aux couleurs flamboyantes… Envolées les paroles évoquant des guerriers sans peurs et sans reproches montés sur des poneys de guerre (J’ai bien dit ‘sur’ et pas ‘comme’)… Tout ici n’était que grâce, subtilité, invention, solennité…

Et puis les années ont passé, avec l’arrivée d’un bon Far Off Grace plus rugueux et moins poignant que son prédécesseur. J’avoue avoir fait une quasi-impasse sur Beyond Daylight auquel j’ai porté attention seulement quelques jours avant d’avoir entre les mains ce dernier né, le nommé Christ 0 (Concept-album basé sur le roman de notre bon vieil Alexandre Dumas : Le Comte de Monte-Cristo). Il est néanmoins une chose que je puis affirmer : Vanden Plas réaffirme à chaque album le style dont il est le dépositaire, un heavy prog’ fluide et lumineux. Et cet opus ne fait pas exception à la règle. La grande qualité de la formation est de proposer une musique toujours intelligemment construite et pensée, mais jamais hermétique, ce qui explique sans doute mon attachement particulier envers elle.

Alors bien sûr, on pourrait se plaindre du fait que le groupe ne se départisse pas du creuset dans lequel il a forgé sa carrière et ne prenne aucun risque. Mais c’est à ma plus grande joie que j’ai retrouvé les sonorités qui m’était familières depuis le moment où Vanden Plas a fait son entrée fracassante dans ma discothèque. Et il y a mieux encore, car Christ 0 se révèle être une œuvre riche et remarquable dans ses arrangements symphoniques. Nous tenons ici tout simplement un travail soigné et brillant. L’amour des musiciens pour leur art transpire et nous transporte avec maints délices dans un torrent d’énergie positive, sans mièvrerie aucune. A l’image de The God Thing, cette nouvelle pièce s’apprécie comme une toile dans laquelle on aime s’absorber en contemplation. Se perdre dans ses méandres est un régal tant elle fourmille de bonnes idées, d’interventions subtiles de chaque instrumentiste et de mélodies imparables.

Alors voilà, pour l’anecdote je citerais la grandiloquente intro de l’excellent morceau éponyme qui a de grands (et classieux) airs de famille avec le ‘Flash’ de Queen, le final Arkien de ‘Silently’ et l’hallucinante ressemblance du break de ‘Somewhere Alone in the Dark’ avec un riff de Korn (‘It’s On’ sur Follow the Leader pour être précis…). Que dire ? Qu’une fois de plus Vanden Plas m’a touché de par son formidable chanteur, que le travail rythmique développé par le groupe est tout bonnement bluffant et grisant dans les ambiances qu’il évoque, que les solos dégagent une clarté incroyable et qu’ils trouvent ici tout leur sens même pour moi qui n’en suis pas un inconditionnel. Que dire encore ? Que ‘Fireroses Dance’ est un bijou dont Christ 0 est l’écrin remarquable et qu’au travers de ces 9 titres, l’album ne souffre d’aucune faiblesse ni faute de goût. Il va de soi que la passion parle ici (En opposition à la raison qui m’aurait amené à analyser bien plus et presque à dénaturer l’esprit de la présente chronique), mais lorsque la musique vous transperce l’âme et qu’elle vous emplit de ce dont vous aviez besoin à cet instant précis, il ne reste qu’à s’incliner et à en remercier ses créateurs.

Je pourrais continuer longtemps à disserter autour de cet album, qui au détour d’un soir, après maintes écoutes m’est apparu dans toute sa splendeur. Mais je préfère faire silence à présent et vous inviter à découvrir ce chef-d’œuvre en espérant que son écoute vous laissera au moins aussi ému que votre serviteur.

  1. christ 0
  2. postcard to god
  3. wish you were here
  4. silently
  5. shadow i am
  6. fireroses dance
  7. somewhere alone in the dark
  8. january sun
  9. lost in silence

Chroniqueur

alchemist

Chroniqueur inter mi-temps, amateur de chats, de Metal mélodique sous toutes ses formes, de fromages de caractère, de bons bouquins, de radios intelligibles... et de zombies.

alchemist a écrit 99 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

5 Commentaires

  1. Monster says:

    Bon faudra que j’ecoute ça alors moa !
    De Hansaplas je connais que le live. J’aime bien mais c’est pas la folie quand même. J’aime pas vraiment le chanteur mais je ne le deteste pas non plus, disons que sa voix m’indifere.
    Hop vais tenter cet album là et The God Thing à l’occase !

  2. Joss says:

    Sinon le premier album est bon aussi. Par contre je m’étais arrêté à The God Thing que j’aime encore me mettre de temps en temps (une fois par an quoi LOL). Je vais p’tet écouter celui-là du coup, j’en connais un qui a du avoir le promo… :-)

  3. Angrom Angrom says:

    Ouais joss j’ai eu le promo, je pourrai te le preter si tu veux …
    Je suis pas en désaccord total avec Alchy , mais VP commence sérieusement à tourner en rond depuis Far Off Grace. Dommage quand on voit ce qu’Andy Kuntz sait faire tout seul avec « Abydos »
    Le meilleur reste encore le premier album « Color Temple »

  4. BOOM says:

    A ma connaissance, il y a très peu de groupes (voir pas du tout )capables de pondre un album pareil actuellement en Europe .
    J’aimerais bien tourner en rond comme çà moi!!!

  5. joss says:

    Je ressors pas mal cet album ces jours-ci, notamment pour rester dans l’élan procuré par leur toute nouvelle sortie. Y a pas à dire c’est du grand Vanden Plas aussi. Je vois qu’on leur reprochait déjà avec cette sortie de tourner en rond.. sachant qu’il n’y a pas eu plus d’évolution avec le tout dernier, on peu donc penser que c’est une volonté de VP de rester ancré dans un style bien particulier. Il faut dire qu’il n’y a eu aucun changement de personnel dans le groupe depuis le départ, et c’est souvent le renouvellement de musicien qui fait qu’un groupe fait évoluer son style donc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *